×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Deutéronome 15
Bible Annotée (interlinéaire)

1 Au bout de sept ans, tu feras [l’année de] relâche.
1 à 6 Suspension du paiement des dettes dans l’année de relâche

Au bout de sept ans : au terme de la septième année. Voir Exode 23.10-11 et Lévitique 25.1-7. Le relâche qui est accordé à la terre doit à plus forte raison s’étendre aux membres malheureux du peuple. Il ne s’agit pas, comme on l’a cru, d’un abandon complet de la somme prêtée, ce qui aurait eu pour résultat de supprimer presque entièrement les prêts ; le créancier devra seulement n’exiger aucun remboursement cette année-là.

2 Et voici en quoi consiste le relâche : Tout créancier fera relâche à l’égard du prêt qu’il aura fait à son prochain ; il ne pressera pas son prochain et son frère quand on aura proclamé le relâche au nom de l’Éternel.

Nouveaux détails à ajouter à la loi antérieure d’Exode 23 et de Lévitique 25.

Quand on aura proclamé le relâche. Cette expression très sommaire suppose évidemment la connaissance de l’ordonnance Lévitique 25.10 et ne serait point compréhensible sans elle.

3 Tu pourras presser l’étranger, mais pour ce qui t’appartient chez ton frère, ta main fera relâche.

L’étranger. Le terme employé ici (nôkeri) ne désigne pas l’homme non israélite établi en Israël et faisant plus ou moins partie du peuple, mais un homme complètement étranger au peuple, et qui par là même n’est pas assujetti à la loi sabbatique ; celui-ci jouit cette année-là de son revenu ordinaire et n’a par conséquent pas droit à la suspension du remboursement.

Ce qui t’appartient chez ton frère. Le créancier ne doit pas presser son débiteur. Ce qu’il a prêté, continue à lui appartenir.

4 À la vérité, il ne doit pas y avoir de pauvre chez toi ; car l’Éternel te bénira certainement dans le pays que l’Éternel ton Dieu te donne en héritage pour le posséder, 5 pourvu seulement que tu obéisses à la voix de l’Éternel ton Dieu en ayant soin de mettre en pratique tous ses commandements ; que je te prescris aujourd’hui. 6 Car l’Éternel ton Dieu te bénira comme il te l’a dit ; tu feras des prêts à beaucoup de nations, et toi tu n’emprunteras pas ; tu domineras sur beaucoup de nations, et elles ne domineront pas sur toi.

Tu feras des prêts. On a traduit parfois des prêts sur gage. Ce sens n’est pas nécessaire et il ne conviendrait pas au verset 8, où le même terme se retrouve. Mais dans notre passage et vis-à-vis de l’étranger, on peut l’expliquer ainsi.

Tu domineras : Tu les mettras dans une relation de dépendance vis-à-vis de toi par ta position de créancier. Cette parole, qui promet à Israël la souveraineté financière sur tous les peuples, n’est-elle pas un trait prophétique caractéristique ?

7 Quand il y aura chez toi un pauvre, qui est un de tes frères, dans l’une de tes villes, dans le pays que l’Éternel ton Dieu te donne, tu n’endurciras pas ton cœur et tu ne fermeras pas ta main à ton frère pauvre,
7 à 11 Des prêts en général

L’Israélite doit se montrer disposé à prêter en tout temps, la proximité de l’année de relâche ne doit pas entraver sa générosité sous ce rapport.

8 mais tu lui ouvriras ta main et tu lui prêteras suivant ses besoins tout ce qu’il lui faudra. 9 Prends garde à toi, de peur qu’il n’y ait dans ton cœur une pensée basse et que tu ne dises : La septième année, l’année du relâche approche, et que ton œil ne soit sans pitié envers ton frère pauvre et que tu ne lui donnes rien et qu’il ne crie contre toi à l’Éternel et qu’il n’y ait du péché en toi.

Pensée basse. La perspective de n’être remboursé qu’après un temps assez long pouvait arrêter celui à qui on demandait un prêt, surtout puisqu’il n’était pas permis de faire payer un intérêt à l’Israélite (Deutéronome 23.19 ; Lévitique 25.36). Mais ce serait là une pensée basse, littéralement de bélial, de nulle valeur. Voir le sens de cette expression à Deutéronome 13.14.

Que ton œil ne soit sans pitié ; il y a littéralement : ne soit mauvais. Comparez l’expression : Ton œil est-il mauvais ? Matthieu 20.15.

10 Tu dois lui donner ; et qu’en lui donnant il n’y ait pas de regret dans ton cœur, car à cause de cela l’Éternel ton Dieu te bénira dans toutes tes entreprises et dans toute l’œuvre de tes mains. 11 Car il ne manquera jamais de pauvres dans le pays ; c’est pourquoi je te donne ce commandement-ci : Ouvre ta main à ton frère, au misérable et au pauvre dans ton pays.

Il ne manquera jamais de pauvres… Le verset 4, qui semble contredire celui-ci, parlait de ce qui devrait être. Il s’agit ici de l’état de fait.

12 Si ton frère, homme ou femme d’entre les Hébreux, se vend à toi, il te servira six ans, et la septième année tu le renverras libre d’auprès de toi ;
12 à 18 Affranchissement des esclaves

Cette ordonnance, déjà donnée Exode 21, est en relation avec la précédente, qui a trait aussi à l’Israélite pauvre, et elle est rappelée pour y ajouter quelques détails dictés par le sentiment de l’humanité. On comprend aisément le lien qui rattache cette ordonnance à la précédente : c’était la pauvreté qui le plus souvent conduisait à l’esclavage.

Ou femme. Le Deutéronome étend expressément à la femme esclave l’ordonnance actuelle qui avait été donnée précédemment par rapport à l’homme seul. Comparez les derniers mots du verset 17.

Six ans… Cette septième année n’est point l’année sabbatique, mais se compte à partir de l’entrée en servitude.

13 et quand tu le renverras libre d’auprès de toi, tu ne le renverras pas à vide. 14 Tu ne manqueras pas de lui donner de ton pressoir ; tu lui donneras de ce dont l’Éternel ton Dieu t’aura béni,

Exode 21.2 ne prescrivait rien de semblable ; c’est un détail à ajouter ; très conforme à l’esprit d’humanité de tout le Deutéronome.

15 et tu te souviendras que tu as été esclave au pays d’Égypte et que l’Éternel ton Dieu t’a racheté ; c’est pourquoi je te donne aujourd’hui ce commandement. 16 Et s’il arrive que ton esclave te dise : Je ne sortirai pas d’auprès de toi, parce qu’il t’aime, toi et ta maison, et qu’il se trouve bien chez toi,

Voir Exode 21.5-6, note.

17 tu prendras un poinçon et tu lui perceras l’oreille contre la porte, et il sera ton serviteur à toujours, et tu feras de même pour ta servante. 18 Que cela ne soit point dur à tes yeux de le renvoyer libre d’auprès de toi, car il t’a gagné le double du salaire d’un mercenaire en te servant six ans ; et l’Éternel ton Dieu te bénira dans tout ce que tu feras.

Il t’a gagné le double : en ce que, si tu avais eu un journalier, tu aurais dû lui payer ses journées tout en le nourrissant, tandis qu’avec un esclave tu n’as eu à ta charge que son entretien. On pourrait objecter qu’il y a eu une somme payée pour l’achat de l’esclave ; mais cette somme (30 sicles, Lévitique 27.4) était peu de chose, comparée au travail gratuit de six années.

19 Tu consacreras à l’Éternel ton Dieu tous les premiers-nés mâles de ton gros et de ton menu bétail. Tu ne feras pas travailler le premier-né de ton gros bétail, et tu ne tondras pas le premier-né de ton menu bétail.
19 à 23 les premiers-nés des animaux

Voir Exode 13.11-16 ; Nombres 18.15 et suivants.

Les versets 1 à 18 étaient une digression suggérée au législateur par la mention de la dîme de charité (Deutéronome 14.28-29). Il revient maintenant au sujet des offrandes, traité Deutéronome 14.22.

Tous les premiers-nés mâles. D’après la loi Nombres 18, les premiers-nés offerts à l’Éternel reviennent aux sacrificateurs et sont une portion importante de leur traitement. D’après notre passage, ils doivent être mangés par l’Israélite lui-même et sa famille dans un banquet célébré au sanctuaire. Il y a là une différence difficile à expliquer. Les uns admettent que l’auteur du Deutéronome envisage le repas de sacrifice, dans lequel le sacrificateur consommera cette viande, comme un banquet auquel participeront l’Israélite lui-même et sa famille, ainsi que cela avait lieu dans les sacrifices de reconnaissance. D’autres ont proposé d’appliquer ici le terme de premier-né (qui n’est pas accompagné comme Exode 13.2 des mots qui ouvre la matrice) au premier veau ou agneau on chevreau né depuis le commencement de l’année. Ce serait ici une seconde sorte de primogéniture qui s’ajouterait à la première, comme la dîme de Deutéronome 12 et 14 devait s’ajouter à celle des Nombres. Ou bien, si ces solutions paraissent forcées, il faut admettre qu’une des deux lois, postérieure à l’autre, a modifié la première. Dans ce cas il est aisé de voir que la forme des Nombres serait plus favorable aux intérêts des sacrificateurs que celle du Deutéronome. Quant à l’essai d’appliquer les mots : Tu les mangeras (verset 20), au sacrificateur, il nous paraît grammaticalement inadmissible.

Tu ne feras pas travailler… Cette interdiction, ainsi que celle de tondre le premier-né des brebis, ne se trouve pas dans le texte d’Exode 13, bien qu’elle ressorte de l’esprit de cette loi : l’homme ne doit tirer aucun profit particulier de ce qu’il consacre à l’Éternel.

20 Tu les mangeras chaque année avec ta famille en présence de l’Éternel ton Dieu, au lieu que l’Éternel choisira. 21 Et si l’animal a quelque défaut, s’il est boiteux ou aveugle, s’il a quelque autre défaut grave, tu ne le sacrifieras pas à l’Éternel ton Dieu ;

Et si l’animal a quelque défaut. Comparez Lévitique 22.19-25. Tout premier-né taré perdait son caractère sacré et rentrait dans la catégorie des animaux dont l’Israélite pouvait disposer pour son usage ordinaire (dans tes portes, verset 22), quel que fût son propre état de pureté ou de souillure légale.

22 tu le mangeras dans tes portes ; celui qui sera souillé et celui qui sera pur en mangeront l’un et l’autre, comme on mange la gazelle et le cerf.

Pur. Voir Deutéronome 12.15 et 22.

23 Seulement, tu n’en mangeras pas le sang ; tu le répandras sur la terre comme de l’eau.