×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

1 Corinthiens 5
Bible Annotée Bible annotée interlinéaire Bible annotée double colonne

Pour afficher les notes cliquez sur les versets en noir et gras.

Pratiquez la discipline !

1 On entend dire généralement qu’il y a parmi vous de l’impudicité, et une impudicité telle, qu’elle n’existe pas même parmi les païens : au point que quelqu’un a la femme de son père.
2 Et vous êtes enflés d’orgueil, et vous n’avez pas plutôt été dans le deuil, afin que celui qui a commis cette action fût ôté du milieu de vous !
3 Pour moi, étant absent de corps, mais présent d’esprit, j’ai déjà jugé, comme si j’étais présent, concernant celui qui a commis une telle action :
4 Au nom de notre Seigneur Jésus-Christ, vous et mon esprit étant assemblés, avec la puissance de notre Seigneur Jésus-Christ,
5 j’ai décidé de livrer un tel homme à Satan, pour la destruction de la chair, afin que l’esprit soit sauvé au jour du Seigneur Jésus.
6 Il ne vous sied point de vous glorifier : Ne savez-vous pas qu’un peu de levain fait lever toute la pâte ?
7 Ôtez le vieux levain, afin que vous soyez une nouvelle pâte, comme vous êtes sans levain ; car aussi Christ, notre Pâque, a été immolé ;
8 célébrons donc la fête, non avec le vieux levain, ni avec le levain de la malice et de la méchanceté ; mais avec les pains sans levain de la sincérité et de la vérité.

Envers qui doit s’exercer la discipline ?

9 Je vous ai écrit dans ma lettre de ne point vous mêler avec les impudiques ;
10 non pas absolument avec les impudiques de ce monde, ou avec les avares et les ravisseurs, ou avec les idolâtres ; autrement, il vous faudrait sortir du monde.
11 Mais maintenant, je vous ai écrit de ne point vous mêler avec quelqu’un qui, se nommant frère, serait impudique, ou avare, ou idolâtre, ou outrageux, ou ivrogne, ou ravisseur, et de ne pas même manger avec un tel homme.
12 Car qu’ai-je à faire de juger même ceux qui sont du dehors ? Ne jugez-vous pas, vous, ceux qui sont du dedans ?
13 Mais Dieu juge ceux qui sont du dehors. Ôtez le méchant du milieu de vous.

Note

précédent (verset 2)

Commentaire biblique du verset 5

Livrer à Satan ne signifie pas autre chose que l’exclusion de la communion des chrétiens, ou de l’Église.

L’Église est le corps de Christ, (1 Corinthiens 12.12 ; 1 Corinthiens 12.13) le temple de Dieu (1 Corinthiens 3.16 ; 2 Corinthiens 6.16) ; il l’a arrachée du milieu du monde où Satan règne par le péché (2 Corinthiens 4.4) ; si donc un homme est exclu de l’Église, il est rejeté dans le monde, sous la domination de Satan.

Mais l’apôtre se hâte d’indiquer le but final d’un tel châtiment, qui n’était point de livrer le coupable à la damnation ; mais, au contraire, de mortifier et de détruire en lui la chair, source de son péché, et de sauver, si possible, son esprit, par la repentance que pouvait exciter en lui une si profonde humiliation. Et c’est probablement ce qui arriva : le coupable se repentit, et Paul lui-même demanda, (2 Corinthiens 2.4-10) avec une grande compassion, la réintégration de cet excommunié dans l’Église.

Il s’agit donc ici d’une discipline toute morale : plût à Dieu qu’on ne l’eût jamais oublié ! C’est en entendant par livrer à Satan la damnation, et par la chair, le corps, que l’Église a cru pouvoir s’appuyer de ce passage pour se transformer en un tribunal de sang et exercer ses horribles persécutions ! Comparer 1 Timothée 1.20.

L’apôtre avait ordonné ce châtiment au nom de notre Seigneur Jésus-Christ, par l’autorité apostolique qu’il tenait de lui ; cependant, il attache une grande importance à ce que l’Église de Corinthe concoure avec lui à l’exécution de cet acte de discipline. Elle devait donc, après avoir reçu sa lettre, s’assembler, se représenter l’apôtre comme étant au milieu d’elle par son esprit et par l’ordre qu’il lui donnait, se placer solennellement en la présence de Jésus-Christ, et, avec sa puissance, selon sa Parole et par la force de son Esprit, accomplir ce douloureux devoir. Comparer Matthieu 18.15-20.

Quelques Pères de l’Église, suivis de nos jours par plusieurs interprètes de l’Allemagne, ont expliqué différemment ce passage. Ils pensent que l’apôtre enjoint au troupeau l’exclusion de l’incestueux, et se réserve à lui seul, à son autorité apostolique, (verset 3) de le livrer à Satan (ce qui est évidemment contraire au verset 4), et ils croient que ce châtiment aurait consisté en quelque peine corporelle, quelque maladie infligée par Satan pour la destruction de la chair.

Cette idée superstitieuse, que rejetait déjà le bon sens de Calvin, n’a pas le moindre fondement dans le texte (comparer versets 2, 13, où l’apôtre explique toute sa pensée par ce mot si clair : Ôtez du milieu de vous ; voir aussi 2 Corinthiens 2.6 ; 2 Corinthiens 2.7).

suivant (verset 6)

Commentaire biblique de 1 Corinthiens 5.5