Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Actes 1
Bible Annotée

Pour afficher les notes cliquez sur les versets en noir et gras.

1 Dans mon premier livre, ô Théophile, j’ai raconté toutes les choses que Jésus a commencé de faire et d’enseigner, 2 jusqu’au jour où il fut enlevé, après avoir donné des ordres par l’Esprit Saint aux apôtres qu’il avait choisis ; 3 à qui aussi, après avoir souffert, il se présenta lui-même, vivant, par beaucoup de preuves, se faisant voir à eux pendant quarante jours et parlant de ce qui regarde le royaume de Dieu. 4 Et comme il était assemblé avec eux, il leur commanda de ne point s’éloigner de Jérusalem ; mais d’attendre la promesse du Père, que vous avez entendue de moi, 5 car Jean a baptisé d’eau, mais vous, vous serez baptisés d’Esprit saint dans peu de jours. 6 Eux donc étant réunis, l’interrogèrent, disant : Seigneur, est-ce en ce temps-ci que tu rétabliras le royaume d’Israël ? 7 Il leur dit : Ce n’est pas à vous de connaître les temps ou les moments que le Père a fixés de sa propre autorité ; 8 mais vous recevrez une puissance, quand le Saint-Esprit sera venu sur vous ; et vous serez mes témoins, à Jérusalem d’abord, et dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre. 9 Et après qu’il eut dit ces choses, il fut élevé pendant qu’ils le regardaient, et une nuée le déroba à leurs yeux. 10 Et comme ils avaient les yeux fixés au ciel, pendant qu’il s’en allait, voici, deux hommes en vêtements blancs s’étaient placés à côté d’eux, 11 qui leur dirent : Hommes galiléens, pourquoi vous arrêtez-vous à regarder au ciel ? Ce même Jésus, qui a été enlevé d’avec vous au ciel, reviendra de la même manière que vous l’avez vu allant au ciel. 12 Alors ils s’en retournèrent à Jérusalem, de la montagne appelée des Oliviers, qui est près de Jérusalem, à la distance d’un chemin de sabbat. 13 Et quand ils furent arrivés, ils montèrent dans la chambre haute, où ils se tenaient habituellement : c’était Pierre et Jean et Jacques et André, Philippe et Thomas, Barthélemi et Matthieu, Jacques, fils d’Alphée, et Simon le zélote, et Jude, fils de Jacques. 14 Tous ceux-là persévéraient d’un commun accord dans la prière, avec les femmes, et Marie, mère de Jésus, et avec les frères de Jésus. 15 En ces jours-là, Pierre s’étant levé au milieu des frères (or il y avait une réunion d’environ cent vingt personnes assemblées), dit : 16 Hommes frères, il fallait que fût accomplie la parole de l’Écriture que l’Esprit Saint a prononcée d’avance, par la bouche de David, relativement à Judas, qui a servi de guide à ceux qui ont pris Jésus ; 17 car il était compté parmi nous et il avait eu part à ce ministère. 18 Cet homme donc a acquis un champ avec le salaire de l’injustice, et s’étant précipité, il s’est rompu par le milieu, et toutes ses entrailles ont été répandues. 19 Et ceci a été connu de tous les habitants de Jérusalem, en sorte que ce champ-là a été appelé en leur propre langue, Hakeldamach, c’est-à-dire, le champ du sang. 20 Car il est écrit dans le livre des Psaumes : « Que sa demeure devienne déserte, et qu’il n’y ait personne qui l’habite » ; et encore : « Qu’un autre prenne sa charge ». 21 Il faut donc que de ceux qui nous ont accompagnés, pendant tout le temps que le Seigneur Jésus a vécu parmi nous, 22 depuis le baptême de Jean jusqu’au jour où il a été enlevé d’avec nous, il y en ait un qui devienne avec nous un témoin de sa résurrection. 23 Et ils en présentèrent deux : Joseph, appelé Barsabas, qui fut surnommé Juste, et Matthias. 24 Et priant, ils dirent : Toi, Seigneur, qui connais les cœurs de tous, montre lequel de ces deux, tu as choisi, 25 pour prendre la place de ce ministère et de cet apostolat dont Judas s’est retiré pour aller en son propre lieu. 26 Et ils jetèrent le sort sur eux ; et le sort tomba sur Matthias, qui fut compté avec les onze apôtres.

Note

note précédente (verset 20)

Commentaire biblique du verset 22

La proposition que Pierre a préparée par son discours est de nommer un apôtre à la place de Judas. Mais puisqu’un témoin doit être parfaitement instruit de tout ce qu’il affirme, Pierre pose comme condition que l’élu ait (grec) marché avec les premiers disciples de Jésus, qu’il ait partagé la vie errante du Sauveur et des siens, et cela pendant tout le temps que le Seigneur Jésus (grec) est entré et sorti parmi nous.

Les limites du ministère caractérisé par cet hébraïsme (Jean 10.9, note) sont le baptême de Jean, qui l’inaugura (grec ayant commencé depuis le baptême de Jean), et l’ascension, qui en marqua le terme.

L’homme qui aura ainsi suivi Jésus du commencement à la fin de sa carrière terrestre pourra seul être témoin de sa résurrection. Il sera témoin de sa vie entière ; mais Pierre concentre celle-ci dans la résurrection, qu’il considère comme le fondement de l’Évangile (comparer Actes 10.38-42).

On voit par ces paroles quelle haute idée les apôtres eux-mêmes se faisaient du témoignage apostolique, source unique et seule autorisée de tout ce que nous connaissons du Sauveur et de son œuvre.

note suivante (verset 23)

Commentaire biblique de Actes 1.22