×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

2 Rois 8
Bible Annotée (double colonne) Bible annotée interlinéaire Bible annotée simple colonne

Traduction

La Sunamite

1 Élisée avait dit à la femme dont il avait fait revivre le fils : Lève-toi et pars, toi et ta maison, et va séjourner à l’étranger quelque part, car l’Éternel a appelé la famine, et même elle vient sur ce pays pour sept ans.
2 Et cette femme se leva et fit ce qu’avait dit l’homme de Dieu ; elle partit, elle et sa maison, et elle séjourna dans le pays des Philistins sept ans.
3 Et au bout de sept ans cette femme revint du pays des Philistins et elle alla implorer le roi au sujet de sa maison et de ses terres.
4 Et le roi parlait à Guéhazi, serviteur de l’homme de Dieu, et disait : Raconte-moi, je te prie, toutes les grandes choses qu’a faites Élisée.
5 Et il arriva qu’au moment où Guéhazi racontait au roi comment Élisée avait fait revivre le mort, voici la femme au fils de laquelle Élisée avait rendu la vie vint implorer le roi au sujet de sa maison et de ses terres, et Guéhazi dit : Roi, mon seigneur, c’est là cette femme ! C’est là son fils à qui Élisée a rendu la vie !
6 Et le roi interrogea la femme et elle lui raconta son histoire, et le roi lui donna un eunuque, disant : Fais-lui recouvrer tout ce qui est à elle et tous les revenus de ses terres depuis le jour où elle a quitté le pays jusqu’à maintenant.

Élisée et Hazaël

7 Et Élisée vint à Damas ; et Ben-Hadad, roi de Syrie, était malade ; et on l’avertit, disant : L’homme de Dieu est venu jusqu’ici.
8 Et le roi dit à Hazaël : Prends avec toi un présent et va à la rencontre de l’homme de Dieu, et tu consulteras par lui l’Éternel en disant : Est-ce que je relèverai de cette maladie ?
9 Et Hazaël alla à sa rencontre et prit avec lui un présent, tout ce qu’il y avait de mieux à Damas, une charge de quarante chameaux, et il vint et se tint devant lui et dit : Ton fils Ben-Hadad, roi de Syrie, m’a envoyé vers toi pour te dire : Relèverai-je de cette maladie ?
10 Et Élisée lui dit : Va et dis : Tu ne vivras certainement pas. Et l’Éternel m’a fait voir qu’il mourra certainement.
11 Puis il arrêta son regard et le tint fixé sur lui, au point qu’il en fut troublé, et l’homme de Dieu pleura.
12 Et Hazaël dit : Pourquoi mon seigneur pleure-t-il ? Et il dit : Parce que je sais le mal que tu feras aux fils d’Israël ; tu mettras le feu à leurs villes fortes, tu tueras leurs jeunes gens avec l’épée, tu écraseras leurs petits enfants, tu éventreras leurs femmes enceintes.
13 Et Hazaël dit : Qu’est ton serviteur, ce chien, pour faire ces grandes choses ? Et Élisée dit : L’Éternel t’a fait voir à moi comme roi de Syrie.
14 Et il partit d’auprès d’Élisée et vint vers son maître qui lui dit : Que t’a dit Élisée ? Il répondit : Il m’a dit que tu en relèveras certainement.
15 Et il arriva le lendemain qu’Hazaël prit la couverture, la plongea dans l’eau, et l’étendit sur le visage de Ben-Hadad ; et il mourut. Et Hazaël régna à sa place.

Joram, roi de Juda

16 Et la cinquième année de Joram, fils d’Achab, roi d’Israël, Josaphat étant roi de Juda, Joram, fils de Josaphat, roi de Juda, commença à régner.
17 Il était âgé de trente-deux ans lorsqu’il commença à régner, et il régna huit ans à Jérusalem.
18 Et il marcha dans la voie des rois d’Israël, comme avait fait la maison d’Achab, car il avait pour femme une fille d’Achab ; et il fit ce qui est mauvais aux yeux de l’Éternel.
19 Mais l’Éternel ne voulut pas détruire Juda, à cause de David son serviteur, selon ce qu’il lui avait dit qu’il lui donnerait toujours une lampe parmi ses fils.
20 De son temps, Édom se rendit indépendant de Juda et ils se donnèrent un roi.
21 Et Joram passa à Tsaïr avec tous ses chars, et il se leva de nuit et il battit Édom qui l’entourait et les capitaines des chars, et ses troupes se retirèrent [chez elles].
22 Et Édom resta indépendant de Juda jusqu’à ce jour. Dans ce même temps Libna se révolta.
23 Le reste des actions de Joram et tout ce qu’il a fait, ces choses ne sont-elles pas écrites dans le livre des Annales des rois de Juda ?
24 Et Joram s’endormit avec ses pères, et il fut enseveli avec ses pères dans la cité de David. Et Achazia, son fils, régna à sa place.

Achazia, roi de Juda

25 La douzième année de Joram, fils d’Achab, roi d’Israël, Achazia, fils de Joram, roi de Juda, commença à régner.
26 Achazia était âgé de vingt-deux ans quand il commença à régner, et il régna un an à Jérusalem ; et le nom de sa mère était Athalie, fille d’Omri, roi d’Israël.
27 Et il marcha dans la voie de la maison d’Achab et il fit ce qui est mauvais aux yeux de l’Éternel, comme la maison d’Achab, car il était allié à la maison d’Achab.
28 Et il alla avec Joram, fils d’Achab, à la guerre contre Hazaël, roi de Syrie, à Ramoth de Galaad ; et les Syriens battirent Joram.
29 Et le roi Joram s’en retourna pour se faire guérir à Jizréel des blessures que lui avaient faites les Syriens à Rama, dans sa guerre contre Hazaël, roi de Syrie. Et Achazia, fils de Joram, roi de Juda, descendit à Jizréel pour voir Joram, fils d’Achab, car celui-ci était malade.




Commentaire biblique

Verset 1

1 à 6 La Sunamite recouvre son bien, grâce à l’influence d’Élisée

On ne comprend pas, au premier coup d’œil, que, si ce récit est postérieur au châtiment de Guéhazi (2 Rois 5.27), le roi l’ait admis en sa présence. Mais, surtout après la délivrance de Samarie, le roi pouvait être curieux d’entendre le récit de quelques-unes des choses extraordinaires accomplies par Élisée (verset 4), et l’on pouvait au moyen de quelques précautions éviter le danger de contagion. Le Talmud dit que les lépreux pouvaient participer au culte synagogal dans une espèce de cellule établie pour eux dans la salle des cultes ; ils y entraient les premiers et en sortaient les derniers. Nous avons vu Naaman, tout lépreux qu’il était, commander l’armée des Syriens.

Séjourner à l’étranger. Sa richesse lui permettait de se déplacer ainsi avec sa famille.

La famine. Cette famine n’est pas nécessairement la même que celle de 2 Rois 4.38, dont nous ignorons la durée.

Verset 2

Le pays des Philistins : beaucoup plus fertile que celui des montagnes d’Israël.

Verset 3

Son mari, dont il n’est pas parlé, était mort sans doute dans l’intervalle ; en l’absence de cette famille, ses biens patrimoniaux avaient été saisis, soit au nom du fisc, soit par quelque parent se donnant pour héritier.

Verset 7

7 à 15 Avènement de Hazaël

Et Élisée vint à Damas. Nous ignorons ce qui occasionna ce voyage d’Élisée. Avait-il entendu parler de la maladie de Ben-Hadad et pensait-il que c’était le moment d’exécuter l’ordre que Dieu avait donné à Élie en Sinaï et qui n’avait pas encore reçu son accomplissement (1 Rois 19.15) ? Car d’après ce passage même Élisée devait se considérer comme appelé à achever l’œuvre de son prédécesseur.

Est venu jusqu’ici. L’arrivée d’Élisée à Damas avait fait sensation ; le bruit en était arrivé jusqu’au palais.

Verset 8

Le roi ne voulait pas seulement connaître l’issue de sa maladie ; il espérait aussi obtenir sa guérison par l’intercession d’Élisée, comme le montre le présent considérable dont il accompagne son message.

Verset 9

Alla à sa rencontre : non comme si Élisée était encore en chemin, mais dans le sens d’aller le trouver avant toute démarche d’Élisée pour s’approcher du roi.

Une charge de quarante chameaux. Cette royale caravane arrivant devant la maison où logeait le prophète, devait flatter son orgueil et le disposer à intervenir auprès de son Dieu.

Verset 10

Élisée lui dit… : Tu ne vivras certainement pas. Presque tous les traducteurs et commentateurs entendent au contraire : Tu vivras certainement. On obtient ce sens au moyen d’une leçon qui se trouve en marge des manuscrits et qui, par le changement d’une seule lettre, fait de l’adverbe négatif non le pronom personnel lui, ainsi : Dis-lui : Tu vivras…, au lieu de : Dis : Tu ne vivras pas. Si tel était le sens, la pensée d’Élisée serait : Tu ne mourras pas (de ta maladie), mais tu n’en mourras pas moins certainement par une autre cause. Ces derniers mots seraient pour Hazaël seul ; c’est ce que montrerait le changement de tu en il. Dans notre sens la réponse d’Élisée est simplement négative : Le roi ne se relèvera pas de sa maladie. Il faut admettre qu’au verset 14, pour donner pleine sécurité au roi, Hazaël fait dire au prophète le contraire de ce qu’il a dit.

Verset 12

Israël a eu peu d’adversaires aussi redoutables que Hazaël (2 Rois 10.32 ; 2 Rois 13.3 ; 2 Rois 13.7 ; 2 Rois 13.22).

Verset 15

Genre de meurtre qui pouvait le plus aisément faire croire à une mort naturelle.

Verset 16

16 à 24 Joram, en Juda (889-884)

Comparez 2 Chroniques 21.1-20.

C’est donc encore sous le règne de Josaphat que Joram est devenu roi, ce qui prouve le fait de la régence de Joram vers la fin de la vie de Josaphat ; voir à 2 Rois 1.17.

Verset 18

Il introduisit en Juda, sous l’influence de sa femme Athalie, fille d’Achab, le culte phénicien de Baal, qu’Achab avait introduit en Israël, sous l’influence de sa femme Jézabel (2 Rois 11.18).

Verset 19

Cette rupture ouverte de l’alliance aurait mérité d’attirer sur la famille de David un jugement de complète destruction, qui fut uniquement conjuré par la promesse faite à David (2 Samuel 7.16 et 1 Rois 11.32-39).

Une lampe : un successeur de sa famille sur son trône ; ce fut ici Joas.

Verset 20

Si Dieu n’a pas détruit, il a pourtant châtié, en mutilant le royaume.

Verset 21

Tsaïr : localité inconnue.

Cette guerre de Joram contre Édom fut motivée par la révolte de ce dernier (2 Chroniques 21.1-8). Joram paraît avoir été cerné par les Édomites et n’avoir échappé qu’en faisant de nuit une trouée à travers les ennemis. Mais ce ne fut pas une victoire ; il ne réussit qu’à ramener son armée saine et sauve ; sa tentative de replacer Édom sous son pouvoir échoua.

Verset 22

Jusqu’à ce jour : jusqu’à la composition de l’écrit dans lequel puise l’auteur de notre livre. Cet écrit doit dater d’une époque très ancienne, puisque déjà sous Amatsia et Ozias les Édomites furent de nouveau assujétis à Juda (2 Rois 14.7, 22).

Libna : ville de Juda sur les confins de la Philistie. Cette défection coïncida probablement avec la grande invasion de Juda par les Philistins et les Arabes (2 Chroniques 21.16-17).

Verset 24

Sur la mort horrible de Joram, comparez 2 Chroniques 21.18-19.

Verset 25

25 à 29 Achazia, en Juda (884-883)

Comparez 2 Chroniques 22.1-17.

Achazia est nommé, 2 Chroniques 21.17, Joachaz ; c’est le même nom : l’Éternel soutient, à cette différence près que le nom de l’Éternel est ici suffixe, et là préfixe.

C’était le seul des fils de Joram qui n’eût pas été emporté par l’invasion des Philistins et des Arabes. On est étonné de retrouver dans ce nom, aussi bien que dans ceux de Joram et de Joas, le nom de Jéhova. Était-ce un effet de l’usage, une concession à la religion ancienne, ou le nom de Jéhova désignait-il parfois la divinité en général ?

Verset 26

Athalie, fille d’Omri : en réalité fille d’Achab (verset 18), petite-fille d’Omri. Fille signifie ici descendante. Omri est toujours mentionné comme le chef et fondateur de la dynastie. C’était à lui que remontait l’introduction en Israël de l’idolâtrie sidonienne par le mariage de son fils Achab avec Jézabel.

Verset 27

Comparez 2 Chroniques 22.3, qui montre la funeste influence qu’Athalie exerça sur son fils.

Verset 28

À Ramoth de Galaad ; pour la défendre ; elle devait avoir été rendue précédemment à Israël.

Verset 29

Jizréel ; résidence royale plus rapprochée et plus facile à atteindre que Samarie.

Était malade : on peut supposer que sa blessure s’était envenimée.

Descendit ; de Ramoth, où il était resté à l’armée.