Fermer le panneau de recherche

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Deutéronome 7
Bible Annotée (interlinéaire)

Verset à verset  Double colonne 

Plan du commentaire biblique de Deutéronome 7

La destruction des peuples cananéens

Le chapitre 6 développait le devoir positif résultant du premier commandement, celui de l’amour pour Dieu. Le chapitre 7 exclut la fausse tolérance accordée à l’idolâtrie. La haine du mal est une des formes de l’amour du bien.

1 Quand l’Éternel ton Dieu t’aura fait entrer dans le pays où tu vas pour en prendre possession et qu’il aura chassé de devant toi beaucoup de nations, les Héthiens, les Guirgasiens, les Amorrhéens, les Cananéens, les Phéréziens, les Héviens, les Jébusiens, sept nations plus nombreuses et plus puissantes que toi,

Versets 1 à 5 — Le commandement

Comparez Exode 23.24-33.

Beaucoup de nations. Sept peuples cananéens sont nommés ici comme dans Josué 3.10 ; Josué 24.11. Voir Exode 3.8, note.

Plus nombreuses : l’ensemble de ces nations, mais non chacune prise à part.

2 et que l’Éternel ton Dieu te les aura livrées et que tu les auras battues, tu les détruiras à la façon de l’interdit ; tu ne traiteras point d’alliance avec elles et tu ne leur feras point grâce.

On voit par tout ce passage que ce que Dieu veut détruire, c’est l’idolâtrie et les Cananéens seulement en raison de ce qu’ils se sont comme identifiés avec elles. Le moment annoncé Genèse 15.16 est arrivé.

À la façon de l’interdit : voir Lévitique 27.21 ; Lévitique 27.28 ; Lévitique 27.29, notes et Nombres 21.2.

3 Tu ne t’allieras point par mariage avec elles ; tu ne donneras point tes filles à leurs fils et tu ne prendras point leurs filles pour tes fils car ces nations détourneraient tes fils de moi et ils serviraient d’autres dieux, et la colère de l’Éternel s’enflammerait contre vous et il t’exterminerait promptement.

Par mariage : Exode 34.16.

4 car ces nations détourneraient tes fils de moi et ils serviraient d’autres dieux, et la colère de l’Éternel s’enflammerait contre vous et il t’exterminerait promptement. 5 Mais voici ce que vous leur ferez : vous démolirez leurs autels, vous briserez leurs statues, vous abattrez leurs idoles d’Astarté et vous brûlerez leurs images taillées.

Leurs statues : les statues de Baal, le dieu qui représentait la force génératrice et fertilisante de la nature.

Astarté. C’était la déesse de la fécondité. Sur Baal, voir Ésaïe 17.8, note et sur Astarté, Jérémie 7.18, note. Il n’est pas question des temples de ces faux dieux, sans doute parce que les lieux de culte étaient le plus souvent des enclos à ciel ouvert et non des édifices.

6 Car tu es un peuple saint à l’Éternel ton Dieu ; l’Éternel ton Dieu t’a choisi pour être son peuple particulier d’entre tous les peuples qui sont sur la face de la terre.

Versets 6 à 8 — Motif du commandement

Les Israélites, qui ont été de la part de Dieu l’objet d’un amour si particulier doivent se garder de tout ce qui pourrait les conduire à l’offenser.

Saint : mis à part pour le service de Dieu (Exode 19.6).

7 Si l’Éternel s’est attaché à vous et vous a choisi, ce n’est pas que vous surpassiez en nombre tous les peuples, car vous êtes le moindre de tous les peuples.

Ce n’est pas la grandeur d’Israël qui lui a valu la préférence de Dieu ; au contraire, tout nombreux qu’il soit devenu par rapport à ses commencements (Deutéronome 10.22), il n’en est pas moins encore un petit peuple, comparé aux grandes nations de la terre. C’est ici une application de la grande loi de la condescendance avec laquelle Dieu s’incline vers les faibles et les emploie, de préférence aux forts, pour se glorifier par eux (1 Corinthiens 1.26-27).

8 Mais parce que l’Éternel vous aime et qu’il garde le serment qu’il a fait à vos pères, c’est pour cela que l’Éternel vous a tirés à main forte et t’a racheté de la maison de servitude, de la main de Pharaon, roi d’Égypte. 9 Et tu sauras que c’est l’Éternel ton Dieu qui est Dieu, le Dieu fidèle qui garde l’alliance et la miséricorde jusqu’à mille générations pour ceux qui l’aiment et qui gardent ses commandements,

Versets 9 à 11 — Menace contre les violateurs du commandement

10 et qui rétribue en face ceux qui le haïssent en les faisant périr ; et il ne tarde point à l’égard de celui qui le hait, il le rétribue en face.

En face : c’est-à-dire de personne à personne ; ouvertement et promptement, de telle sorte que le méchant le voie et le sente lui-même, ce qui n’empêche pas l’extension du châtiment jusqu’à la troisième et quatrième génération, comme dit le second commandement dont les expressions (jusqu’à mille générations) sont rappelées dans le premier membre ; comparez Exode 20.5, note.

Il ne tarde point : une fois l’impénitence constatée.

11 Et tu garderas les commandements, les statuts et les ordonnances que je te donne aujourd’hui, en les mettant en pratique. 12 Et il arrivera que si vous écoutez ces ordonnances et si vous les gardez et les mettez en pratique, l’Éternel ton Dieu en retour te gardera l’alliance et la miséricorde qu’il a jurées à tes pères.

Versets 12 à 26 — Promesses, en cas d’observation

Versets 12 à 15 — Première promesse : prospérité générale, contrepartie des menaces versets 9 à 11

Ordonnances : spécialement les ordres donnés plus haut relativement aux Cananéens et aux objets de leur culte. La destruction de l’idolâtrie est la condition essentielle du traité d’alliance conclu entre Dieu et Israël.

13 Il t’aimera et te bénira et te multipliera ; il bénira le fruit de tes entrailles et le fruit de ton sol, ton froment, ton moût et ton huile, les portées de tes vaches et les produits de tes brebis, sur la terre qu’il a juré à tes pères de te donner.

Il t’aimera. Promesse plus tendre encore. Comme l’amour du peuple pour l’Éternel (chapitre 6) se montre par son obéissance (chapitre 7), ainsi de l’amour de l’Éternel pour le peuple découleront tous les dons qui combleront ses souhaits (Psaumes 144.12-15).

14 Tu seras béni plus que tous les peuples ; il n’y aura chez toi ni homme ni femme stérile, ni bête stérile parmi les troupeaux. 15 Et l’Éternel éloignera de toi toute maladie ; il n’enverra sur toi aucune de ces mauvaises maladies d’Égypte que tu as connues, mais il les fera venir sur tous ceux qui te haïssent.

Maladies d’Égypte. Les voyageurs anciens et modernes s’accordent à parler de l’Égypte comme d’un pays où les maladies graves abondent (ophtalmies, dyssenterie, lèpre, peste). Pline (Histoires naturelles 26.4) appelle cette contrée la mère des maladies contagieuses ; comparez Deutéronome 28.27 et Exode 15.26. La vérité renfermée dans tous ces traits particuliers (versets 13 à 15) est que plus l’état du peuple sera moralement sain, plus il le sera aussi même physiquement parlant.

16 Tu dévoreras tous les peuples que l’Éternel ton Dieu va te livrer ; ton œil sera sans pitié et tu ne serviras point leurs dieux, car ce serait un piège pour toi.

Versets 16 à 26 — Troisième promesse : secours assuré dans la guerre

La destruction des Cananéens est une œuvre de foi dont le peuple ne doit se laisser détourner ni par la pitié (verset 16), ni par la peur (versets 17 à 21), ni par le regret de ne pouvoir s’approprier les richesses de ces peuples (versets 25 et 26).

Ce serait un piège pour toi. Ces mots portent non sur ce qui précède immédiatement, mais sur la recommandation : Ton œil sera sans pitié pour eux. En ménageant ces peuples, Israël se perdrait infailliblement lui-même. Ce verset est important. Il indique clairement le véritable sens de ce massacre des Cananéens qui a donné lieu à tant de critiques de la part des incrédules et scandalisé souvent même des croyants. Ce qui est dit ici, montre clairement qu’Israël n’a point assouvi une cruauté gratuite et arbitraire, mais que Dieu a voulu le sauver et maintenir son règne ici-bas en préservant son peuple de la contagion de l’idolâtrie.

17 Si tu dis en ton cœur : Ces nations sont plus nombreuses que moi comment pourrai-je les déposséder ? 18 n’aie pas peur d’eux ! Rappelle-toi bien ce que l’Éternel ton Dieu a fait à Pharaon et à toute l’Égypte, 19 les grandes épreuves que tes yeux ont vues, les signes et les miracles, la main forte et le bras étendu par lesquels l’Éternel ton Dieu t’a fait sortir : ainsi fera l’Éternel ton Dieu à tous les peuples dont tu as peur.

Les grandes épreuves. Ce sont sans doute les occasions successives que Dieu a données à Pharaon de se soumettre ou de continuer à résister.

20 Et même l’Éternel ton Dieu enverra sur eux les frelons jusqu’à la destruction de ceux qui seront demeurés de reste et qui se seront cachés de devant toi.

Les frelons. Voir Exode 23.28. Entre ce passage et le nôtre il y a cette différence que là les frelons représentent les angoisses qui précéderont l’arrivée d’Israël et lui prépareront la victoire, tandis qu’ici ils représentent la terreur qui poursuivra les vaincus, après les premières victoires d’Israël, jusqu’à son triomphe complet.

21 Tu ne t’effraieras point à cause d’eux, car l’Éternel ton Dieu est au milieu de toi, un Dieu redoutable et terrible. 22 Et l’Éternel ton Dieu chassera ces nations de devant toi peu à peu ; tu ne pourras pas les détruire promptement, de peur que les bêtes des champs ne se multiplient contre toi.

Bêtes des champs. Voir Exode 23.29-30, note, où nous avons dit à tort que ce passage-là est le seul où fût exprimée la pensée que nous retrouvons ici.

Tu ne pourras pas les détruire promptement. Dans Deutéronome 9.3 il est dit que Dieu fera périr promptement les ennemis d’Israël ; mais cette expression se rapporte à la première prise de possession, qui a eut lieu en un moment, tandis qu’ici il s’agit des restes des Cananéens après leur défaite, restes dont la conservation momentanée est nécessaire à Israël.

23 L’Éternel ton Dieu te les livrera et les jettera dans un grand trouble jusqu’à ce qu’elles soient exterminées. 24 Et il te livrera leurs rois et tu feras disparaître leur nom de dessous les cieux ; personne ne tiendra devant toi jusqu’à ce que tu les aies exterminés.

Il te livrera leurs rois. Voir Josué 10.22-27 ; Josué 11.7-15 ; Josué 12.7-24 ; 1 Samuel 15.32-33.

25 Vous brûlerez les images taillées de leurs dieux. Tu ne convoiteras point l’argent ou l’or qui est sur elles et tu ne le prendras point pour toi, de peur qu’il ne te soit en piège, car il est en abomination à l’Éternel ton Dieu ;

Qu’il ne te soit en piège : soit que le piège consiste comme au verset 16 dans l’affaiblissement de l’horreur pour l’idole à laquelle cet objet précieux avait servi, soit que le piège soit ici l’image, non de l’entraînement au mal, mais de la ruine.

26 et tu n’introduiras point une chose abominable dans ta maison, afin que tu ne sois pas un interdit comme cette chose-là ; tu l’auras en horreur extrême, en extrême abomination, car c’est un interdit.