×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Amos 3
Bible Annotée (interlinéaire) Bible annotée simple colonne Bible annotée double colonne

Plan du commentaire biblique de Amos 3

Chapitres 3 à 6

Cette seconde partie du livre est divisée visiblement en trois sections (on pourrait dire discours, si ce n’étaient plutôt des résumés de discours) par cette formule qui les commence toutes trois : Écoutez cette parole (chapitre 3, chapitre 4, chapitres 5 et 6). Chacune de ces sections renferme le sommaire d’une des prédications d’Amos, tenue probablement à Béthel ; voir à Amos 7.10 et suivants.

Le chapitre 3 traite les quatre points suivants :

  1. le lien particulier qui unit Israël à son Dieu et ne fait que le rendre plus coupable, versets 1 et 2
  2. divers exemples propres à montrer que les calamités qui frappent Israël ne sont pas accidentelles, mais qu’elles viennent de Dieu, qui en instruit d’avance ses prophètes, versets 3 à 8
  3. invitation adressée aux peuples étrangers de venir constater les méfaits de Samarie, versets 9 et 10
  4. l’annonce du châtiment, versets 11 à 15.
1 Écoutez cette parole que l’Éternel a prononcée sur vous, fils d’Israël, sur toute la famille que j’ai fait monter du pays d’Égypte, en ces mots :

Fils d’Israël. Ce terme désigne ici spécialement les habitants du royaume des dix tribus. Mais comme le prophète ne veut pas exclure Juda des menaces ou des promesses qui suivront, il ajoute l’expression plus générale : toute la famille, etc.

2 Vous seuls, je vous ai connus, d’entre toutes les familles de la terre ! C’est pourquoi je vous punirai de toutes vos iniquités.

Vous seuls, je vous ai connus : Dieu avait contracté union avec ce peuple seul. Sur le mot connaître, comparez Osée 13.5.

C’est pourquoi je vous punirai. La tendresse de Dieu pour son peuple devient la circonstance la plus aggravante en présence de ces désordres multipliés.

3 Deux hommes marchent-ils ensemble s’ils ne se sont concertés ?
3 à 8

Il y a deux interprétations principales des sept images employées dans ce morceau. Les uns y voient simplement l’illustration de cette pensée : pas d’effet sans cause ; par conséquent, quand Israël est menacé, par les prophètes ou frappé par les ennemis, c’est Dieu qui agit ainsi, à cause de son péché. Mais une idée si simple et si banale n’aurait pas besoin d’être si surabondamment démontrée, et les dernières questions ne cadrent pas bien avec elle ; car leur sens serait plutôt pas de cause sans effet. Il vaudra donc mieux appliquer toutes ces images à l’action commune de Dieu et du prophète envers le peuple.

Deux hommes marchent-ils ensemble… Au verset 7, il est dit que le Seigneur ne fait rien sans le révéler au prophète ; ces deux, dont il s’agit ici, sont donc Dieu et son prophète. S’accorderaient-ils à menacer, comme l’un le fait par la bouche de l’autre, s’il ne s’était établi entre eux une entente préalable ? Peut-être y a-t-il allusion au voyage d’Amos à Béthel, que le prophète n’aurait pas entrepris, si l’Éternel ne l’y eût poussé.

4 Le lion rugit-il dans la forêt sans avoir une proie ? Le jeune lion fait-il retentir, sa voix du fond de sa tanière sans qu’il ait rien pris ?

Le lion rugit-il ? Toutes les menaces de l’Éternel contre Israël (chapitre 2), que vient de prononcer Amos, auraient-elles retenti, s’il n’y avait là un coupable qui les provoquât ? On sait que c’est au moment de s’élancer sur sa proie que le lion pousse son rugissement le plus terrible, comme pour paralyser sa résistance ou sa fuite. Comparez Casalis : Mes souvenirs, page 173.

Le jeune lion… Amos parle ici, non comme Psaumes 104.21 du rugissement de la faim, mais de celui de la satisfaction. L’Éternel ne menacerait pas si, par sa toute-puissance, il ne tenait déjà une proie (le coupable) entre ses mains.

5 Le passereau tombe-t-il dans le filet placé à terre sans qu’un piège lui ait été tendu ? Le filet s’élève-t-il du sol quand on n’a rien pris du tout ?

L’image du lion sert à décrire le caractère terrible du châtiment ; celle du filet en dépeint la soudaineté. Le malheur dont le prophète vous menace fondrait-il sur vous à l’improviste, si vous ne vous l’étiez attiré ? Le malheur est représenté par le filet qui enferme tout à coup l’oiseau, et le lacet (piège) qui le fait se refermer sur lui-même est la circonstance préparée de Dieu qui amène le châtiment du pécheur.

La seconde question signifie qu’une fois que l’ennemi aura envahi le pays, il ne le quittera pas sans emmener avec lui le peuple captif.

6 La trompette résonne-t-elle dans une ville sans que le peuple prenne l’alarme ? Un malheur arrive-t-il dans une ville sans que l’Éternel ait agi ?

Comme au son de la trompette d’alarme tout le peuple est saisi d’effroi, ainsi à l’ouïe de la menace de Dieu par la bouche du prophète, tout Israël devrait trembler et s’humilier.

Un malheur arrive-t-il ? Le malheur qui va frapper Samarie, n’est-il pas l’œuvre de Dieu lui-même, qui l’annonce à l’avance par son prophète ? Ainsi se rattache tout naturellement l’affirmation du verset 7.

7 Car le Seigneur, l’Éternel, ne fait rien qu’il n’ait révélé son conseil à ses serviteurs, les prophètes.

Car le Seigneur ne fait rien… Dieu a une œuvre sur la terre, pour l’accomplissement de laquelle il se sert d’agents humains ; mais ces agents, il ne les traite pas en vils esclaves ; il se confie à eux comme à des amis (comparez Jean 15.15). Il les associe à l’avance à ses desseins, afin qu’ils puissent y concourir d’une manière intelligente et libre. C’est là la vraie notion de la révélation, qui n’est pas une communication de dogmes nouveaux, mais l’initiation des hommes de Dieu au plan divin à réaliser. Comparez Genèse 18.17-19.

8 Le lion a rugi : qui ne craindrait ? Le Seigneur, l’Éternel a parlé : qui ne prophétiserait ?

Amos décrit l’impression produite sur le prophète lui-même par la menace du Seigneur. Celle-ci se fait entendre à lui comme un rugissement de lion. Alors, saisi lui-même d’un saint tremblement, il pousse le cri d’alarme ; c’est sa prophétie.

9 Faites entendre cette parole sur les palais d’Asdod et sur les palais du pays d’Égypte ; dites-leur : Rassemblez-vous sur les montagnes de Samarie et voyez : il y a beaucoup de désordres au milieu d’elle et d’oppressions dans son sein.

Faites entendre. C’est l’Éternel qui s’adresse aux prophètes.

Les palais d’Asdod. Asdod, l’une des cinq capitales des Philistins, représente le peuple entier.

Les Philistins et les Égyptiens, c’étaient les plus acharnés et les plus anciens ennemis du peuple de Dieu. Comme tels, ils représentent tous les peuples païens que Dieu appelle à venir constater de leurs propres yeux les méfaits de son peuple. Les habitants des palais, c’est-à-dire les chefs de ces peuples, sont spécialement convoqués à ce spectacle, parce que ce sont leurs semblables, les grands en Israël, qui sont les principaux coupables : comparez les mots dans leurs palais du verset 10.

Rassemblez-vous et voyez… La ville de Samarie est construite sur une haute colline, environnée d’une vallée, au-delà de laquelle s’élève de toutes parts un cercle d’autres collines plus élevées encore. C’est sur cette espèce d’amphithéâtre, d’où l’on domine la ville, que les témoins sont invités à se placer.

10 Ils ne savent pas faire ce qui est droit, dit l’Éternel, eux qui amassent la violence et le pillage dans leurs palais. 11 C’est pourquoi ainsi a dit le Seigneur, l’Éternel : L’ennemi est là ; il enserre le pays ; il te dépouillera de ta force, et tes palais seront pillés.
11 à 15 la punition

L’ennemi n’est pas nommé ; ce qui importe, ce n’est pas quel il sera, mais ce qu’il fera.

Tes palais, où tu amassais le fruit de tes extorsions et de tes pillages.

12 Ainsi a dit l’Éternel : Comme le berger arrache à la gueule du lion deux jarrets ou un bout d’oreille, ainsi seront sauvés les fils d’Israël qui sont assis à Samarie au coin d’un divan ou sur le damas de leur lit.

La répétition des mots ainsi a dit annonce une aggravation de la menace du verset 11. S’il y en a de ces riches qui échappent, ce ne seront que quelques exceptions. L’image est celle d’un agneau déjà emporté par le lion et que le berger réussit à lui arracher, mais tout mutilé.

Au coin d’un lit : allusion à l’existence confortable et luxueuse des grands de Samarie. Dans les bonnes maisons orientales, on a pour lits des divans à l’angle desquels on s’assied très commodément.

13 Écoutez ceci et attestez-le dans la maison de Jacob, dit le Seigneur, l’Éternel, le Dieu des armées :

Adressé soit au petit nombre des Israélites restés fidèles, soit plutôt aux païens cités comme témoins.

L’Éternel, le Dieu… La menace d’un tel Être ne saurait être vaine.

14 C’est que, au jour où je punirai Israël de ses crimes, je punirai les autels de Béthel, les cornes de l’autel seront brisées et tomberont à terre.

Le châtiment atteindra aussi les autels de Béthel. Cette menace s’est accomplie lors de la destruction du royaume de Samarie, et plus complètement encore sous le règne du roi de Juda Josias, comparez 1 Rois 13.2 ; 2 Rois 23.15-20.

Les cornes : la partie de l’autel dans laquelle se concentre sa puissance salutaire.

15 Et je frapperai les maisons d’hiver et les maisons d’été ; les maisons d’ivoire et les grandes maisons seront détruites, dit l’Éternel.

Maisons d’hiver… Tableau du luxe des grands.

Maisons d’ivoire : ornées de revêtements et de décorations en ivoire. Comparez 1 Rois 22.39 ; Psaumes 45.9. Ce que blâme le prophète, ce n’est pas qu’il existe de telles demeures, mais qu’on y pratique la violence.