×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

2 Rois 15
Bible Annotée (double colonne)

Traduction

1 La vingt-septième année de Jéroboam, roi d’Israël, Azaria, fils d’Amatsia, roi de Juda, commença à régner.
2 Il avait seize ans quand il devint roi, et il régna cinquante-deux ans à Jérusalem. Et le nom de sa mère était Jécolia, de Jérusalem.
3 Il fit ce qui est droit aux yeux de l’Éternel, entièrement comme avait fait Amatsia, son père.
4 Les hauts-lieux seuls ne furent pas ôtés : le peuple sacrifiait encore et faisait fumer l’encens sur les hauts-lieux.
5 Et l’Éternel frappa le roi, et il fut lépreux jusqu’au jour de sa mort, et il demeurait dans la maladrerie ; et Jotham, fils du roi, avait la direction du palais, jugeant le peuple du pays.
6 Et le reste de l’histoire d’Azaria et tout ce qu’il fit, ces choses ne sont-elles pas écrites dans le livre des Annales des rois de Juda ?
7 Et Azaria s’endormit avec ses pères, et on l’enterra avec ses pères, dans la cité de David ; et Jotham, son fils, régna à sa place.
8 La trente-huitième année d’Azaria, roi de Juda, Zacharie, fils de Jéroboam, commença à régner sur Israël à Samarie ; il régna six mois.
9 Et il fit ce qui est mal aux yeux de l’Éternel, comme avaient fait ses pères ; il ne se détourna point des péchés de Jéroboam, fils de Nébat, qui avait fait pécher Israël.
10 Et Sallum, fils de Jabès, fit une conjuration contre lui, et il le frappa en présence du peuple ; et il le fit mourir et il régna à sa place.
11 Et le reste de l’histoire de Zacharie, voici ces choses sont écrites dans le livre des Annales des rois d’Israël.
12 C’est là la parole de l’Éternel qu’il avait dite à Jéhu : Tu auras des fils jusqu’à la quatrième génération assis sur le trône d’Israël. Et il en fut ainsi.

Derniers rois d’Israël.

Jotham et Achaz en Juda

13 Sallum, fils de Jabès, commença à régner la trente-neuvième année d’Ozias, roi de Juda, et il régna un mois à Samarie.
14 Et Ménahem, fils de Gadi, monta de Thirtsa et vint à Samarie, et il frappa Sallum, fils de Jabès, à Samarie, et il le fit mourir, et régna à sa place.
15 Et le reste de l’histoire de Sallum et la conjuration qu’il fit, voici ces choses sont écrites dans le livre des Annales des rois d’Israël.
16 Alors Ménahem frappa Thiphsach et tout ce qui y était et sa banlieue, depuis Thirtsa, parce qu’elle n’avait pas ouvert ses portes ; il la frappa, et il y éventra toutes ses femmes enceintes.
17 La trente-neuvième année d’Azaria, roi de Juda, Ménahem, fils de Gadi, commença à régner sur Israël ; il régna dix ans à Samarie.
18 Et il fit ce qui est mal aux yeux de l’Éternel ; il ne se détourna point pendant toute sa vie des péchés de Jéroboam, fils de Nébat, qui avait fait pécher Israël.
19 Phul, roi d’Assyrie, envahit le pays, et Ménahem donna à Phul mille talents d’argent pour qu’il lui prêtât main forte et qu’il affermit la royauté dans sa main.
20 Et Ménahem leva cet argent sur Israël, sur tous les riches, pour le donner au roi d’Assyrie, à raison de cinquante sicles d’argent par homme ; et le roi d’Assyrie s’en retourna et ne s’arrêta pas alors dans le pays.
21 Et le reste de l’histoire de Ménahem et tout ce qu’il fit, ces choses ne sont-elles pas écrites dans le livre des Annales des rois d’Israël ?
22 Et Ménahem s’endormit avec ses pères, et Pékachia, son fils, devint roi à sa place.
23 La cinquantième année d’Azaria, roi de Juda, Pékachia, fils de Ménahem, commença à régner sur Israël ; il régna deux ans à Samarie.
24 Et il fit ce qui est mal aux yeux de l’Éternel ; il ne se détourna pas des péchés de Jéroboam, fils de Nébat, qui avait fait pécher Israël.
25 Et Pékach, fils de Rémalia, son adjudant, fit une conjuration contre lui et le frappa à Samarie, dans le donjon de la maison du roi, avec Argob et Arié ; or il avait avec lui cinquante hommes d’entre les Galaadites ; et il le fit mourir et il régna à sa place.
26 Et le reste de l’histoire de Pékachia et tout ce qu’il fit, voici ces choses sont écrites dans le livre des Annales des rois d’Israël.
27 La cinquante-deuxième année d’Azaria, roi de Juda, Pékach, fils de Rémalia, commença à régner sur Israël ; il régna vingt ans à Samarie.
28 Et il fit ce qui est mal aux yeux de l’Éternel ; il ne se détourna pas des péchés de Jéroboam, fils de Nébat, qui avait fait pécher Israël.
29 Aux jours-de Pékach, roi d’Israël, Tiglath-Piléser, roi d’Assyrie, vint et prit Ijjon, Abel-Beth-Maaca, Janoach, Kédès, Hatsor, le [pays de] Galaad et la Galilée, tout le pays de Nephthali, et il en déporta les habitants en Assyrie.
30 Osée, fils d’Ela, fit une conjuration contre Pékach, fils de Rémalia, et il le frappa, et le fit mourir et devint roi à sa place, la vingtième année de Jotham, fils d’Ozias.
31 Et le reste de l’histoire de Pékach et tout ce qu’il fit, voici ces choses sont écrites dans le livre des Annales des rois d’Israël.
32 La deuxième année de Pékach, fils de Rémalia, roi d’Israël, Jotham, fils d’Ozias, roi de Juda, commença à régner.
33 Il avait vingt-cinq ans lorsqu’il commença à régner, et il régna seize ans à Jérusalem ; et le nom de sa mère était Jéruscha, fille de Tsadok.
34 Et il fit ce qui est droit aux yeux de l’Éternel ; il fit entièrement comme avait fait Ozias son père.
35 Les hauts-lieux seuls ne furent pas ôtés ; le peuple sacrifiait encore et faisait fumer l’encens sur les hauts-lieux. C’est lui qui construisit la porte supérieure de la maison de l’Éternel.
36 Et le reste de l’histoire de Jothàm et tout ce qu’il fit, ces choses ne sont-elles pas écrites dans le livre des Annales des rois de Juda ?
37 Dans ces jours-là, l’Éternel commença à envoyer contre Juda Retsin, roi de Syrie, et Pékach, fils de Rémalia.
38 Et Jotham s’endormit avec ses pères, et il fut enterré avec ses pères dans la cité de David, son père ; et Achaz, son fils, régna à sa place.




Commentaire biblique

Verset 1

1 à 7 Ozias (Azaria), en Juda (810-758)

Comparez chapitre 26 de 2 Chroniques.

La vingt-septième année de Jéroboam. Cette donnée ne s’accorde pas avec 2 Rois 14.2 ; 2 Rois 14.16 ; 2 Rois 14.17 ; 2 Rois 14.23. Il faut : dans la quinzième année. En hébreu les deux lettres qui signifient vingt-sept ressemblent beaucoup à celles qui signifient quinze ; de là l’erreur du copiste. Voir la table chronologique placée au commencement d’Ésaïe.

Verset 3

Entièrement comme avait fait Amatsia, son père, lequel déjà avait fait comme le sien (2 Rois 14.3). Voilà, l’un après l’autre, trois rois qui commencent relativement bien, et finissent par tomber dans l’infidélité : pour Joas, voir 2 Chroniques 24.17-22 ; pour Amatsia 2 Chroniques 25.14-16 ; pour Azaria, 2 Chroniques 26.16-21. Cette infidélité d’Azaria ne doit s’être produite que vers la fin de son long règne de 52 ans, qui fut dans son ensemble une longue période de prospérité et de gloire. Ce fut l’orgueil qui amena cette triste fin. Comparez la parole 2 Chroniques 26.16 (à la suite du tableau de tous les hauts faits de ce roi, versets 6 à 15).

Verset 4

Les hauts-lieux seuls. Ce fut là ce qui le distingua de David avant lui et d’Ézéchias après lui.

Verset 5

Maladrerie ; le mot hébreu signifie proprement : maison d’émancipation, où l’on vit loin du monde et de ses exigences ; de là, une demeure isolée ; elle fut sans doute construite exprès pour ce roi exclu de la société humaine.

En quoi avait consisté le crime si sévèrement puni et que suppose ce mot : L’Éternel le frappa ? Le récit 2 Chroniques 26.16 et suivants répond à cette question. La loi avait établi une séparation profonde entre la royauté et le sacerdoce, en attachant la première à la tribu de Juda et à la famille de David, le second à la tribu de Lévi et à la famille d’Aaron ; comparez Nombres 18.7 et suivants. La sacrificature et la royauté ne devaient être réunies que sur la tète du Messie (Psaumes 110.4 ; comparez Genèse 14.18). En essayant de renverser le mur de séparation que Dieu avait élevé entre les deux principaux pouvoirs établis au sein de son peuple, Ozias ruinait par la base la constitution théocratique ; il empiétait sur le temps où les deux couronnes royale et sacerdotale seraient réunies sur la tête d’un plus grand que lui ; comparez Zacharie 6.12-13 et Hébreux 7.11-17. On comprend ainsi le châtiment terrible dont il fut frappé.

Verset 7

Dans la cité de David : non cependant dans le sépulcre des rois, mais dans son voisinage (2 Chroniques 26.23), par crainte de souiller le lieu des sépultures royales.

Verset 8

8 à 12 Zacharie, en Israël (772-771)

La trente-huitième année d’Azaria. Il est impossible de mettre cette donnée d’accord avec celle de 2 Rois 14.23, à moins d’admettre un temps d’anarchie d’une dizaine d’années dans le royaume du nord ; ou bien, par une erreur de copiste, le chiffre 41 a été dans ce passage substitué à 51, ce qui donne dix ans de plus au règne de Jéroboam II.

Verset 10

En présence du peuple : son assassin n’eut pas besoin de conspirer contre lui, comme ce fut le cas pour d’autres rois ; il le tua publiquement sans que le peuple l’empêchât, ce qui montre combien peu il était aimé.

Verset 12

Voir à 2 Rois 10.30. La famille de Jéhu avait régné 110 ans : Jéhu, 28 ; Joachaz, 17 ; Joas, 16 ans, et probablement Jéroboam II et Zacharie ensemble 51 ans.

Verset 13

15.13 à 17.41 derniers rois d’Israël, Jotham et Achaz en Juda
13 à 16 Sallum, en Israël (771)

D’après Josèphe, Sallum était un ami de Zacharie et l’assassina lâchement.

Verset 14

Ménahem était, d’après Josèphe, général dans l’armée des dix tribus.

Fils de Gadi : non, comme on a faussement traduit, fils d’un Gadite.

Verset 16

Thiphsach. Ce nom ne peut désigner ici la ville de Thapsacus, sur l’Euphrate (1 Rois 4.24) ; il s’agit d’une localité plus rapprochée et faisant partie du territoire d’Israël. Conder a trouvé un endroit du nom de Tafsah près de Samarie. Ce nom désigné un gué.

Cette odieuse cruauté appartient, non à son règne, dont le récit ne commence qu’au verset 17, mais aux moyens par lesquels il s’empara du trône. Il s’agissait pour lui de briser avec éclat et immédiatement toute résistance.

Depuis Thirtsa : ces mots dépendent non de : et sa banlieue, mais de : il frappa. Il se trouvait à Thirtsa avec son corps d’armée, au moment où il apprit le crime de Sallum, et partit de là pour se substituer à lui.

Verset 17

17 à 23 Ménahem, en Israël (771-760)

Verset 18

Pendant toute sa vie. Ces mots étonnent, car une indication pareille ne se trouve nulle part ailleurs, même dans la caractéristique des plus mauvais règnes. D’anciennes traductions les placent en tête du verset 19, où ils conviennent parfaitement en faisant un léger changement : En ses jours (au lieu de : tous ses jours), Phul, roi d’Assyrie, envahit le pays. Cet événement était assez important pour en signaler la date. Nous avons cru devoir maintenir dans notre traduction le sens du texte hébreu.

Verset 19

Phul, roi d’Assyrie. C’est ici la première intervention expressément mentionnée d’un souverain assyrien dans l’histoire israélite. Nous avons vu que Jéhu avait déjà subi les coups d’un des prédécesseurs de ce terrible conquérant, Salmanasar II. Bien des raisons portent à identifier ce Phul avec le Tiglath-Piléser dont il est parlé verset 29 et 2 Rois 16.7-10, lors même que dans 1 Chroniques 5.26 ces deux noms figurent à côté l’un de l’autre comme ceux de deux rois différents. Le palais de ce roi a été retrouvé à Calach, l’un des quartiers de l’immense Ninive. Les inscriptions assyriennes placent à Calach la révolte par laquelle fut renversé le roi précédent. Phul était vraisemblablement un usurpateur ; le nom de son père n’est jamais indiqué. Son nom assyrien était Pûlu ; arrivé au pouvoir, il paraît avoir conservé ce nom en sa qualité de roi de Babylone et. avoir pris, à l’exemple d’un souverain plus ancien, celui de Tiglath-Piléser en qualité de roi de Ninive. Ce nom (proprement Tukulti-pal-esara) signifie : Mon secours est le fils d’Esara, ou Adar (le dieu de la guerre et de la chasse chez les Assyriens). D’après les inscriptions retrouvées à Calach il commença par prendre Babylone, puis il se dirigea vers l’occident et soumit les petits rois de Syrie et de Phénicie (Hiram de Tyr, Retsin de Damas, etc.). L’année suivante, ces rois, qui avaient payé le tribut l’année précédente, se soulevèrent. Cette fois, Azaria de Juda était à la tête de la coalition ; mais ils furent battus. Au nombre des rois définitivement assujettis au tribut, Phul, dans son inscription, mentionne Retsin de Syrie, Ménahem de Samarie, Hiram de Tyr, Eniel de Hamath. Il est singulier qu’Azaria ou Ozias de Jérusalem ne soit pas nommé. On pourrait être tenté de le trouver dans les noms Urimmi de Husinna, Ursalimmi étant en assyrien le nom ordinaire de Jérusalem, et Ozias ou Azaria n’étant pas très différent de Husinna. Il faudrait admettre seulement une inexactitude dans l’inscription qui aurait confondu le nom du roi avec celui de la capitale. Nous retrouverons Phul dans le cours de notre histoire, lorsqu’un peu plus tard Achaz l’appellera à son secours contre les rois d’Israël et de Syrie coalisés contre lui (Ésaïe 7.1-2).

Mille talents d’argent : environ 50 tonnes d’argent. Ce tribut énorme ne fut probablement payé à Phul qu’à un temps beaucoup plus avancé. D’après l’inscription que nous venons de citer, les rois voisins d’Israël avaient formé une confédération et refusé de payer le tribut auquel ils avaient été assujettis. Ménahem s’était probablement joint à eux, et pour détourner la colère du roi après leur défaite, il lui paya cette somme.

Verset 20

Tous les riches. C’est probablement ici le sens du mot hébreu qui désigne souvent les hommes vaillants.

Cinquante sicles par homme : environ 650 grammes d’argent par tête.

Ne s’arrêta pas alors. On peut traduire : ; mais il y a dans ce cas tautologie avec : dans le pays. Il faut plutôt traduire alors, comme c’est aussi possible. Ce mot annonce dans ce cas le retour futur de ce roi sous son autre nom de Tiglath-Piléser.

Verset 23

23 à 26 Pékachia, en Israël (760-759)

Verset 25

Son adjudant. Voir 2 Samuel 23.8, note.

Le donjon : comme 1 Rois 16.18, la partie la plus élevée du palais, la citadelle.

Argob et Arié : non des partisans de Pékach, car ils sont distingués des cinquante conjurés dont la mention suit, mais deux amis de Pékachia qui furent tués en le défendant.

Verset 27

27 à 31 Pékach, en Israël (759-739)

Vingt ans. Cette donnée ne coïncidant pas avec la durée du règne de Jotham (verset 33) et le commencement du règne d’Osée (2 Rois 17.1), il faut, si l’on ne veut pas supposer encore un interrègne d’une dizaine d’années, admettre que le copiste a écrit par erreur vingt au lieu de trente.

Verset 29

Tiglath-Piléser, roi d’Assyrie, vint. Cette même guerre, décrite ici du point de vue d’Israël, le sera du point de vue de Juda, 2 Rois 16.9 et suivants. Les forteresses du nord tombèrent les unes après les autres devant Tiglath-Piléser, qu’Achaz de Juda, menacé par Pékach et Retsin de Damas, avait appelé à son secours.

Ijjon : voir 1 Rois 15.20, note.

Abel-Beth-Maaca : voir 2 Samuel 20.14.

Janoach : inconnue.

Kédès, Hatsor : voir Juges 4.2 ; Juges 4.6. Tout le territoire environnant fut conquis. Dans une inscription cunéiforme, Tiglath-Piléser se vante d’avoir pris Galaad et Abil (Abel-Beth-Maaca) sur le pays d’Omri et d’en avoir déporté en Assyrie tous les principaux habitants. C’est ici la première déportation dont il soit parlé dans l’histoire du peuple de Dieu.

Verset 30

La vingtième année de Jotham. Mais Jotham n’a régné que seize ans (verset 33) ; voir à 2 Rois 17.1.

Verset 32

32 à 38 Jotham, en Juda (758-742)

Comparez le chapitre 27 de 2 Chroniques.

Verset 35

Mêmes remarques qu’aux versets 3 et 4.

La porte supérieure : voir à Jérémie 26.10.

Verset 37

Commença à envoyer… Ce fut dès le règne de Jotham que se forma l’alliance de Pékach de Samarie et de Retsin de Damas contre Juda, alliance qui eut sous Achaz les conséquences les plus fatales pour ces trois États.