Menu

Vous êtes ici :  /   / 

La Bible annotée

étude biblique - Bandeau aléatoire

Le livre de Josué

Chapitres : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24

Chapitre 5

1 Lorsque tous les rois des Amorrhéens de l'autre côté du Jourdain, vers l'occident, et tous les rois des Cananéens sur les bords de la mer eurent appris que l'Éternel avait mis à sec les eaux du Jourdain devant les fils d'Israël jusqu'à ce que nous eussions passé, leur cœur se fondit et ils perdirent tout courage devant les fils d'Israël.
2 Dans ce temps-là, l'Éternel dit à Josué : Fais-toi des couteaux de pierre et recommence à circoncire de nouveau les fils d'Israël.
3 Et Josué se fit des couteaux de pierre, et il circoncit les fils d'Israël sur la colline d'Araloth.
4 Et voici la raison pour laquelle Josué les circoncit : tout le peuple sorti de l'Egypte, les mâles, tous les hommes de guerre, étaient morts dans le désert, en chemin, lors de leur sortie d'Egypte.
5 Car tout le peuple à sa sortie était circoncis ; mais tout le peuple qui était né dans le désert, en chemin, lors de la sortie d'Egypte, n'avait pas été circoncis.
6 Car pendant quarante ans, les fils d'Israël avaient marché dans le désert, jusqu'à ce qu'eût péri toute la nation, les hommes de guerre qui étaient sortis de l'Egypte, lesquels n'avaient point obéi à la voix de l'Éternel ; c'est pourquoi l'Éternel leur jura qu'ils ne verraient pas le pays que l'Éternel avait juré à leurs pères de nous donner, pays découlant de lait et de miel.
7 Et il mit leurs fils à leur place ; ce sont eux que Josué circoncit, car ils étaient incirconcis, parce qu'on ne les avait pas circoncis en chemin.
8 Et lorsqu'on eut achevé de circoncire toute la nation, ils restèrent à leur place dans le camp jusqu'à ce qu'ils fussent guéris.
9 Et l'Éternel dit à Josué : Aujourd'hui, j'ai roulé de dessus vous l'opprobre de l'Egypte. Et ce lieu fut appelé Guilgal jusqu'à ce jour.
10 Et les fils d'Israël campèrent à Guilgal, et ils célébrèrent la Pâque, le quatorzième jour du mois, au soir, dans les plaines de Jéricho.
11 Et ce jour-là même, dès le lendemain de la Pâque, ils mangèrent du produit du pays : des pains sans levain et du grain rôti.
12 Et la manne cessa dès le lendemain du jour où ils mangèrent du produit du pays ; et les fils d'Israël n'eurent plus de manne, et ils mangèrent cette année-là du crû du pays de Canaan.
13 Et il arriva, comme Josué était près de Jéricho, qu'il leva les yeux et regarda ; et voici un homme se tenait debout devant lui, son épée nue à la main ; et Josué alla vers lui et lui dit : Es-tu des nôtres ou de nos ennemis.
14 Et il répondit : Non, mais je suis le chef de l'armée de l'Éternel ; je suis venu maintenant. Et Josué tomba le visage contre terre, et se prosterna et lui dit : Qu'est-ce que mon Seigneur dit à son serviteur ?
15 Et le chef de l'armée de l'Éternel dit à Josué : Ote tes souliers de tes pieds, car le lieu sur lequel tu te tiens est saint. Et Josué fit ainsi.

Haut de page

Notes

Verset 1

1 à 9

Circoncision.

L'impression de terreur, produite par ce passage sur les Cananéens, rendit possible cet acte de consécration, accompli les jours suivants par Israël.

Jusqu'à ce que nous eussions passé. On pourrait sans doute expliquer cette première personne par le sentiment de solidarité par lequel le rédacteur se sent uni avec la totalité de son peuple (Psaumes 66.6). Mais dans ce cas pourquoi cette forme communicative ne reparaîtrait-elle pas beaucoup plus souvent dans le récit ? Il est plus simple d'y voir la trace d'une rédaction due à l'un des témoins de l'événement. Voir encore verset 6.

Verset 2

La circoncision avait été suspendue depuis Kadès ; car le peuple s'était trouvé dès lors dans une position de rejet, d'où il ne sortait qu'en ce moment. L'accomplissement de cette prescription était d'autant plus nécessaire qu'on allait célébrer la Pâque, fête à laquelle ne pouvait prendre part aucun incirconcis (Exode 12.44,48).

Des couteaux de pierre. Voir Exode 4.25, note.

De nouveau : au commencement de cette nouvelle période, qui avait été séparée de la première (d'Abraham à Moïse) par l'interruption des quarante ans au désert.

Verset 3

Sur la colline d'Araloth, c'est-à-dire des prépuces.

Il semble qu'il était bien imprudent de mettre les hommes de guerre dans un semblable état, alors que le camp pouvait être attaqué à chaque instant. Mais c'est précisément pour cette raison que l'auteur a fait ressortir au verset 4 la terreur dont tous les peuples d'alentour étaient frappés, et il ne faut point oublier que tous les hommes sortis d'Egypte au-dessous de vingt ans étaient déjà circoncis et pouvaient, en cas d'attaque, défendre le camp.

Verset 9

L'opprobre de l'Egypte. Cette expression se comprendrait aisément si l'on supposait que l'usage de la circoncision avait été généralement mis en oubli durant le séjour du peuple en Egypte. Mais cette sa supposition est impossible, en raison de la célébration de la Pâque qui avait eu lieu au Sinaï (voir verset 5). Le trait raconté Exode 4.24-26 prouve également que la circoncision n'était point tombée en désuétude, bien qu'on ait voulu conclure de ce fait le contraire. Il faut sans doute entendre par l'opprobre d'Egypte la disposition à l'idolâtrie et à l'immoralité qu'avait constamment manifestée Israël depuis sa sortie et envisager la circoncision qui vient d'avoir lieu comme le symbole du renouvellement complet du peuple, après un long temps durant lequel il a vécu comme étranger en pays païen.

Verset 10

10 à 12

La célébration de la Pâque et la cessation de la manne.

Les fils d'Israël furent circoncis le jour après le passage du Jourdain, soit le onzième Nisan. Dès le 14 au soir, ils célébrèrent la Pâque, qu'avaient préparée les nombreux Israélites qui n'avaient pas subi l'opération de la circoncision. La première Pâque avait été célébrée en Egypte, une seconde en Sinaï ; celle-ci était la troisième.

Verset 11

Et la manne cessa. Là où les moyens naturels suffisent, les miracles cessent.

Le nouveau mode d'alimentation commença pour le peuple circoncis par l'usage sacré des pains sans levain.

Et du grain rôti. Voir Lévitique 2.14 ; 23.14

Verset 13

5.13 à 13.33

La conquête.

La conquête se concentre dans trois grands actes, spécialement importants au point de vue stratégique :

  1. la prise de Jéricho, la première grande ville forte, et celle d'Aï ; Josué peut hardiment pénétrer après cela au cœur du pays
  2. la victoire remportée à Gabaon sur la coalition des rois du midi
  3. la victoire remportée près du lac Mérom sur la confédération des rois du nord.
Entre ces trois grands morceaux viennent s'intercaler des faits explicatifs sans importance militaire.

5.13 à 6.5

Apparition de l'ange de l'Éternel.

Après avoir menacé Israël de ne lui donner pour conducteur qu'un ange de dignité inférieure, Dieu, à la prière de Moise, avait consenti à ce que sa face marchât avec lui, c'est-à-dire l'Ange de sa face, si fréquemment identifié avec l'Éternel (voir Exode, chapitre 33, note). C'était cet ange qui, d'après 1Corinthiens 10.3, habitant dans la nuée, avait accompagné Israël dans le désert ; et c'est lui qui, maintenant qu'Israël entre en guerre avec les Cananéens, apparaît à Josué sous la forme d'un chef d'armée.

Verset 14

Non : Je ne suis ni un Israélite ni un Cananéen.

Armée de l'Éternel : les anges (1 Rois 22.19 ; Psaumes 103.21 ; 148.2).

Je suis venu maintenant. Au moment d'entreprendre le premier acte de cette grande guerre et en face d'une ville entourée de hautes murailles comme l'était Jéricho, Josué avait besoin d'être puissamment fortifié.

Tomba le visage contre terre. Le chef de l'armée terrestre reconnaît l'autorité du chef de l'armée céleste et demande ses ordres.

Verset 15

Avant de les lui donner, l'ange de l'Éternel réclame de lui l'hommage dû à l'Éternel seul ; cet hommage consiste dans la reconnaissance de la sainteté du lieu signalé par une telle apparition. Comparez Exode 3.5.

Haut de page