×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Philippiens 2
Bible Annotée (double colonne) Bible annotée interlinéaire Bible annotée simple colonne

Traduction

Union, humilité, désintéressement

1 Si donc il y a quelque consolation en Christ, s’il y a quelque soulagement de la charité, s’il y a quelque communion d’esprit, s’il y a quelque tendresse et quelques compassions,
2 rendez ma joie accomplie, ayant un même sentiment, une même charité, une même âme, une même pensée.
3 Ne faites rien par esprit de dispute, ni par vaine gloire ; mais par humilité, estimant les autres comme plus excellents que vous-mêmes ;
4 ne regardant pas chacun à ses propres intérêts ; mais aussi chacun à ceux des autres.
5 Qu’il y ait en vous le même sentiment qui a été en Jésus-Christ,
6 lequel, existant en forme de Dieu, ne considéra pas comme une proie l’égalité avec Dieu,
7 mais il se dépouilla lui-même, prenant une forme de serviteur, fait à la ressemblance des hommes,
8 et, quant à la figure, étant trouvé comme un homme, il s’abaissa lui-même, étant devenu obéissant jusqu’à la mort, même la mort de la croix.
9 C’est pourquoi aussi Dieu l’a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom ;
10 afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, et sur la terre, et sous la terre,
11 et que toute langue confesse que Jésus-Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père.

Exhortation à briller comme des flambeaux

12 Ainsi, mes bien-aimés, de même que vous avez toujours obéi, non seulement comme en ma présence, mais beaucoup plus maintenant en mon absence, opérez avec crainte et tremblement votre propre salut ;
13 car c’est Dieu qui opère en vous et la volonté et l’exécution, selon son bon plaisir.
14 Faites toutes choses sans murmures et sans hésitations ;
15 afin que vous soyez sans reproche, et purs, enfants de Dieu, irrépréhensibles au milieu d’une génération dépravée et perverse, parmi laquelle vous brillez comme des flambeaux dans le monde, portant la Parole de vie ;
16 pour que je puisse me glorifier au jour de Christ de n’avoir point couru en vain, ni travaillé en vain ;
17 mais, si même je sers de libation pour le sacrifice et le service de votre foi, je m’en réjouis, et je m’en réjouis avec vous tous.
18 Vous aussi réjouissez-vous de même, et réjouissez-vous avec moi.

Envoi de Timothée et d’Épaphrodite à Philippes

19 Mais j’espère dans le Seigneur Jésus de vous envoyer bientôt Timothée, afin que moi aussi je sois encouragé, en apprenant ce qui vous concerne.
20 Car je n’ai personne partageant mon sentiment pour s’inquiéter sincèrement de ce qui vous regarde ;
21 car tous cherchent leurs propres intérêts, et non ceux de Jésus-Christ.
22 Vous savez qu’il est éprouvé, parce qu’il a servi avec moi pour l’Évangile, comme un fils sert son père.
23 C’est donc lui que j’espère envoyer, dès que j’aurai vu ce qui me concerne.
24 Et je m’assure dans le Seigneur que j’irai aussi moi-même bientôt.
25 Mais j’ai estimé nécessaire de vous envoyer Épaphrodite, mon frère et mon compagnon d’œuvre et de combats, envoyé de votre part, et qui m’a secouru dans mes besoins.
26 Car il désirait fort de vous voir tous, et il était fort en peine de ce que vous aviez appris qu’il avait été malade.
27 En effet, il a été malade, et même près de la mort ; mais Dieu a eu pitié de lui ; et non seulement de lui, mais aussi de moi, afin que je n’eusse pas tristesse sur tristesse.
28 Je l’ai donc envoyé avec d’autant plus d’empressement, afin qu’en le revoyant, vous ayez de la joie, et que j’aie moins de tristesse.
29 Recevez-le donc dans le Seigneur avec toute joie, et honorez ceux qui sont tels ;
30 car il a été près de la mort à cause de l’œuvre de Christ, ayant exposé sa vie pour suppléer à votre absence dans le service qui m’était rendu.




Commentaire biblique

Plan du commentaire biblique de Philippiens 2

I. Union, humilité, désintéressement à l’exemple, du dépouillement volontaire de Jésus-Christ

Puisque la communion avec Christ est une source de consolation et d’amour, soyez un cœur et une âme, ne faisant rien par orgueil, tout par humilité, estimant les autres, ayant à cœur leurs intérêts (1-4).

Vous avez le modèle accompli de ces sentiments en Jésus-Christ qui, en possession de la gloire divine, s’en est dépouillé pour naître au sein de notre humanité, et qui s’est abaissé et rendu obéissant jusqu’à la mort de la croix (5-8).

C’est pourquoi Dieu l’a élevé au-dessus de tout, en sorte que tous l’adorent et confessent qu’il est le Seigneur (9-11).

Verset 1

Chapitre 2
1 à 11 Union, Humilité, Désintéressement à l’exemple du dépouillement volontaire de Jésus-Christ

Verset 2

La fermeté et l’union pour le combat, tel était le devoir que l’apôtre rappelait aux chrétiens de Philippes dans les derniers versets du chapitre précédent (Philippiens 1.26, suivants).

Il ne peut encore quitter ce sujet important : sachant que la lutte au sein de l’Église, suscitée par les faux docteurs qui cherchaient à attirer des disciples à eux, ne sera pas moins vive qu’avec les adversaires du dehors ; sachant aussi que, sans l’union des chrétiens, sans une sincère humilité, sans un entier renoncement, ils ne sauraient rester vainqueurs, il insiste sur ce point ; mais avant de reprendre son exhortation, (versets 2-4) il énumère les motifs les plus forts qui puissent émouvoir une âme chrétienne (verset 1).

Ensuite il fait appel à l’irrésistible exemple de renoncement, de dévouement et d’amour que nous a donné le Fils de Dieu (verset 5 et suivants). « S’il est vrai que vous ayez trouvé en Christ le Sauveur, et dans sa communion intime quelque consolation pour vos âmes (ou exhortation, appel à une vie sainte ; le mot grec les deux sens, entre lesquels se divisent les interprètes) ; si vous avez éprouvé le puissant encouragement qu’il y a dans la charité, dans l’amour pour Dieu et pour vos frères ; si réellement l’Esprit de Dieu vous a unis dans une vivante et sainte communion ; si tout cela a créé en vous une tendresse profonde (grec : « entrailles  » ; comparez Philippiens 1.8) et de vraies compassions pour les souffrances et la faiblesse de vos frères, alors, il est impossible que toutes ces forces divines ne produisent pas d’abord en vous les doux fruits de la plus intime union » (verset 2).

Et Paul accumule les termes qui désignent cette union sous tous les rapports :

  1. sous le rapport de la pensée, il caractérise l’union par le premier et le dernier des quatre termes qu’il emploie : penser la même chose, et penser une seule chose, (Grec :) par quoi il n’entend pas une uniformité de doctrine et d’opinion qui ne serait ni possible ni désirable, mais l’unité de tendance et de but ;
  2. sous le rapport des affections, il dépeint cette union par deux mots également intimes : ayant le même amour les uns pour les autres, et étant unis d’âme (syn-psychoi), expression qui ne se trouve qu’ici, mais qui se rattache à celle de Philippiens 1.27 : combattant d’une seule âme.

Et l’apôtre ne craint pas d’invoquer comme motif pour réaliser cette union parfaite la joie accomplie qu’il en éprouvera.

On peut même admettre, avec la plupart des interprètes, que par toutes les expressions qui précèdent (verset 1) l’apôtre veut émouvoir envers lui les sentiments de ses frères, en appelant à leur amour, à leur compassion, tant il serait malheureux s’ils ne suivaient pas cette voie, tant sa joie sera grande s’ils y marchent.

Verset 3

L’humilité, qui provient d’une vraie connaissance de Dieu et de nous-mêmes, tel est un second fruit que l’apôtre s’attend à trouver chez les Philippiens en vertu des motifs exposés au verset 1.

L’esprit de dispute et de vaine gloire n’est corrigé que par une sincère humilité, car il vient de ce que nous nous estimons trop nous-mêmes, et pas assez les autres.

Mais comment chacun peut-il estimer les autres comme plus excellents que soi-même ?

Si quelqu’un a reçu de Dieu des dons évidemment supérieurs à ceux de son frère, doit-il le méconnaître et se tromper soi-même pour être humble ?

Afin d’éviter cette difficulté, on a réduit ces paroles à signifier : que chacun se mette volontiers au dernier rang, aime à servir plutôt qu’à commander, etc.

C’est affaiblir la pensée de l’apôtre qui peut et doit être prise à la lettre. En effet, il s’agit moins de mesurer les dons de Dieu en nous et dans les autres, que de sentir profondément combien nous en sommes indignes, par toutes les misères qui nous restent et que nous pouvons seuls connaître.

Eussions-nous alors à nous comparer à un criminel, nous pouvons nous demander : en quoi suis-je, par nature, meilleur que lui ? s’il avait été à ma place, possédant tous les moyens d’éducation morale et de grâce divine dont j’ai joui, ne serait-il pas plus excellent que moi ? et si j’eusse été à sa place, ne serais-je pas pire que lui ? Cette mesure est celle de Dieu, (1 Corinthiens 4.7) et si nous l’adoptons, nous n’aurons pas de peine à éprouver à l’égard de tout homme le sentiment qu’indique l’apôtre, et qu’il éprouvait lui-même le premier (1 Timothée 1.15).

Verset 4

La charité seule met en pratique ce précepte (1 Corinthiens 13.5). Paul en recommande ailleurs une application particulière (1 Corinthiens 10.24).

Verset 8

Toute vérité morale se trouve vivante en Jésus-Christ, non moins que toute vérité divine. Aussi l’apôtre, exhortant les chrétiens au désintéressement, au dévouement, à l’humilité, (versets 3, 4) n’a, pour mettre sous leurs yeux l’idéal la perfection à cet égard, qu’à leur montrer le Fils de Dieu devenu Fils de l’homme. Et en le faisant, en le proposant comme modèle, il se trouve avoir écrit l’un des témoignages apostoliques considérés de tout temps comme classiques sur la divinité et l’humanité de Jésus-Christ.

Mais quel est, dans cette contemplation de la personne et de l’abaissement du Sauveur, son point de départ ? Paul parle-t-il uniquement du Christ historique, de son apparition sur la terre ? Ou bien, s’élevant jusqu’à sa préexistence éternelle, veut-il nous montrer d’abord ce qu’il était avant cette apparition, pour descendre ensuite dans les profondeurs d’abaissement qui ont commencé avec l’incarnation ? Cette dernière vue est évidemment la pensée de l’apôtre, malgré l’opinion opposée de nombreux interprètes. En effet, les termes qu’emploie Paul sont tels, qu’il y a une distance incommensurable entre son point de départ et l’état d’humiliation où il suit le Sauveur.

Christ existait (c’est ainsi qu’avec M. Rilliet il faut traduire ce verbe) en forme de Dieu. Ce mot qui, dans notre langue, réveille des idées trop matérielles et peu adéquates au sujet, exprime pourtant tout ce qui nous fait connaître Dieu comme Dieu, toutes les perfections divines (comparer Jean 17.5). C’est ce que prouve évidemment l’emploi du même mot, par antithèse, au verset 7 : forme de serviteur. Ce terme revient à celui « d’image de Dieu » (Colossiens 1.15 ; comparez Hébreux 1.3), qui emporte la réalité de l’essence divine (Jean 1.1 ; Jean 1.2).

Quand Dieu se manifeste par ses grâces, il y a bien la forme et l’essence ; il ne peut pas se manifester comme Dieu et ne l’être pas
— Luther
La forme de Dieu signifie ici la majesté ; de même que nous reconnaissons un homme à la forme de son aspect, ou, pour employer une autre image, de même que la forme de roi serait l’appareil et la splendeur qui l’environne, le sceptre, le diadème, le manteau royal ; de même la gloire dont Dieu resplendit est sa figure, sa forme.
— Calvin.

En possession des perfections divines, le Fils de Dieu était égal à Dieu (comparez Jean 5.18) ; s’il eût paru ainsi sur la terre, ce n’aurait point été une proie qu’il aurait saisie, mais c’eût été son droit éternel. En d’autres termes, Christ aurait pu, en se manifestant à ce monde coupable, apparaître dans toute la majesté de sa gloire divine ; il ne l’a pas fait, il n’a pas envisagé son égalité avec Dieu comme une proie à saisir, comme une dépouille ou un butin à porter en triomphe et dont il aurait fait trophée (tel est le sens du mot original) ; mais au contraire il s’est dépouillé lui-même.

Le terme grec signifie proprement devenir vide (comparer 1 Corinthiens 15.10 ; 1 Corinthiens 15.14, note). Ce dépouillement, ce premier acte d’humiliation par lequel le Fils de Dieu, est descendu de l’infini au fini, de la divinité à l’humanité, c’est son incarnation, sa naissance au rang des hommes. Il se dépouille de la gloire divine ; la forme de Dieu devient la forme de serviteur, serviteur dans toute la réalité du mot, serviteur de Dieu, (Ésaïe 42.1 ; Ésaïe 52.13 et suivants) serviteur des hommes, (Matthieu 20.28 ; Jean 13.1 et suivants) lui qui était le Seigneur de tous (verset 11).

Son humanité n’est pas moins réelle que sa divinité : fait à la ressemblance des hommes, (comparer Romains 8.3 ; Jean 1.14) toute sa vie ici-bas, tout ce qui parut de lui (Grec : « il fut trouvé en figure comme un homme », verset 8) ne le distingua en rien de ses frères, si ce n’est son incorruptible sainteté.

C’était là déjà avoir parcouru une immense carrière d’abaissement ; mais ce n’est pas tout : il devait plus encore s’humilier lui-même (verset 8). Comment ? en se rendant obéissant. « Quoiqu’il fût Fils », il devait « apprendre l’obéissance par les choses qu’il a souffertes  »  (Hébreux 5.8) ; porter cette obéissance jusqu’au sacrifice entier de sa volonté, (Matthieu 26.39) jusqu’à la mort, qui n’avait aucun droit sur lui, à la mort de la croix, la plus ignominieuse de toutes les morts… Voilà le Sauveur dans sa nature, dans son dévouement, dans son œuvre !

Il faut remarquer encore sur ce passage vraiment classique de nos saints livres :

  1. Que les deux termes forme de Dieu et égal à Dieu n’expriment pas deux attributs différents, mais qu’ils se complètent et s’expliquent l’un l’autre.
  2. Bien que l’apôtre enseigne ici en termes clairs et énergiques la parfaite humanité du Sauveur, il le fait par des mots qui réservent sa nature divine : ressemblance des hommes, (Romains 8.3) en figure (1 Corinthiens 7.31) ; il n’y a dans ces expressions aucune apparence de docétisme, mais ils distinguent l’homme Jésus du reste des hommes.

Qu’il y ait dans ce fait du « Dieu manifesté en chair », dans l’union de sa nature divine et de sa nature humaine, dans toute son apparition sur la terre, depuis sa conception et sa naissance jusqu’à la croix, dans l’indéfinissable mélange d’infirmités tout humaines et de perfections toutes divines, qu’il y ait en tout cela un profond mystère, (1 Timothée 3.16) nul n’a jamais songé à le nier, et l’apôtre ne s’en occupe pas ici.

Il ne s’arrête pas même au but premier de cette œuvre, ni aux grandes doctrines qui en ressortent. Ce qu’il veut exposer, ce qui est accessible à la conscience et au cœur de tout homme, c’est l’exemple émouvant d’un tel amour, d’une telle humilité, d’un tel dévouement. Et cet exemple, pour le croyant, ne reste pas un fait extérieur à contempler, et dont l’imitation alors serait purement impossible ; mais, par sa communion intime et vivante avec le Sauveur, le chrétien, transformé par degrés à son image, peut arriver à réaliser dans sa vie le même sentiment qui a été en Jésus-Christ (verset 5). Il le peut, parce que ce même Jésus-Christ vivant en lui l’en rend capable.

Se dépouiller soi-même est, au fond, bien peu de chose en comparaison de cet idéal d’amour et d’humilité que Jésus-Christ lui présente. Que sommes-nous, en effet ? Qu'avons-nous ? De quoi pourrait s’alimenter notre orgueil ? De quel bien pourrions-nous faire trophée ? Quiconque ne se sent pas dépouillé en présence du Fils de Dieu qui s’est dépouillé, n’a rien de commun avec lui. La pensée de l’apôtre n’est réalisée qu’en celui qui consent à perdre tout ce qu’il croyait avoir, tout, jusqu’à sa propre vie, pour la retrouver en Jésus-Christ (Matthieu 10.39 ; Matthieu 20.20-28 ; Luc 14.26).

Verset 11

L’élévation suprême de Jésus-Christ a été, dans un sens spécial, la conséquence, la récompense de son dévouement ; c’est ce que l’apôtre indique clairement par cette particule : c’est pourquoi (verset 9). Cette élévation, ce n’est pas la restitution de la nature divine, — Christ n’y avait jamais renoncé, — mais la restitution de la gloire éternelle dont il s’était dépouillé volontairement (comparer Luc 24.26 ; Jean 17.5 ; Éphésiens 1.20-22 ; Hébreux 2.9).

Il ne reçoit pas ce qu’il avait auparavant, mais il reçoit comme homme ce qu’il avait comme Dieu
— Théodoret

C’est par là même que se trouve réalisée en Jésus cette loi universelle du monde moral : « Quiconque s’abaisse sera élevé », (Matthieu 23.12 ; Luc 14.11 ; 1 Pierre 5.6) pensée qui correspond parfaitement au but de l’exhortation de l’apôtre (verset 5).

Rentré au sein de sa gloire en y élevant notre humanité dans sa personne, Jésus reçoit le nom qui est au-dessus de tout nom (Le texte reçu dit à tort un nom). Lequel ? Les uns répondent : le nom de , (verset 11) de souverain Dominateur de ce règne qu’il vient de fonder par son dévouement, dignité que toute langue doit confesser avec adoration. Les autres disent : le nom de JÉSUS, (verset 10) qui signifie Sauveur, et que tous ses rachetés prononceront à jamais avec reconnaissance et avec amour.

Quoi qu’il en soit, il faut remarquer que l’apôtre emploie à dessein, d’abord le nom humain de JÉSUS, devant qui tout genou doit fléchir, afin de dire clairement que c’est avec son humanité qu’il a été glorifié ; puis, il attribue le titre souverain de , désigné sous son double nom.

C’est ce qui doit délier toute langue pour le confesser, et faire fléchir tout genou afin qu’il soit adoré, au ciel, sur la terre et sous la terre, dans l’univers tout entier et par toutes les créatures qui le remplissent. Et cela aura lieu, soit volontairement et par amour, soit, un jour, par la crainte de sa toute-puissance et par la proclamation de sa justice.

Cette dernière pensée domine même dans le passage d’Ésaïe (Ésaïe 45.23 ; Ésaïe 45.24) que cite l’apôtre. Dans le prophète, c’est Jéhova qui parle, et Paul, dans la conviction que Christ est « égal à Dieu », n’hésite pas à lui attribuer la souveraine puissance et l’adoration que Jéhova réclamait pour lui-même. Mais la confession que Jésus-Christ est le Seigneur est à la gloire de Dieu le Père, parce que Dieu, ses perfections, tout son Être, a été manifesté en Christ et par son œuvre (Jean 17.1-4).

Parvenir là où est Jésus, telle est l’espérance du chrétien (Jean 14.3, 17.24) ; mais pour y arriver, il n’y a qu’un chemin, celui du renoncement et des humiliations, que Jésus-Christ a suivi ; voilà toute la pensée de Paul et le grand motif qu’il invoque à l’appui de son exhortation.

Verset 12

Plan
II. L’apôtre exhorte les Philippiens à travailler à leur salut, à briller comme des flambeaux, à être ainsi sa récompense et sa joie

Vous avez jusqu’ici obéi à l’Évangile, faites-le plus encore maintenant que je ne suis plus près de vous, travaillant à l’œuvre de votre salut, car c’est Dieu même qui l’opère en vous (12, 13).

Faites toutes choses avec la douceur de la charité, comme des enfants de Dieu sans reproche et dont la vie devienne une lumière pour le monde (14, 15).

Ainsi, je n’aurai pas travaillé en vain parmi vous, et si même je dois sceller de mon sang mon ministère, je m’en réjouirai, et vous vous réjouirez avec moi (16-18).

12 à 18 l’apôtre exhorte les Philippiens à travailler à leur salut, à briller comme des flambeaux, à être ainsi sa récompense et sa joie

Verset 13

Ces remarquables paroles, qui expriment la conséquence morale de l’exemple de Jésus-Christ cité par l’apôtre (ainsi), renferment deux pensées qui, au premier abord, paraissent être en contradiction l’une avec l’autre : d’une part, la liberté de l’homme, sa responsabilité, son action pour le salut ; de l’autre, son absolue dépendance de Dieu et de l’œuvre de la grâce.

Pourquoi devons-nous opérer notre salut avec crainte et tremblement ? parce que (car) Dieu agit avec efficace lui-même en nous pour produire et le vouloir et l’action efficace (tel est le sens du grec).

Comment s’accordent ces deux principes ? Il faut remarquer d’abord que pour que nous puissions opérer notre salut, il faut que toute l’œuvre de Christ pour nous ait précédé, et que nous avons seulement à travailler à nous approprier le salut accompli par Christ.

Il faut remarquer encore que la crainte et le tremblement ne sont plus une frayeur servile du jugement, mais la crainte filiale d’offenser un Père réconcilié, ou de retomber dans le péché par la négligence des moyens de grâce (voir ces mêmes termes, dans des applications différentes, 1 Corinthiens 2.3 ; 2 Corinthiens 7.15 ; Éphésiens 6.5).

Or, il est parfaitement vrai, quelque contradictoire que cela paraisse, et il est conforme à l’expérience chrétienne que, pour toute conscience sérieuse, le plus puissant motif de vigilance et d’action, c’est la pensée que la grâce opère tout en elle. Les premiers commencements de la conversion, comme la persévérance finale ; la première pensée d’un retour à Dieu, le premier mouvement de repentance, de foi, d’amour, comme les plus grands progrès dans la sanctification, tout est l’œuvre de la grâce en nous.

Mais cette grâce agit dans le cœur, réveille, dirige, fortifie et sanctifie la volonté ; elle produit non seulement le vouloir et l’action, mais nous donne le vif sentiment que l’inaction serait une coupable résistance, un criminel mépris de tant d’amour. Elle suscite, dans une âme ainsi remise en contact avec Dieu, la crainte et le tremblement dont parle Paul. Elle excite ce sentiment de notre responsabilité, qui nous pousse à travailler à notre salut avec énergie. Ainsi la doctrine évangélique, bien comprise, attribue à Dieu et à sa grâce la gloire du salut de l’homme, et produit dans ce dernier, à la fois la plus profonde humilité, et le zèle le plus ardent pour parvenir au but que Dieu a placé devant lui.

Verset 14

Ce mot rendu par hésitations signifie proprement des doutes ou des raisonnements, lesquels entravent l’activité et, de même que les murmures, procèdent d’un manque de confiance en cette grâce dont l’apôtre vient de rappeler les effets certains et encourageants.

Verset 15

Des chrétiens qui seraient tels que l’apôtre les décrit ici : sans reproche, purs (simples, sans aucun mélange), pour qui le beau titre d’enfants de Dieu serait une vérité, (Matthieu 5.45) des enfants sans défauts, (Colossiens 1.22 ; 1 Thessaloniciens 3.13) de tels chrétiens seraient autant de luminaires (tel est le sens du mot traduit ici par flambeaux) pour éclairer tous ceux qui errent dans les ténèbres de ce monde (comparer Daniel 12.3 ; Matthieu 5.14).

Ils sont lumière (Éphésiens 5.8) parce qu’ils portent au-devant d’eux ou retiennent ferme la Parole de vie, qui est leur flambeau.

Si un chrétien qui n’éclaire point le monde par la sainteté de sa vie est un astre sans lumière, que d’astres obscurcis dans le ciel de l’Église !
— Quesnel

Ces mots : la génération dépravée et perverse sont une allusion à Deutéronome 32.5. Paul applique à l’état moral du monde ce jugement porté par Moïse sur son peuple, toujours enclin à la désobéissance.

Verset 16

Après tous les motifs allégués par l’apôtre pour inviter les Philippiens à la persévérance et à la sanctification, il ne craint pas d’en appeler à leur amour pour lui, et de leur montrer quelle douce consolation dans ses souffrances actuelles, et quelle glorieuse espérance pour l’avenir il puisera dans la pensée de leur fidélité à leur vocation chrétienne.

Les mots couru en vain rappellent une image souvent employée par l’apôtre, cette des courses dans la lice (Philippiens 3.14 ; 1 Corinthiens 9.24, etc.).

Travaillé en vain se rapporte plutôt au labeur dans un champ dont on attend la moisson.

On peut et on doit désirer dès ce monde que la Parole de Dieu porte son fruit ; mais on ne doit désirer que fort modérément d’en goûter la douceur, si ce n’est comme saint Paul, au jour du jugement et en la présence du Seigneur.
— Quesnel

Verset 17

Ici se présente à l’apôtre l’idée que sa course et son travail (verset 16) pourraient bien se terminer par une mort sanglante. Et il entre héroïquement dans cette pensée. Sublime dévouement !

Dans l’incertitude où il était touchant l’issue de sa captivité, l’apôtre exprime tantôt la possibilité de sa mort, tantôt l’espoir qu’il restera pour son œuvre, (Philippiens 1.20-26) mais toujours en acceptant avec joie la volonté de Dieu, parce qu’il a entièrement renoncé à tout ce qui lui est propre.

Les termes dont il se sert sont tous empruntés au culte de l’Ancien Testament, et en particulier aux usages des sacrifices. Après le sacrifice sanglant, on répandait une libation de vin tout autour de l’autel. Or l’apôtre se représente d’abord son propre sang comme répandu et servant de libation : (2 Timothée 4.6) puis changeant d’image, il se dépeint comme sacrificateur, offrant à Dieu ce peuple de croyants, convertis du paganisme (Romains 15.16) ; c’est là ce qu’il appelle le sacrifice de votre foi, dans lequel il fait le service sacerdotal.

Il se réjouit à cette pensée de la mort et il invite ses frères à s’en réjouir avec lui, (verset 18) ce qui serait de part et d’autre impossible si la volonté de Dieu n’était pas à tous plus chère que la vie même, et si tous n’avaient pas l’assurance que cette mort glorifierait Jésus-Christ et l’Évangile de sa grâce.

Verset 19

Plan
III. Envoi de Timothée et d’Épaphrodite à Philippes

Paul désire envoyer Timothée aux Philippiens, pour avoir de leurs nouvelles, et il fait choix de ce disciple qui a donné des preuves de son affection pour lui et pour eux, tandis que les autres ne pensent qu’à leurs propres intérêts ; il l’enverra donc quand il aura vu l’issue de son procès, et il espère aller lui-même vers eux (19-24).

Mais il a voulu d’abord leur envoyer Épaphrodite, qui l’avait visité de leur part et avait pourvu à ses besoins ; Épaphrodite lui-même le désirait ; il avait été malade, et son retour sera une joie pour ses amis inquiets à son sujet (25-28).

Paul le recommande avec une grande affection, comme un frère qui a exposé sa vie pour lui (29, 30).

19 à 30 envoi de Timothée et d’Épaphrodite à Philippes

La mort dont il vient de parler ne lui paraît ni certaine, ni imminente. Il se peut qu’il serve d’aspersion, mais il espère envoyer Timothée pour s’informer de l’état de l’Église, et pour en être encouragé, consolé.

Timothée informera les Philippiens du sort de Paul (verset 23). Lui-même a l’assurance de venir aussi bientôt (verset 24). Comparer sur la sollicitude de l’apôtre pour le salut des âmes 1 Thessaloniciens 3.2 ; 2 Corinthiens 11.28 ; 2 Corinthiens 11.29.

Verset 21

En disant tous, Paul entend ceux qui l’entouraient alors à Rome, et qui, en partie devenus tièdes dans leur charité, en partie influencés par les faux docteurs, (Philippiens 1.15 et suivants) ne se comportaient plus comme des serviteurs dévoués de Jésus-Christ (2 Timothée 4.10). D’autant plus beau est le témoignage rendu au fidèle Timothée (verset 22).

Verset 23

Quand il saura à quoi s’en tenir sur l’issue de sa captivité (comparer verset 17, note).

Verset 25

Grec : « Votre apôtre (envoyé) et ministre de ma nécessité » (comparer Philippiens 4.18).

Verset 27

Quelle tendre délicatesse de l’amour chrétien se montre dans tous ces rapports personnels ! Épaphrodite souffre de ce que ses amis de Philippes ont appris sa grave maladie et en auront été affligés ; Paul se hâte de le leur envoyer pour leur consolation mutuelle, (verset 25) et il regarde la guérison de son frère comme une miséricordieuse dispensation de Dieu envers lui-même, afin qu’il n’eût pas tristesse sur tristesse !

On voit combien l’héroïque dévouement jusqu’à la mort, dont l’apôtre vient de donner la preuve, (verset 17) est loin d’éteindre dans son cœur les sentiments humains.

Verset 28

En sachant que vous avez cette joie, cette consolation, moi, j’en aurai moins de tristesse. Toujours cette tendre sympathie qui souffre et jouit avec les autres.

Verset 30

Il paraît qu’Épaphrodite s’était attiré sa maladie en servant l’apôtre, soit par son voyage de Philippes à Rome, soit par d’autres actes de dévouement dans cette dernière ville. En tout cas, c’était pour l’œuvre de Christ.

Et Paul reporte la vive reconnaissance qu’il en éprouve à l’Église qui lui a envoyé ce frère dans sa captivité et ses besoins. En effet, il considère ce qu’Épaphrodite a fait pour lui comme suppléant ce que tous auraient fait s’ils eussent été présents.