×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

1 Rois 10
Bible Annotée (double colonne)

Traduction

Visite de la reine de Séba.

Richesse de Salomon

1 Et la reine de Séba, ayant entendu parler de Salomon, ainsi que du nom de l’Éternel, vint pour l’éprouver par des énigmes.
2 Et elle arriva à Jérusalem avec une très grande suite, des chameaux portant des aromates, de l’or en fort grande quantité et des pierres précieuses ; et elle vint vers Salomon, et lui dit tout ce qu’elle avait dans le cœur.
3 Et Salomon répondit à toutes ses questions ; il n’y eut rien qui fût caché au roi et qu’il ne lui expliquât.
4 Et la reine de Séba vit toute la sagesse de Salomon, et la maison qu’il avait bâtie,
5 et les mets de sa table, et les appartements de ses serviteurs, et le lieu où se tenaient ses officiers, et leurs vêtements, et ses celliers, et la montée par laquelle il montait à la maison de l’Éternel ; et elle fut toute hors d’elle,
6 et elle dit au roi : C’est bien vrai, ce que j’ai entendu raconter dans mon pays de ta condition et de ta sagesse.
7 Je n’ai pas ajouté foi à ce qu’on en disait, jusqu’à ce que je sois venue et que mes yeux aient vu ; et voici, on ne m’en avait pas rapporté la moitié ; tu surpasses en prospérité ce que la renommée m’avait appris.
8 Heureux sont tes gens ! Heureux tes serviteurs, que voilà, qui se tiennent continuellement devant toi, écoutant ta sagesse !
9 Béni soit l’Éternel, ton Dieu, qui a pris plaisir en toi en te plaçant sur le trône d’Israël ! C’est parce que l’Éternel aime Israël à jamais, qu’il t’a établi roi pour faire droit et justice.
10 Et elle donna au roi cent vingt talents d’or et des aromates en très grande quantité et des pierres précieuses. Il ne vint plus jamais autant d’aromates que la reine de Séba en donna au roi Salomon.
11 Et la flotte de Hiram, qui rapportait de l’or d’Ophir, amenait aussi d’Ophir du bois de sandal en fort grande abondance, et des pierres précieuses.
12 Et le roi fit avec le bois de sandal des balustrades pour la maison de l’Éternel et pour la maison du roi, et des harpes et des luths pour les chantres. Il ne vint plus de ce bois de sandal et on n’en a pas revu jusqu’à ce jour.
13 Et le roi Salomon donna à la reine de Séba tout ce qu’elle désira et demanda, sans compter les présents qu’il lui fit [de son propre gré], comme pouvait le faire le roi Salomon. Et elle s’en retourna, et s’en alla dans son pays, elle et ses serviteurs.
14 Et le poids de l’or qui revenait à Salomon chaque année était de six cent soixante-six talents d’or,
15 outre ce qu’il retirait des marchands et du trafic des commerçants, de tous les rois d’Arabie et des gouverneurs du pays.
16 Et le roi Salomon fit deux cents grands boucliers d’or battu, pour chacun desquels il employa six cents sicles d’or,
17 et trois cents petits boucliers d’or battu, pour chacun desquels il employa trois mines d’or ; et le roi les mit dans la maison de la Forêt du Liban.
18 Et le roi fit un grand trône d’ivoire qu’il revêtit d’or fin.
19 Ce trône avait six marches, et le haut en était arrondi par derrière ; il y avait des bras de chaque côté du siège ; deux lions étaient placés debout près des bras,
20 et douze lions sur les six marches, de part et d’autre. Rien de pareil n’avait été fait pour aucun royaume.
21 Et tous les vases à boire du roi Salomon étaient d’or, et tous les vases de la maison de la Forêt du Liban étaient d’or pur. Rien n’était en argent ; on n’en faisait aucun cas du temps de Salomon.
22 Car le roi avait sur mer une flotte de Tharsis, avec la flotte de Hiram ; et tous les trois ans arrivait la flotte de Tharsis, apportant de l’or et de l’argent, de l’ivoire, des singes et des paons.
23 Ainsi le roi Salomon devint plus grand que tous les rois de la terre en richesse et en sagesse.
24 Et tout le monde recherchait la présence de Salomon pour entendre sa sagesse que Dieu avait mise dans son cœur.
25 Et chacun apportait son présent, des objets d’argent et des objets d’or, des vêtements, des armes, des aromates, des chevaux et des mulets ; et il en était ainsi chaque année.
26 Et Salomon rassembla aussi des chars et des cavaliers, et il avait quatorze cents chars et douze mille cavaliers, qu’il mit dans les villes des chars et auprès du roi à Jérusalem.
27 Et le roi rendit l’argent aussi commun à Jérusalem que les pierres, et le bois de cèdre aussi abondant que les sycomores qui croissent dans la plaine.
28 Et Salomon tirait ses chevaux d’Égypte, et cela par convois ; les marchands royaux prenaient chaque convoi pour un prix convenu.
29 Un équipage montait et sortait d’Égypte pour six cents sicles d’argent, et un cheval pour cent cinquante sicles ; c’était également par leur moyen qu’ils étaient exportés pour tous les rois des Héthiens et pour les rois de Syrie.




Commentaire biblique

Verset 1

1 à 13

La reine de Séba.

Ce fut sans doute à la suite des expéditions de la flotte à Ophir, port de mer situé dans le voisinage de son pays, que cette reine entendit parler de la sagesse de Salomon, ainsi que du nom du Dieu qu’il adorait. Cette visite n’est pas la seule de ce genre que Salomon. ait reçue (1 Rois 4.34 ; 1 Rois 10.24 ; 2 Chroniques 9.23-24). L’historien sacré a raconté celle-ci comme la plus mémorable. Rien, en effet, ne témoigne davantage de la splendeur unique de ce règne, que ce long et difficile voyage entrepris, par une femme, non dans un but politique, mais simplement pour voir et pour entendre le roi dont la renommée était parvenue jusqu’à elle. Le souvenir de cet événement s’est conservé à travers les siècles, même hors des limites de la Palestine, comme le prouvent les légendes que deux peuples de l’antiquité ont brodées sur ce voyage, à savoir les Arabes et les Abyssins. Jésus lui-même a cité comme exemple à ses auditeurs cet épisode de l’histoire du règne de Salomon (Matthieu 12.42). Dans les Psaumes et dans les prophètes, la visite de la reine de Séba est le type des hommages que tous les païens rendront un jour au Roi suprême d’Israël, au Messie. Comparez Psaumes 72.8-14 et Ésaïe 60.6.

La reine de Séba. Séba (ou Schéba), nom d’une province de l’Arabie Heureuse, au bord de la mer Rouge, probablement l’Yémen. De là le nom de reine du Midi que lui donne Jésus. Cette contrée était très riche en or, en aromates et en pierres précieuses, dont elle faisait un commerce étendu (Jérémie 6.20 ; Ésaïe 60.6 ; Psaumes 72.10). La tradition arabe donne à cette reine le nom de Balkis. Les Abyssins la font venir de Séba en Abyssinie (Ésaïe 43.3) ; mais l’orthographe des deux noms est différente en hébreu.

Ainsi que du nom de l’Éternel, littéralement : selon le nom de l’Éternel. À la renommée de Salomon était étroitement liée la gloire du nom de l’Éternel ; car la puissance et la sagesse extraordinaires de ce roi étaient envisagées comme un effet de la faveur particulière de son Dieu.

Par des énigmes. Les Orientaux, et surtout les Arabes, ont une singulière prédilection pour les énigmes, les questions épineuses et les jeux de l’esprit (Juges 14.12 ; Ézéchiel 17.2). Josèphe raconte que Salomon et Hiram se proposaient l’un à l’autre des énigmes, sorte de paris dont le vaincu payait le prix. En raison des mots précédents : ainsi que du nom de l’Éternel, on ne doit pas exclure les questions relatives à la religion.

Verset 2

Avec une très grande suite. Comme il convenait à la souveraine d’un des pays les plus riches et les plus favorisés du globe.

Tout ce qu’elle avait dans le cœur, c’est-à -dire, d’après ce qui précède, toutes les énigmes et questions difficiles qu’elle avait résolu de lui proposer.

Verset 4

Toute la sagesse de Salomon : telle qu’elle se manifestait, non seulement dans ses discours et la solution des énigmes, mais aussi dans la magnificence de son palais et l’organisation de sa cour, comme l’indiquent les termes qui suivent. La sagesse dont il s’agit est celle que Salomon lui-même a décrite Proverbes 3.14-18, et qui s’étend à tous les domaines de la vie. Cette cour si somptueuse et si bien ordonnée devait offrir plus d’un sujet d’étonnement à une reine, dans l’entourage de laquelle régnait sans doute encore une simplicité antique.

Verset 5

Et la montée par laquelle il montait. On traduit souvent : et les holocaustes qu’il offrait. La reine aurait assisté à l’une des cérémonies religieuses qui se faisaient avec une grande solennité, peut-être aux sacrifices du matin et du soir (Exode 29.38 ; Lévitique 6.8). Cependant on ne s’explique pas très bien comment la contemplation des sacrifices aurait provoqué l’admiration de la reine de Séba. Le mot ôla, qui signifie ordinairement holocauste, est pris aussi dans le sens de montée, escalier (Ézéchiel 40.6), et l’on peut traduire ces mots comme nous l’avons fait ; comparez 2 Chroniques 9.4. L’escalier en question, mentionné aussi 2 Rois 16.18, aurait été un ouvrage d’art particulièrement remarquable.

Elle fut toute hors d’elle, littéralement : il n’y eut plus de souffle en elle !

Verset 8

Heureux sont tes gens… La soif de sagesse qui caractérise la reine du Midi se révèle dans cette exclamation. C’est là la différence que fait remarquer Jésus entre elle et les Juifs ses contemporains, qui ont devant eux Celui en qui sont renfermés tous les trésors de la sagesse et de la science (Luc 11.31 ; Colossiens 2.3).

Verset 9

Béni soit l’Éternel. Cet hommage n’autorise pas à penser qu’elle se soit convertie à la religion d’Israël (comparez les expressions analogues d’Hiram, 1 Rois 5.7, note).

Verset 10

Les présents que la reine offrit à Salomon étaient des produits de son pays.

Cent vingt talents d’or : voir 1 Rois 9.14

Des aromates. L’Arabie produisait un baume célèbre. Josèphe prétend que la Judée doit à la reine de Séba un arbre à baume qui s’est dès lors multiplié dans le pays.

Verset 11

11 et 12

À l’occasion des riches présents de la reine de Séba, l’auteur rappelle en passant d’autres articles de luxe, inconnus auparavant en Palestine, qui arrivèrent à Jérusalem, du temps de Salomon, par la flotte d’Ophir, notamment le bois de sandal. Ce bois, provenant de l’Inde, était employé dans l’ébénisterie orientale ou brûlé comme encens, à cause de l’odeur aromatique qu’il dégage.

Verset 12

Balustrades. Le mot que nous rendons ainsi signifie proprement appuis, et pourrait être traduit aussi par : sièges, divans. Dans le passage correspondant 2 Chroniques 9.11, le mot est différent ; il signifie : escaliers.

Harpes et luths… comparez Ecclésiaste 2.8.

Verset 14

14 à 22

Les richesses et le luxe de Salomon, illustrés par quelques faits et quelques exemples.

14 et 15

Ces versets nous donnent une idée des ressources financières de Salomon. Il y en avait de deux sortes :

  1. Les recettes régulières, perçues en argent, et qui, calculées en moyenne pour une année, montaient à 666 talents d’or, à peu près 28 tonnes. Elles provenaient sans doute des revenus des domaines royaux (1 Chroniques 27.26-31) ; du produit des expéditions maritimes (1 Rois 9.28 ; 1 Rois 10.22) ; des présents des étrangers (1 Rois 10.24-25), car, d’après 1 Rois 10.24, ces présents étaient des revenus annuels ; des impôts levés dans le pays (1 Rois 12.4).
  2. Les recettes irrégulières, c’est-à -dire les contributions payées en nature et non en argent ; les taxes imposées aux marchands (les colporteurs parcourant le pays pour faire le commerce de détail) ; les droits de transit payés par les commerçants (les trafiquants en gros et les conducteurs de caravanes qui traversaient le territoire israélite ; les redevances des rois d’Arabie (des scheiks habitant le désert d’Arabie, soumis par David, Jérémie 25.24).

Verset 15

Les gouverneurs du pays sont les intendants des provinces énumérés 1 Rois 4.7-19.

Verset 16

16 et 17 Les boucliers de parade

Ils étaient sans doute de bois et revêtus de plaques d’or ; il y en avait de deux sortes, comme dans l’antiquité en général : les grands, quadrilatères voûtés sur les bords, couvrant tout le corps ; les petits, à forme ovale. Ces boucliers, au nombre de 300, étaient portés par les gardes dans certaines solennités (1 Rois 14.28) ; à l’ordinaire, ils décoraient la maison de la Forêt du Liban (1 Rois 7.2). On peut calculer qu’ils avaient absorbé une masse d’or équivalente à 2 240 kg. Le sicle d’or pesait environ 16, 5 grammes ; la mine 50 sicles, soit 825 g, tandis que le talent d’or représentait un poids de 3 000 sicles ou de 49, 5 kg d’or.

Verset 18

18 à 20

Le trône d’ivoire : sans doute en bois recouvert de plaques d’ivoire, avec des incrustations d’or. Le haut du dossier était arrondi en forme d’arc. Outre les deux lions placés près des accoudoirs, il y avait douze lions, deux sur chacune des six marches, l’un à droite et l’autre à gauche. Ces lions, emblèmes de la puissance royale, étaient sans doute de grandeur naturelle. Ce meuble colossal se trouvait dans la salle du trône.

Verset 20

Rien de pareil n’avait été fait. Les monuments assyriens ne présentent aucun meuble comparable à celui-là en richesse et en beauté.

Verset 21

Les vases et la vaisselle d’or. La mention de la maison de la Forêt du Liban parait prouver que des fêtes royales se célébraient dans cet édifice.

Verset 22

Une flotte de Tharsis, ce qui ne signifie pas : se rendant en Espagne, mais désigne des vaisseaux de long cours, comme ceux avec lesquels les Phéniciens faisaient le voyage d’Espagne. Comparez 1 Rois 22.49 et Ésaïe 2.16, note. Toutes les marchandises indiquées sont des produits de l’Inde.

Tous les trois ans. Voir Genèse 10.29, note. Peut-être les ouvriers de Salomon travaillaient-ils pendant un an dans les mines. Voir à 1 Rois 9.28.

Verset 23

23 et 24

comparez 1 Rois 4.29-34.

Verset 25

Chacun apportait… Il s’agit des rois du voisinage déjà soumis par David et de tous ceux qu’attirait la considération inspirée par la grandeur de Salomon.

Verset 26

Comparez 1 Rois 4.26.

Verset 27

Rendit l’argent… Pour l’or, voir verset 21.

Le bois de cèdre : voir Ésaïe 2.13, note. D’après Josèphe, il s’agirait de cèdres que Salomon fit planter en Palestine, où ils seraient devenus aussi communs que les sycomores. Il s’agit évidemment du bois de cèdre importé de la Phénicie.

Verset 29

Six cents sicles d’argent. Environ 8, 7 kg d’argent (le sicle d’argent étant pris à 14, 5 g).

Tous les rois des Héthiens. Les Héthiens ici mentionnés sont une tribu considérable de Cananéens restés indépendants, qui habitait entre l’Asie Mineure et l’Euphrate, et de l’existence de laquelle on a retrouvé récemment de nombreuses traces (Genèse 10.15). Outre le trafic intérieur, il y avait donc un commerce de transit par l’intermédiaire de marchands israélites, entre l’Égypte et les rois de ces peuples septentrionaux. Au reste, ces relations avec l’Égypte étaient évidemment contraires à l’esprit et à la lettre de la loi Deutéronome 17.16, et ne pouvaient procurer à Israël une bénédiction durable, comme la suite ne tardera pas à le prouver.