×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Psaumes 143
Bible Annotée (double colonne)

Traduction

Psaume 143

Humble requête d’un affligé

1 Psaume de David. Éternel, entends ma prière, Prête l’oreille à mes supplications ; Réponds-moi dans ta fidélité, dans ta justice !
2 Et n’entre pas en jugement avec ton serviteur, Car nul vivant ne sera trouvé juste devant toi.
3 Car l’ennemi poursuit mon âme ; Il foule à terre ma vie, Il me fait habiter dans les ténèbres, Comme ceux qui sont morts dès longtemps ;
4 Et mon esprit défaille en moi, Mon cœur est troublé au-dedans de moi.
5 Je me souviens des jours d’autrefois, Je médite toutes tes œuvres, Et je me rappelle l’œuvre de tes mains.
6 Je tends mes mains vers toi ; Mon âme, comme une terre altérée, a soif de toi ! (Jeu d’instruments.)
7 Hâte-toi de me répondre, Éternel ! Mon esprit se consume. Ne cache pas ta face de moi, Car je deviendrais semblable à ceux qui descendent dans la fosse.
8 Fais-moi entendre dès le matin ta bonté, Car je me confie en toi. Fais-moi connaître le chemin où je dois marcher, Car j’élève mon âme à toi.
9 Délivre-moi de mes ennemis, Éternel ! Je [me] mets à couvert auprès de toi.
10 Enseigne-moi à faire ta volonté, car tu es mon Dieu. Que ton bon Esprit me conduise sur une voie unie.
11 À cause de ton nom, Éternel, rends-moi la vie ! Dans ta justice, retire mon âme de la détresse ;
12 Et dans ta miséricorde, retranche mes ennemis, Et fais périr tous ceux qui oppriment mon âme, Car je suis ton serviteur.




Commentaire biblique

Plan du commentaire biblique de Psaumes 143

Humble requête d’un affligé

Ce psaume est composé presque entièrement de réminiscences ou de citations de cantiques plus anciens, ce qui ne l’empêche pas de former un tout où les pensées se suivent très logiquement. S’il porte en suscription le nom de David. c’est sans doute à cause des nombreuses paroles de David qu’il contient. Le fait qu’il reproduit aussi une parole des Lamentations (verset 3) montre qu’il appartient en réalité à une époque plus récente que celle du roi-prophète.

Le sentiment qui domine dans ce psaume est moins l’indignation de l’innocent persécuté que la tristesse de l’homme qui souffre de ses péchés. Aussi ce cantique a-t-il été rangé parmi les Psaumes pénitentiaux, dont il clôt la série (voir Introduction).

Après une humble invocation, le psalmiste expose à Dieu sa situation (versets 1 à 6). Cette première partie du psaume se termine par un jeu d’instruments. La seconde partie contient la prière proprement dite, par laquelle le fidèle demande à l’Éternel, en même temps que la délivrance, sa direction pour être conduit dans le bon chemin (versets 7 à 12).

Verset 1

1 à 6 Invocation et complainte

Ta fidélité, à tes promesses, et ta justice : ce sont là les seuls motifs que fasse valoir le psalmiste, à l’appui de sa requête. Il ne s’agit évidemment pas ici de justice rétributive (voir verset 2), mais de la justice en vertu de laquelle Dieu se conforme à cette loi miséricordieuse, établie par lui-même, qui assure le pardon au pécheur repentant et fait prévaloir la grâce sur le droit strict (Psaumes 25.8 ; Psaumes 31.2 ; 1 Jean 1.9).

Verset 2

Nul vivant ne sera trouvé juste… Pensée souvent exprimée dans Job (Job 4.17 ; Job 9.2 ; Job 14.4, etc)., et que développe Romains 3.20.

Verset 3

La première partie de ce verset est empruntée à Psaumes 7.6 ; la seconde à Lamentations 3.6.

Verset 5

Je me souviens… Comme un homme dont la carrière est terminée et qui est presque déjà dans le Schéol, le psalmiste se reporte au temps passé, où l’Éternel agissait en sa faveur. Ce verset, comme déjà le précédent, est une réminiscence de Psaumes 77.4-6.

Verset 6

Terre altérée. Comparez Psaumes 63.2.

Verset 7

7 à 12 La supplication

Ici encore nous voyons reparaître des paroles d’autres psaumes. Comparez Psaumes 69.18 ; Psaumes 28.1, etc.

Verset 8

Dès le matin : le plus promptement possible ; de plus, à l’idée du matin s’associe souvent celle d’un commencement nouveau et d’une lumière libératrice (Psaumes 30.6), idée à laquelle se rattache très naturellement la demande de la fin du verset. Le psalmiste, défiant de lui-même, a besoin d’être conduit et guidé dans la voie, de l’obéissance.

Cette parole rappelle celle de Psaumes 90.14 : Rassasie-nous dès le matin de ta bonté.

Verset 9

Je [me] mets à couvert… Au milieu de tant de paroles empruntées à d’autres cantiques, celle-ci est propre à notre psaume ; on ne la trouve nulle part ailleurs. Comme le verbe manque de complément, quelques-uns traduisent : J’ai mis à couvert auprès de toi… mes pensées, mon secret ; je te l’ai confié.

Verset 10

Ton bon Esprit, littéralement : ton Esprit, qui est bon, qui est le bien même et qui veut le bien de ceux qui t’aiment.

Sur une voie unie, littéralement : dans une terre unie ; mais il est possible que dans le texte hébreu une erreur de copiste ait substitué le mot de terre à celui de sentier.

Verset 11

À cause de ton nom : voir Psaumes 25.11

11 et 12

Dans ta justice, retire mon âme…, dans ta miséricorde, retranche… On s’attendrait à un ordre inverse : Sauve, dans ta bonté, et détruis dans ta justice. Mais ici, comme au verset 1, le psalmiste ne donne pas au mot de justice un sens juridique. Parce que l’Éternel est juste envers lui-même, il sauve celui qui est son serviteur, et parce qu’il aime ce dernier, il détruit ses ennemis. Quant à ce dernier vœu, voir la note d’introduction au Psaume 109.