×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

1 Corinthiens 15
Bible Annotée Bible annotée interlinéaire Bible annotée double colonne

Pour afficher les notes cliquez sur les versets en noir et gras.

Les témoins de la résurrection de Jésus-Christ

1 Or, je vous fais connaître, frères, l’Évangile que je vous ai annoncé, que vous avez aussi reçu, dans lequel aussi vous demeurez fermes,
2 par lequel aussi vous êtes sauvés, si vous le retenez tel que je vous l’ai annoncé ; à moins que vous n’ayez cru en vain.
3 Car je vous ai transmis, avant toutes choses, ce que j’avais aussi reçu, que Christ est mort pour nos péchés, selon les Écritures ;
4 et qu’il a été enseveli, et qu’il est ressuscité le troisième jour, selon les Écritures ;
5 et qu’il a été vu de Céphas, ensuite des douze.
6 Après cela, il a été vu de plus de cinq cents frères, en une seule fois, dont la plupart vivent encore jusqu’à présent, et dont quelques-uns aussi se sont endormis.
7 Puis il se fit voir à Jacques, et ensuite à tous les apôtres.
8 Et après tous, il a aussi été vu de moi, comme de l’avorton ;
9 car je suis le moindre des apôtres, et je ne suis même pas digne d’être appelé apôtre, parce que j’ai persécuté l’Église de Dieu.
10 Mais c’est par la grâce de Dieu que je suis ce que je suis ; et sa grâce envers moi n’a point été vaine ; mais j’ai travaillé plus qu’eux tous ; non pas moi, pourtant, mais la grâce de Dieu qui est avec moi.
11 Soit donc moi, soit eux, c’est là ce que nous prêchons, et ce que vous avez cru.

s’il n’y a point de résurrection des morts, qu’en résulte-t-il ?

12 Or, si l’on prêche que Christ est ressuscité des morts, comment quelques-uns d’entre vous disent-ils qu’il n’y a point de résurrection des morts ?
13 Mais, s’il n’y a point de résurrection des morts, Christ aussi n’est point ressuscité.
14 Et si Christ n’est point ressuscité, notre prédication est donc vaine, vaine aussi est votre foi.
15 Et même nous sommes trouvés de faux témoins à l’égard de Dieu ; car nous avons rendu ce témoignage contre Dieu, qu’il a ressuscité Christ, lequel il n’a point ressuscité, si les morts ne ressuscitent point.
16 Car si les morts ne ressuscitent point, Christ n’est point non plus ressuscité ;
17 et si Christ n’est point ressuscité, votre foi est vaine, vous êtes encore dans vos péchés ;
18 ceux donc aussi qui se sont endormis en Christ sont perdus.
19 Si c’est dans cette vie seulement que nous avons espéré en Christ, nous sommes les plus misérables de tous les hommes.
20 Mais maintenant Christ est ressuscité des morts, comme prémices de ceux qui se sont endormis.
21 Car, puisque la mort est venue par un homme, la résurrection des morts est aussi venue par un homme.
22 Car, comme en Adam tous meurent, de même aussi en Christ tous revivront.
23 Mais chacun en son propre rang : d’abord Christ, qui est les prémices ; ensuite ceux qui sont à Christ, à son avènement ;
24 ensuite viendra la fin, quand il remettra le royaume à Dieu le Père, et qu’il aura détruit toute domination, toute autorité et toute puissance.
25 Car il faut qu’il règne jusqu’à ce qu’il ait mis tous ses ennemis sous ses pieds.
26 Le dernier ennemi sera détruit, la mort.
27 Car il a assujetti toutes choses sous ses pieds. Or, quand il dit que toutes choses sont assujetties, il est évident que Celui qui lui a assujetti toutes choses est excepté !
28 Et quand toutes choses lui auront été assujetties, alors aussi le Fils même sera assujetti à Celui qui lui a assujetti toutes choses, afin que Dieu soit tout en tous.
29 Autrement, que feront ceux qui sont baptisés pour les morts, si absolument les morts ne ressuscitent point ? Pourquoi aussi sont-ils baptisés pour eux ?
30 Et pourquoi nous-mêmes sommes-nous à toute heure en péril ?
31 Je meurs tous les jours ; j’en atteste, frères, le sujet que j’ai de me glorifier de vous, en Jésus-Christ notre Seigneur.
32 Si c’est selon l’homme que j’ai combattu contre les bêtes à Éphèse, quel avantage m’en revient-il ? Si les morts ne ressuscitent point, mangeons et buvons, car demain nous mourrons.
33 Ne vous abusez point, les mauvaises compagnies corrompent les bonnes mœurs.
34 Réveillez-vous, pour vivre justement, et ne péchez point ; car il y en a qui sont sans connaissance de Dieu ; je vous le dis à votre honte.

Comment ressusciteront les morts ?

35 Mais quelqu’un dira : Comment ressuscitent les morts, et avec quels corps reviennent-ils ?
36 Insensé ! Ce que tu sèmes, toi, n’est point rendu vivant, à moins qu’il ne meure.
37 Et quant à ce que tu sèmes, tu ne sèmes pas le corps qui doit naître, mais un grain nu, comme il se rencontre, soit de blé, soit de quelque autre semence.
38 Mais c’est Dieu qui lui donne un corps, comme il l’a voulu, et à chaque semence le corps qui lui est propre.
39 Toute chair n’est pas la même chair ; mais autre est la chair des hommes, autre la chair des bêtes, autre celle des oiseaux, autre celle des poissons.
40 Il y a aussi des corps célestes et des corps terrestres ; mais autre est la gloire des célestes, et autre celle des terrestres.
41 Autre est l’éclat du soleil, autre l’éclat de la lune, et autre l’éclat des étoiles ; car une étoile diffère en éclat d’une autre étoile.
42 en est de même de la résurrection des morts : le corps est semé en corruption, il ressuscite en incorruptibilité ;
43 il est semé en déshonneur, il ressuscite en gloire ; il est semé en infirmité, il ressuscite en puissance ;
44 il est semé corps animal, il ressuscite corps spirituel. S’il existe un corps animal, il en existe aussi un spirituel ;
45 aussi est-il écrit : Le premier homme, Adam, a été fait avec une âme vivante ; mais le dernier Adam est un esprit vivifiant.
46 Mais ce qui est spirituel n’est pas le premier ; mais ce qui est animal ; ensuite vient ce qui est spirituel.
47 Le premier homme, étant de la terre, est terrestre ; et le second homme est du ciel.
48 Tel est le terrestre, tels sont aussi les terrestres ; et tel est le céleste, tels sont aussi les célestes.
49 Et comme nous avons porté l’image du terrestre, nous porterons aussi l’image du céleste.

Ce qui arrivera aux vivants

Chant de victoire

50 Voici donc ce que je dis, frères : C’est que la chair et le sang ne peuvent hériter le royaume de Dieu, ni la corruption hériter l’incorruptibilité.
51 Voici, je vous dis un mystère : nous ne dormirons pas tous, mais tous nous serons changés,
52 en un instant, en un clin d’œil, au son de la dernière trompette ; car la trompette sonnera, et les morts ressusciteront incorruptibles, et nous, nous serons changés.
53 Car il faut que ce corps corruptible soit revêtu de l’incorruptibilité, et que ce corps mortel soit revêtu de l’immortalité.
54 Et quand ce corps corruptible aura été revêtu de l’incorruptibilité, et que ce corps mortel aura été revêtu de l’immortalité, alors sera accomplie cette parole qui est écrite : La mort est engloutie pour la victoire.
55 mort ! Où est ton aiguillon ? Mort ! Où est ta victoire ?
56 Or, l’aiguillon de la mort, c’est le péché ; et la puissance du péché, c’est la loi ;
57 mais grâces à Dieu, qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus-Christ.
58 C’est pourquoi, mes frères bien-aimés, soyez fermes, inébranlables, abondant toujours dans l’œuvre du Seigneur, sachant que votre travail n’est pas vain dans le Seigneur.

Note

précédent (verset 44)

Commentaire biblique du verset 45

Pour bien comprendre ces paroles qui nous ouvrent une vue profonde sur la nature de l’homme et sur les rapports de la création et de la rédemption, il faut se souvenir que, selon l’Écriture, l’homme est composé de l’esprit, de l’âme et du corps dans une indivisible unité (1 Thessaloniciens 5.23).

L’esprit est la faculté la plus élevée, celle qui met l’homme en rapport avec Dieu ; l’âme (grec : psyché) est l’élément de la vie, que nous avons en commun avec tous les animaux de là, la traduction corps animal, doué d’âme (en latin anima, voir 1 Corinthiens 2.14, note), avec l’immense différence toutefois, que chez l’homme cette âme est unie à un esprit immortel qui la rend intelligente et en fait le siège, non seulement de sensations et d’instincts, mais de sentiments dont nous avons la conscience et la responsabilité.

Le corps enfin est l’organe matériel de l’esprit et de l’âme. Dieu, en créant l’homme en âme vivante (verset 45, Grec : pour une âme vivante, c’est-à-dire pour grandir toujours plus dans la vie véritable dont la source lui était ouverte, Genèse 2.7-9), voulait que le développement graduel de sa créature se fit par un progrès ascendant vers la spiritualité.

L’esprit de l’homme, en communion vivante avec l’esprit de Dieu, aurait pénétré l’âme, et par elle le corps, l’être tout entier. Ainsi, l’esprit aurait dominé sur toutes les facultés de l’homme, comme l’homme devait dominer sur la nature entière, et il serait parvenu à sa destination glorieuse sans passer par la mort et la résurrection.

Mais, par la chute, toute cette harmonie a été brisée : la communion avec Dieu, source de la vie, fut interrompue ; l’esprit, au lieu de régner, tomba sous la domination de l’âme et du corps, c’est-à-dire des passions et des sens ; l’ordre du progrès fut interverti ; l’homme, destiné à être spirituel, devint charnel et terrestre, et le roi de la création fut l’esclave du péché et de la mort.

Tel est le premier homme Adam, auquel l’apôtre oppose, dans un puissant contraste, le dernier Adam, (verset 45) Jésus-Christ. Né dans notre nature, Christ était sans doute susceptible de souffrir et de mourir ; mais ayant, par cette souffrance même, par son obéissance et par sa mort, « accompli toute justice », il rétablit en sa personne et en sa vie l’harmonie détruite ; l’esprit qui, en lui, était le temple de l’Esprit de Dieu, pénétra de sa vie l’âme et le corps ; aussi « les liens de la mort ne purent-ils le retenir ; » il fut « vivifié en esprit », (1 Pierre 3.18) il ressuscita « par l’Esprit de sainteté » (Romains 1.4) avec un corps glorifié.

Il a donc été fait, pour lui-même et pour les siens en esprit vivifiant, (verset 45) ce que Paul oppose à l’âme vivante du premier Adam.

Christ, en demeurant dans ses rachetés, les rend semblables à lui en toutes choses (1 Corinthiens 15.48 ; 1 Corinthiens 15.49 ; Romains 8.11 ; comparez 1 Corinthiens 6.5). Leur corps nouveau, « conforme au corps glorieux du Christ », (Philippiens 3.21) est ici appelé corps spirituel, par opposition au corps animal (ou psychique) d’Adam, (verset 44) parce qu’il sera entièrement pénétré, glorifié par l’Esprit, manifestant au dehors ce que cet esprit est en lui-même, et reflétant l’éternelle sagesse, la sainteté, la beauté morale, l’amour.

suivant (verset 46)

Commentaire biblique de 1 Corinthiens 15.45