×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

1 Samuel 29
Bible Annotée (double colonne)

Traduction

David, renvoyé de l’armée des Philistins, bat les Amalékites

1 Et les Philistins rassemblèrent toutes leurs troupes à Aphek, et Israël était campé près de la source qui est à Jizréel.
2 Et les princes des Philistins marchaient en tête des centaines et des milliers, et David et ses hommes marchaient à l’arrière avec Akis.
3 Et les chefs des Philistins dirent : Que font ici ces Hébreux ? Et Akis dit aux chefs des Philistins : N’est-ce pas ce David, serviteur de Saül, roi d’Israël, qui a été avec moi depuis des jours, depuis des années ? Et je n’ai rien trouvé à reprendre en lui depuis qu’il a passé à nous jusqu’à ce jour.
4 Et les chefs des Philistins se mirent en colère contre lui, et les chefs des Philistins lui dirent : Renvoie cet homme et qu’il retourne en son lieu, là où tu l’as établi ; et qu’il ne descende pas avec nous au combat, et qu’il ne devienne pas notre adversaire pendant la bataille. Et comment cet homme rentrera-t-il en grâce auprès de son seigneur ? Ne sera-ce pas au moyen des têtes de nos gens ?
5 N’est-ce pas ce David pour qui l’on chantait dans les chœurs : Saül a frappé ses mille Et David ses dix mille ?
6 Et Akis appela David et lui dit : L’Éternel est vivant ! Tu es un homme droit, et je te vois de bon œil prendre part avec moi à cette expédition, car je n’ai trouvé aucun mal en toi depuis ton arrivée auprès de moi jusqu’à ce jour ; mais tu déplais aux princes.
7 Maintenant donc retourne-t’en et va-t’en en paix, pour ne rien faire qui déplaise aux princes des Philistins.
8 Et David dit à Akis : Qu’ai-je fait, et qu’as-tu trouvé en ton serviteur, depuis que je suis auprès de toi jusqu’à ce jour, pour que je n’aille pas combattre les ennemis du roi mon seigneur ?
9 Et Akis répondit à David : Je le sais, car tu m’es agréable comme un ange de Dieu ; seulement les chefs des Philistins ont dit : Il ne montera pas avec nous à la bataille !
10 Et maintenant lève-toi de bon matin, toi et les serviteurs de ton seigneur qui sont venus avec toi ; levez-vous de bon matin, et dès qu’il fera jour, partez.
11 Et David et ses gens se levèrent de bonne heure pour partir au matin et retourner au pays des Philistins ; et les Philistins montèrent à Jizréel.




Commentaire biblique

Plan du commentaire biblique de 1 Samuel 29

Chapitres 29 et 30 David, renvoyé de l’armée des Philistins, bat les Amalékites
Chapitre 29

Ce chapitre revient en arrière sur le récit précédent et raconte un fait dont la connaissance est nécessaire pour expliquer ce qui suit, l’absence de David dans la bataille qui va se livrer sur les monts de Guilboa. C’est la même manière de raconter que lorsque, 1 Samuel 28.3, le narrateur rappelle la mort de Samuel et mentionne le décret de Saül contre les nécromanciens, au moment où ces deux faits deviennent nécessaires à l’intelligence de la scène d’En-Dor (1 Samuel 28.4 et suivants).

Verset 1

Et les Philistins… Les Philistins, sortant de leurs différentes villes, se réunissent pour combattre Israël. Le lieu du rassemblement, Aphek, devait se trouver plutôt à la sortie de leur pays qu’au cœur de la Terre-Sainte, dans la plaine de Jizréel, comme le supposait notre note Josué 12.18 ; il faut donc penser plutôt à l’autre Aphek dont parle cette même note, non loin d’Ebénézer. Du reste il y avait un grand nombre de villes de ce nom.

À Jizréel : à l’extrémité nord-ouest des monts de Guilboa ; c’était là, dans le voisinage d’une source importante (Juges 7.1, note), que Saül, nous ignorons pour quelle raison, avait rassemblé ses troupes et que les Philistins durent aller le chercher. Ils se campèrent, un peu plus au nord, près de Sunem, où nous les trouvons encore la veille de la bataille (1 Samuel 28.4).

Verset 2

Et les princes des Philistins…. les princes des divers territoires mentionnés Josué 13.3 ; Juges 12.3. Le fait suivant se passa sur le chemin d’Aphek à Sunem. On comprend en effet que les chefs philistins n’attendirent pas d’être en face de l’ennemi pour communiquer leurs soupçons à Akis. Il est d’ailleurs évident qu’on aurait pas eu l’imprudence de renvoyer David et ses hommes, à la veille de la bataille, au moment où il lui aurait été si facile d’aller se joindre à l’armée israélite. Enfin l’expression marchaient à l’arrière-garde montre que l’armée des Philistins était encore en route.

Verset 8

David affecte peut-être ici plus de mécontentement qu’il n’en éprouve réellement, car il doit bien sentir que c’est Dieu lui-même qui le tire de la position où il s’est mis, position qui le condamne soit à combattre son propre roi et son propre peuple, soit à commettre une trahison envers ceux avec lesquels il marche. Il semble prendre ce renvoi pour un affront. S’il en eût montré de la joie, il fût par là devenu suspect à Akis lui-même.

Verset 11

À Jizréel : se rapprochant ainsi de l’armée de Saül qu’ils se proposent d’attaquer (1 Samuel 28.4).