×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Esaïe 3
Bible Annotée (interlinéaire)

1 Car voici, le Seigneur, l’Éternel des armées, va retirer de Jérusalem et de Juda toute ressource et tout appui, toute ressource de pain et toute ressource d’eau,

Le corps social est comparé à un malade (verset 7 ; Ésaïe 1.6). Le pain et l’eau sont l’emblème des appuis indispensables de ce corps. La suite indiquera quels ils sont.

2 héros et homme de guerre, juge et prophète, devin et ancien,

Prophète. C’est la catégorie, la classe, qui est désignée ici, sans égard à la question de savoir si elle est représentée par de vrais ou de faux prophètes. Elle disparaîtra, comme toutes les autres catégories d’hommes influents qui auraient pu sauver l’État.

Devin : l’évocateur, le diseur de bonne aventure (1 Samuel 28). On ne pourra plus consulter, ni vrai, ni faux révélateur.

Ancien. Les anciens étaient les chefs héréditaires des différentes branches de chaque tribu ; les anciens de chaque ville formaient un collège qui en constituait l’autorité locale et y remplissait certaines fonctions judiciaires (Deutéronome 21.1 et suivants ; 1 Samuel 11.3 ; 1 Rois 21.8).

3 capitaine et notable, conseiller, artiste intelligent et habile enchanteur.

Capitaine, littéralement : chef de cinquante : titre civil ou plus probablement militaire, qui désigne soit le magistrat chargé d’administrer un certain nombre de familles (selon l’organisation établie par Moïse, Exode 18.25), soit plutôt l’officier dans l’armée (2 Rois 1.9).

Artiste intelligent. Le mot hébreu désigne un artisan qui travaille le fer, le bois ou la pierre.

Enchanteur, proprement murmureur : celui qui prononce à demi-voix des formules magiques.

4 Et je leur donnerai pour princes des jeunes gens, et des enfants régneront sur eux.

Voyez verset 12 la menace déjà accomplie.

5 Et le peuple se ruera homme contre homme, voisin contre voisin ; ils se précipiteront le jeune homme contre le vieillard et l’homme de rien contre l’homme considéré.

On peut comparer à ce tableau celui de l’anarchie qui régnait à cette époque dans le royaume des dix tribus (2 Rois 15).

6 Lorsqu’un homme prendra son frère dans la maison de son père : Tu as un manteau, sois notre chef, et que cette ruine soit sous ta garde !
6 et 7

Telle sera la misère, que celui qui possédera seulement un manteau et sera en état de se présenter convenablement, passera pour riche. On lui offrira le pouvoir, mais il refusera d’être le médecin de l’État.

7 il répondra en ce jour-là disant : Je ne veux point être le médecin ! Je n’ai dans ma maison ni pain, ni manteau ; ne me faites pas chef du peuple ! 8 Car Jérusalem chancelle, et Juda tombe, parce que leur langue et leurs actions sont contre l’Éternel, pour braver les regards de sa majesté.

L’insolence d’Israël a irrité l’Éternel. Aussi la menace versets 4 et 5 s’accomplit-elle déjà (versets 8 à 12). Sentence de condamnation sur les chefs, qui sont les premiers coupables (versets 13 à 15).

9 L’air de leur visage témoigne contre eux ; ils ont publié leur péché comme Sodome, ils ne s’en sont point caché ; malheur à leur âme, car ils sont eux-mêmes les auteurs de leur perte.

Ils aggravent leur péché par l’impudence avec laquelle, semblables aux habitants de Sodome (Genèse 19), au lieu de le cacher, ils s’en glorifient.

10 Dites du juste que bien lui sera, car il mangera le fruit de ses œuvres. 11 Malheur au méchant, mal lui arrivera ! Car ce que ses mains ont fait lui sera rendu. 12 Mon peuple est opprimé par des enfants, et des femmes le gouvernent. Mon peuple, ceux qui te dirigent t’égarent, et ils ruinent le chemin où tu dois passer !

Des enfants : l’hébreu a le sens du français gamin. Ce trait convient au règne d’Achaz. Comparez les premiers temps de Roboam, 1 Rois 12.8 et suivants.

Ceux qui te dirigent : les faux prophètes entre autres, qui cachent au peuple la voie de la loi et le poussent dans celle de l’infidélité (verset 2, Ésaïe 9.13-15).

13 L’Éternel s’est levé pour plaider, et il est debout pour juger les peuples. 14 L’Éternel entre en jugement avec les anciens de son peuple et ses princes : Vous avez brouté la vigne, et la dépouille du pauvre est dans vos maisons !

Les chefs du peuple sont les véritables auteurs de sa ruine. Le jugement commence donc par eux. Dieu prend en main la cause des opprimés, qu’ils ont exploités sans scrupules (Ésaïe 1.23 ; Michée 3.1-4).

La vigne : le peuple d’Israël. L’image est développée Ésaïe 5.1-7.

15 De quel droit foulez-vous mon peuple, et écrasez-vous les malheureux ? Ainsi parle le Seigneur, l’Éternel des armées. 16 L’Éternel a dit : Parce que les filles de Sion sont devenues orgueilleuses et marchent la tête haute, lançant des regards, et vont à petits pas, et font sonner les anneaux de leurs pieds,
3.16 à 4.1 L’orgueil des femmes sera humilié : leur opulence fera place à la misère et à la captivité

Anneaux des pieds. Ces anneaux, d’ivoire ou de métal précieux, se portaient, comme de nos jours en Orient, au-dessus de la cheville ; les anneaux des deux pieds étaient reliés par des chaînettes qui produisaient une sorte de cliquetis et ne permettaient de faire que de très petits pas.

17 le Seigneur rendra chauve le crâne des filles de Sion, et l’Éternel découvrira leur nudité.

Traitement infligé aux captives (verset 24).

18 En ce jour-là le Seigneur enlèvera le luxe des anneaux, des soleils et des croissants ;

Les objets de toilette énumérés ici (versets 18 à 23) n’étaient pas portés tous à la fois par la même personne. Les noms de plusieurs d’entre eux indiquent qu’ils étaient de provenance étrangère.

Soleils : petites boules ou disques en or, qui se portaient, ainsi que les croissants, suspendus au cou.

19 les boucles d’oreille, les bracelets et les voiles ; 20 les diadèmes, les chaînettes des pieds et les ceintures ;

Diadèmes : coiffure qui faisait aussi partie du costume des prêtres et des mariés (Exode 39.28 ; Ésaïe 61.10).

Chaînettes des pieds : voir verset 16, note.

21 les boîtes à parfum et les amulettes, les bagues et les anneaux du nez ;

Amulettes : pierres précieuses ou plaques de métal sur lesquelles étaient gravées des formules magiques, et qui servaient en même temps d’ornements.

Anneaux du nez : tels qu’on en porte encore aujourd’hui, soit sous forme de boucle suspendue à l’une des narines, soit sous forme d’anneau fixé entre les deux yeux pour retenir le voile qui couvre la partie inférieure du visage.

22 les robes de fête et les tuniques, les manteaux et les bourses ; 23 les miroirs et les mousselines, les turbans et les mantilles.

Miroirs : plaques de métal poli qu’on suspendait à la ceinture. Cela se fait encore aujourd’hui.

Mousselines. Le terme hébreu indique, comme le mot français, un tissu léger, provenant de l’Inde.

24 Et au lieu de parfum, il y aura la pourriture ; au lieu de ceinture, une corde ; au lieu de cheveux frisés, une tête chauve ; au lieu d’une ample robe, un sac ; au lieu de beauté, la marque faite au feu.

Les femmes réduites au dénuement le plus complet et à la condition d’esclaves.

Une corde. On les lie pour les mener en captivité. La marque dont il est question dans les derniers mots, est celle que le vainqueur imprime avec le fer rouge sur ses esclaves.

25 Tes guerriers tomberont par l’épée, et tes hommes forts dans la bataille.

Tes guerriers. Le prophète s’adresse à Sion (verset 26).

26 Les portes de Sion gémiront et seront dans le deuil, et désolée elle sera assise à terre.

Ses portes gémiront. On y entendra les cris des habitants qui y seront demeurés, entre autres ceux des femmes qui mèneront deuil sur leurs maris (verset 25). Comparez Lamentation 1.4. La ville est comparée à une femme qui a tout perdu et qui, dans sa douleur, s’est assise à terre, selon l’usage oriental (Lamentations 2.10).