×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Daniel 2
Bible Annotée Bible annotée interlinéaire Bible annotée double colonne

Pour afficher les notes cliquez sur les versets en noir et gras.

La vision de la statue

1 La seconde année du règne de Nébucadnetsar, Nébucadnetsar ayant eu des songes, son esprit fut frappé et son sommeil fut interrompu.
2 Et le roi dit d’appeler les lettrés, les magiciens, les enchanteurs et les Chaldéens pour expliquer au roi ces songes ; et ils vinrent et se tinrent devant le roi.
3 Et le roi leur dit : J’ai fait un songe, et mon esprit est frappé, cherchant à connaître ce songe.
4 Les Chaldéens parlèrent au roi en araméen : Ô roi, vis éternellement ! Dis le songe à tes serviteurs, et nous en ferons savoir la signification.
5 Le roi répondit et dit aux Chaldéens : C’est chose arrêtée par moi. Si vous ne me faites savoir le songe et ce qu’il signifie, vous serez mis en pièces et vos maisons seront réduites en cloaques.
6 Mais si vous me dites le songe et ce qu’il signifie, vous recevrez de moi dons, récompenses et grands honneurs : ainsi dites-moi le songe et ce qu’il signifie.
7 Ils répondirent pour la seconde fois et dirent : Que le roi dise le songe à ses serviteurs, et nous en ferons savoir la signification.
8 Le roi répondit et dit : À coup sûr, je sais que vous cherchez à gagner du temps, parce que vous voyez que c’est chose arrêtée par moi.
9 Car puisque vous ne me faites pas savoir le songe, c’est que vous avez une seule pensée : de préparer un discours mensonger et trompeur à me dire, en attendant que les temps changent ; ainsi dites-moi le songe, et je saurai que vous m’en aurez fait connaître la signification.
10 Les Chaldéens répondirent devant le roi et dirent : Il n’y a pas d’homme sur la terre qui puisse faire savoir ce que le roi demande. Aussi jamais roi, si grand et si puissant qu’il ait été, n’a demandé chose pareille d’aucun lettré, devin ou Chaldéen.
11 La chose que le roi demande est difficile, et il n’y a personne qui puisse la révéler au roi, hormis les dieux dont la demeure n’est pas parmi les mortels.
12 Là-dessus le roi se mit en colère et en grande fureur, et il dit qu’on fit périr tous les sages de Babylone.
13 La sentence ayant été publiée, on tuait les sages et on cherchait Daniel et ses compagnons pour les tuer.
14 Alors Daniel fit une réponse prudente et sensée à Arjoc, le chef des gardes du roi, lequel était sorti pour tuer les sages de Babylone.
15 Il répondit et dit à Arjoc, commissaire du roi : Pourquoi cette sentence subite de la part du roi ? Alors Arjoc fit savoir la chose à Daniel.
16 Alors Daniel entra et pria le roi de lui donner du temps et qu’il ferait savoir au roi la signification.
17 Alors Daniel alla dans la maison et informa de la chose Hanania, Misaël et Azaria, ses compagnons,
18 afin d’implorer la miséricorde du Dieu des cieux au sujet de ce secret, pour qu’on ne fit point périr Daniel et ses compagnons avec le reste des sages de Babylone.
19 Alors le secret fut révélé à Daniel dans une vision pendant la nuit. Alors Daniel bénit le Dieu des cieux.
20 Daniel prit la parole et dit : Que le nom de Dieu soit béni d’éternité en éternité, car c’est à lui qu’est la sagesse et la force.
21 C’est lui qui change les moments et les temps, qui dépose les rois et qui les élève, qui donne la sagesse aux sages et le savoir aux intelligents.
22 C’est lui qui révèle les choses profondes et cachées, qui connaît ce qui est dans les ténèbres et la lumière demeure avec lui.
23 C’est toi, Dieu de mes pères, que je célèbre et que je loue de ce que tu m’as donné de la sagesse et de la force, et de ce que maintenant tu m’as fait connaître ce que nous avons demandé, en nous révélant l’affaire du roi.
24 Là-dessus Daniel entra vers Arjoc, que le roi avait chargé de faire périr les sages de Babylone ; il alla et lui parla ainsi : Ne fais pas périr les sages de Babylone ; fais-moi entrer devant le roi, et je donnerai au roi l’explication.
25 Alors Arjoc fit entrer en toute hâte Daniel auprès du roi et lui parla ainsi : J’ai trouvé un homme d’entre les captifs de Juda qui donnera au roi l’explication.
26 Le roi prit la parole et dit à Daniel, qui s’appelait Beltsatsar : Es-tu donc capable de me faire connaître le songe que j’ai eu et ce qu’il signifie ?
27 Daniel répondit en présence du roi et dit : Le secret que le roi demande, ni sages, ni magiciens, ni lettrés, ni astrologues, ne peuvent le découvrir au roi.
28 Mais il y a un Dieu dans le ciel qui révèle les secrets et qui a fait connaître au roi Nébucadnetsar ce qui doit arriver dans la fin des jours. Ton songe et les visions qu’a eues ta tête sur ta couche, les voici :
29 Toi, ô roi, des pensées s’élevaient en toi, sur ta couche, au sujet de ce qui devait arriver ci-après, et celui qui révèle les secrets t’a fait connaître ce qui doit arriver.
30 Et moi, ce n’est pas par une sagesse qui soit en moi plus qu’en aucun des vivants que ce secret m’a été révélé, mais c’est afin que l’explication en soit donnée au roi et que tu connaisses les pensées de ton cœur.
31 Toi, ô roi, tu contemplais, et voici une grande statue, immense et d’une splendeur extraordinaire : elle se dressait devant toi, et son aspect était terrible.
32 Cette statue avait la tête d’or fin, la poitrine et les bras d’argent, le ventre et les hanches d’airain,
33 les jambes de fer, les pieds en partie de fer et en partie d’argile.
34 Tu contemplais, jusqu’à ce qu’une pierre se détacha sans main et frappa la statue à ses pieds de fer et d’argile et les brisa.
35 Alors furent brisés en même temps le fer, l’argile, l’airain, l’argent et l’or, et ils furent comme la balle qui s’élève de l’aire, et le vent les emporta, et il n’en resta aucune trace, et la pierre qui avait frappé la statue devint une grande montagne et remplit toute la terre.
36 Voilà le songe ; ce qu’il signifie, nous allons le dire en présence du roi.
37 Toi, ô roi, roi des rois, à qui le Dieu des cieux a donné royauté, puissance et force et gloire,
38 auquel Dieu a livré, en quelque lieu qu’ils habitent, les fils des hommes, les bêtes des champs et les oiseaux des cieux, et qu’il a fait dominer sur eux tous, c’est toi qui es la tête d’or.
39 Et après toi, il s’élèvera un autre royaume moindre que toi ; puis un troisième royaume, d’airain, qui dominera sur toute la terre.
40 Et un quatrième royaume sera fort comme le fer ; de même que le fer brise et fracasse tout, ainsi, pareil au fer qui met en pièces, il brisera et mettra en pièces tous les autres.
41 Et si tu as vu les pieds et les orteils en partie d’argile de potier et en partie de fer, c’est que ce sera un royaume divisé ; il y aura en lui de la solidité du fer, selon que tu as vu du fer mêlé d’argile ;
42 mais comme les orteils des pieds étaient en partie de fer et en partie d’argile, sa royauté sera en partie forte et en partie fragile.
43 Si tu as vu le fer mêlé d’argile, c’est qu’ils seront mêlés de semence d’homme, mais ils ne tiendront pas l’un à l’autre, de même que le fer ne se mêle pas avec l’argile.
44 Et dans le temps de ces rois-là, le Dieu des cieux suscitera un royaume qui jamais ne sera détruit et dont la domination ne passera point à un autre peuple, qui brisera et anéantira tous ces royaumes-là, mais qui lui-même subsistera à jamais,
45 selon que tu as vu qu’une pierre s’est détachée de la montagne sans main et a brisé fer, airain, argile, argent et or. Le grand Dieu a fait connaitre au roi ce qui arrivera après ces temps-ci ; le songe est véritable et sa signification certaine.
46 Alors le roi Nébucadnetsar tomba sur sa face et se prosterna devant Daniel et il ordonna de lui offrir des offrandes et des parfums.
47 Le roi parla à Daniel et dit : Il est bien vrai que votre Dieu est le Dieu des dieux et le révélateur des secrets, puisque tu as pu révéler ce secret.
48 Alors le roi éleva Daniel et lui fit de nombreux et de riches présents ; il lui donna autorité sur toute la province de Babylone et le préposa en chef sur tous les sages de Babylone.
49 Et Daniel pria le roi, et il commit aux affaires de la province de Babylone Sadrac, Mésac et Abed-Négo ; et Daniel restait à la cour du roi.

Note

précédent (verset 1)

Commentaire biblique du verset 2

Les lettrés, les magiciens, les enchanteurs et les Chaldéens. Ces noms désignent, quatre classes de mages babyloniens dont les fonctions étaient distinctes.

Les lettrés : Chartummim : on les rencontre aussi en Égypte (Genèse 41.8, où ils doivent expliquer le songe de Pharaon, et Exode 7.1, etc., où ils exécutent des enchantements). L’étymologie de ce nom est un mot qui signifie stylet, et il paraît désigner des savants ou, comme les appelle Hérodote, des scribes sacrés, dont la fonction était d’écrire et d’interpréter les livres de magie. Selon une autre explication, qui nous semble moins probable, les Charturnmim étaient appelés ainsi du nom d’une baguette magique dont ils se servaient pour faire des conjurations.

Les magiciens : Aschaphim. Ce mot ne se trouve que dans le livre de Daniel. Son sens parait être : ceux qui soufflent. Ce seraient des exorcistes qui, par des formules de conjuration et d’imprécation prononcées à demi-voix, prétendaient éloigner les démons et mettre à l’abri de leurs coups.

Les enchanteurs : Mecaschephim existaient également en Égypte (Exode 7.11) ; d’après Ésaïe 47.9 ; Ésaïe 47.12, ils étaient fortement représentés à Babylone.

Les Chaldéens : Casdim. Nous savons par Hérodote et Diodore de Sicile que c’étaient des prêtres issus de la race la plus ancienne du pays (Comparez Daniel 1.4). Comme tels, ils étaient sans doute chargés des offices sacerdotaux proprement dits et avaient la priorité sur les autres classes de mages. C’est pourquoi ils parlent au nom de tous (versets 4 et 10).

Outre ces quatre classes, d’autres passages (verset 27 ; Daniel 4.7, etc). mentionnent encore les astrologues : Gazrim, qui annonçaient l’avenir et tiraient l’horoscope d’après les mouvements des astres. Quelques-uns voient plutôt en eux des devins, qui lisaient l’avenir dans les entrailles des victimes (de gazar, couper). Cette dernière opinion nous semble moins probable. Toutes ces cinq classes sont renfermées dans un terme général, celui de sages (versets 12 et 18 ; Daniel 4.6 et Jérémie 50.35). Ils formaient, d’après Diodore de Sicile, un collège sous la direction d’un chef (comparez verset 48) qui, vu l’extension considérable qu’avait alors la magie à Babylone et l’importance qui lui était attribuée, occupait une haute position dans l’État. Comme ces diverses classes se complétaient l’une l’autre, Nébucadnetsar les convoque toutes. Tous les moyens de divination devaient être employés pour découvrir le songe et son sens caché. Dans le cas où le songe annoncerait des malheurs, il fallait chercher à les détourner en rendant les dieux propices par des sacrifices et des prières. Et pour cela toutes les classes devaient être consultées. Chacune n’était sans doute représentée en cette circonstance que par ses chefs, ce qui explique l’absence de Daniel (verset 13).

suivant (verset 3)

Commentaire biblique de Daniel 2.2