Menu

Vous êtes ici :  /   / 

La Bible annotée

étude biblique - Bandeau aléatoire

L'Exode

Chapitres : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40

Chapitre 21

1 Et voici les lois que tu leur donneras :
2 Lorsque tu achèteras un serviteur hébreu, il servira six années, et la septième il sortira, affranchi gratuitement.
3 S'il est entré seul, il sortira seul. S'il avait une femme, sa femme sortira avec lui.
4 Si son maître lui donne une femme et qu'elle enfante des fils et des filles, la femme avec ses enfants appartiendra à son maître et il sortira seul.
5 Et si le serviteur fait la déclaration suivante : J'aime mon maître, ma femme et mes enfants ; je ne veux pas être affranchi ;
6 alors son maître l'amènera devant Dieu et le fera approcher de la porte ou du poteau, et son maître lui percera l'oreille d'un poinçon, et il le servira à perpétuité.
7 Et lorsque quelqu'un aura vendu sa fille pour être servante, elle ne sortira point comme sortent les serviteurs.
8 Si elle a déplu à son maître, qui n'en a pas disposé, et qu'il s'en défasse, il n'aura pas la faculté de la vendre à des gens étrangers après lui avoir été infidèle.
9 S'il l'avait mariée à son fils, il la traitera comme il est de règle de traiter ses filles.
10 S'il en prend une autre, il ne lui retranchera pas le vivre, le vêtement et le couvert.
11 S'il ne lui fournit pas ces trois choses, elle sortira gratuitement, sans rançon.
12 Celui qui frappe un homme de sorte qu'il en meure, doit être mis à mort.
13 Mais pour le cas où il n'aurait point eu cet homme en vue et où ce serait Dieu qui l'aurait fait se trouver devant sa main, je te fixerai un lieu où il puisse se réfugier.
14 Lorsque, de propos délibéré, un homme tue son prochain avec ruse, tu le tireras même d'auprès de mon autel pour qu'il meure.
15 Qui frappe son père ou sa mère doit être mis à mort.
16 Celui qui dérobe un homme, soit qu'il l'ait vendu, soit qu'on l'ait retrouvé en sa possession, doit être mis à mort.
17 Celui qui injurie son père ou sa mère doit être mis à mort.
18 Lorsque des hommes se querellent et que l'un en frappe un autre avec une pierre ou avec le poing, et que celui-ci n'en meurt pas, mais est forcé de se mettre au lit,
19 s'il en relève et qu'il puisse marcher dehors en s'appuyant sur un bâton, celui qui l'aura frappé sera quitte, sauf qu'il indemnisera l'autre pour ce qu'il a chômé et se chargera de le faire guérir.
20 Lorsqu'un homme frappe son serviteur ou sa servante du bâton et que celui-ci meurt sous les coups, il doit être vengé ;
21 toutefois, s'il survit un jour ou deux jours, il ne sera pas vengé, car il est sa propriété.
22 Et lorsque des hommes se battent, et qu'ils heurtent une femme enceinte et qu'elle accouche, sans qu'il y ait de mal, le coupable sera passible d'une amende que le mari de la femme lui imposera et qu'il payera après décision d'arbitres.
23 Mais s'il y a du mal, tu donneras vie pour vie,
24 œil pour œil, dent pour dent, main pour main, pied pour pied,
25 brûlure pour brûlure, blessure pour blessure, meurtrissure pour meurtrissure.
26 Et lorsqu'un homme donnera un coup dans l'œil à son serviteur ou à sa servante et lui fera perdre l'œil, il le renverra libre, en compensation de l'œil qu'il a perdu.
27 Et s'il fait tomber une dent à son serviteur ou à sa servante, il le renverra libre, en compensation de la dent qu'il a perdue.
28 Lorsqu'un bœuf heurtera de sa corne un homme ou une femme et que cette personne en mourra, le bœuf devra être lapidé et l'on n'en mangera pas la chair, mais le maître du bœuf sera quitte.
29 Mais si c'est depuis longtemps que ce bœuf heurte de sa corne et qu'on en ait averti formellement son maître et qu'il ne l'ait pas surveillé, et qu'il ait causé la mort d'un homme ou d'une femme, le bœuf sera lapidé et son maître aussi sera mis à mort.
30 Si on lui impose un prix pour se racheter, il payera pour rançon de sa vie tout ce qu'on lui réclamera.
31 S'il heurte un fils ou s'il heurte une fille, on lui appliquera cette règle-là.
32 Si le bœuf heurte un serviteur ou une servante, on payera en argent trente sicles au maître de l'esclave, et le bœuf sera lapidé.
33 Lorsque quelqu'un ouvrira une citerne ou lorsque quelqu'un creusera une citerne et ne la couvrira pas, et qu'un bœuf ou qu'un âne y tombera,
34 le maître de la citerne indemnisera : il rendra au maître de la bête l'argent qu'elle valait, et la bête tuée lui appartiendra.
35 Lorsque le bœuf d'un homme blessera le bœuf d'un autre et qu'il en mourra, ils vendront le bœuf vivant et en partageront l'argent, et ils partageront aussi le bœuf tué.
36 Ou bien, s'il est notoire que c'était depuis longtemps un bœuf heurtant de la corne et que son maître ne l'ait pas surveillé, il devra indemniser en donnant bœuf pour bœuf, et la bête tuée lui appartiendra.

Haut de page

Notes

Le recueil de prescriptions qui suit porte, d'après 24.7, le nom de Livre de l'alliance. C'est le code civil et criminel israélite dans ce qu'il a de plus essentiel. Les bases générales de la vie religieuse et morale, domestique et sociale, ont été posées dans le Décalogue. C'est sur ce fondement que s'élève maintenant l'édifice du droit israélite. Si les déterminations spéciales qui le composent sont loin d'embrasser tous les cas qui pouvaient se présenter, elles n'en tracent pas moins les normes d'après lesquelles les cas non mentionnés devront recevoir leur solution.

On a divisé ce code en six groupes, de dix articles chacun, le Décalogue proprement dit formant un premier groupe qui, avec les six autres, composerait l'heptade sacrée. Sans doute on remarquera çà et là quelque arbitraire dans les détails de cette distribution. Cependant on verra qu'une division telle que celle-là se présente assez naturellement et que chaque groupe contient bien en gros quelque chose comme dix articles. Une distribution symétrique par septaines et par dizaines est conforme à l'analogie de la littérature hébraïque. Elle avait l'utilité de classer et, par là, d'aider à retenir cette longue série d'articles de loi.

Verset 2

2 à 11 Premier groupe

Ce premier titre est consacré au droit des serviteurs. Le grand Décalogue n'indiquait que les devoirs envers les supérieurs et les égaux ; peut-être est-ce là la raison pour laquelle le code destiné à le compléter commence par le droit des inférieurs. Ce groupe se compose de deux moitiés égales, comme le Décalogue proprement dit. La première (versets 2 à 6) concerne les esclaves en général ; la seconde (versets 7 à 11) traite d'un cas particulier relatif aux esclaves femmes.

Les Israélites avaient de vrais esclaves, de race étrangère (Lévitique 25.44-46), mais aussi des serviteurs israélites dont l'asservissement n'était que temporaire. Un Israélite pouvait devenir esclave, soit par condamnation judiciaire, parce qu'ayant volé il n'avait pas de quoi restituer (Exode 22.3), soit spontanément, contraint à cela par la pauvreté (Lévitique 25.39). En réalité, ce servage n'était qu'un engagement pour six ans, comme on le voit dans ce verset. Voir les développements philanthropiques que donne sur ce point le Deutéronome chapitre 15.

D'après Lévitique 25.39 et suivants, le servage des Israélites devait se terminer à l'année du Jubilé et pouvait, par conséquent, durer quarante-huit ou quarante-neuf ans. Cette prescription ne paraît pas d'accord avec celle contenue dans notre verset. Mais elle s'appliquait sans doute aux esclaves qui avaient refusé de recouvrer leur liberté après la sixième année (versets 5 et 6).

Verset 4

Pour comprendre cette prescription, qui pourrait paraître dure, il faut considérer :

  1. que, si cette femme était elle-même israélite, son servage avait en tout cas un terme assez prochain ; comparez verset 2, qui s'appliquait aux femmes aussi bien qu'aux hommes (Deutéronome 15.12)
  2. que, si elle était une esclave étrangère, il ne tenait qu'au serviteur de suivre la condition de sa femme en demeurant dans la maison comme serviteur perpétuel. Voir versets 5 et 6.

Verset 6

Devant Dieu. Nous traduisons littéralement ; mais le sens de cette formule est : devant l'autorité, parce que celle-ci était envisagée comme instituée de Dieu et comme le représentant. Comparez Deutéronome 1.17 : Le Jugement est de Dieu.
Psaumes 82.1 : Dieu assiste dans l'assemblée des juges.
Peut-être cette expression se rattachait-elle aussi à l'usage primitif de rendre la justice auprès du lieu de culte (18.15-16). Ce fut sans doute le cas durant le séjour au désert. Plus tard, nous savons qu'il y eut un tribunal dans chaque ville (Deutéronome 16.18), et c'est sans doute devant ce tribunal que l'esclave devait confirmer sa déclaration.

S'agit-il de la porte du tribunal ou de celle de la demeure du maître ? Le symbole s'explique mieux dans le second cas, et Deutéronome 15.16-17, où il n'est pas même question de la comparution devant le tribunal, ne permet pas une autre interprétation.

Percera l'oreille : en la fixant à la porte, c'est déclarer indissoluble l'union de l'esclave avec la famille du maître. Un usage pareil est mentionné chez les Arabes, les Libyens, les Carthaginois, etc.

A perpétuité. D'après la loi du Lévitique (25.40), l'esclavage d'un Israélite devait cesser au Jubilé. Mais cette institution de l'année du Jubilé n'a été introduite que postérieurement au Livre de l'alliance. Dès le moment où elle l'a été, le à perpétuité n'a plus spécifié que la non application de la libération septennale (verset 2).

Verset 7

7 à 14

C'est ici la seconde partie du premier groupe ; elle concerne spécialement les jeunes servantes. Leur condition diffère de celle des esclaves en général, qui, d'après le verset 2, recouvrent leur liberté après la sixième année. Ou bien le maître auquel la jeune fille a été vendue par son père pour devenir la servante, c'est-à-dire, comme on le voit par ce qui suit, la femme ou la concubine de l'acheteur ou de son fils, n'est pas satisfait d'elle après l'achat. Dans ce cas, elle ne doit pas sortir comme sortent les serviteurs, c'est-à-dire être libérée simplement la septième année (verset 7). De deux choses l'une : Ou bien l'acheteur ne l'a pas prise pour femme, et dans ce cas, il peut la revendre, mais seulement à des Israélites (verset 8). On peut traduire aussi les premiers mots de ce verset 8 dans ce sens : Si elle a déplu à son maître qui se l'était destinée. Ou bien il l'a donnée à son fils, et dans ce cas il doit la traiter comme on traite ses filles, c'est-à-dire la garder toujours et ne pas la renvoyer (verset 9). Si même le père prend plus tard pour son fils une autre femme (verset 10), il doit toujours fournir à la première l'entretien, résumé en ces trois points : vivre, vêtement et couvert.

Vivre ; en hébreu : viande ; pas simplement le pain ; l'auteur a en vue des gens aisés.

Le couvert : l'habitation. S'il lui refuse ces trois choses, le vivre, le vêtement et le couvert, il devra l'affranchir sans rançon ; il perd ainsi la somme d'achat.

Verset 12

12 à 27 Deuxième groupe

Ce groupe contient des lois relatives à des homicides ou à des lésions corporelles, commises directement. Les cinq premiers articles s'appliquent au meurtre d'un Israélite ou à des crimes que le législateur a l'intention d'y assimiler pleinement et qu'il punit de la même peine ; les cinq premiers, à des cas de blessures n'ayant pas entraîné la mort ou l'ayant entraînée sans qu'elle fût dans l'intention du coupable.

Le verset 12 contient la règle générale, conforme au principe posé Genèse 9.6. Le verset 13 statue l'exception. Il s'agit ici non seulement de l'absence de guet-apens ou même de préméditation, mais de l'absence d'intention, comme le prouvent du reste les développements donnés Deutéronome 19.5 : par exemple, si quelqu'un, lançant une flèche, vient à atteindre une personne qui se trouvait là sans qu'il pût s'en douter.

Sur les asiles, voyez Nombres 35

Verset 14

Ce verset reprend la règle établie au verset 12 en l'appliquant même au cas où le meurtrier voudrait faire usage du moyen de salut institué au verset 13.

Avec ruse. non en combat franc et loyal.

Ceci est développé dans Nombres 35.16-21. Voir aussi Deutéronome 19.11-12

Mon autel. Les lieux saints étaient des asiles dans toute l'antiquité. Les criminels fuyaient à l'autel et en saisissaient les cornes pour être à l'abri de la punition. Car c'était sur les cornes de l'autel que se versait le sang destiné à opérer l'expiation (Lévitique 4.7) ; comparez l'histoire d'Adonija et de Joab, 1 Rois 1.50 ; 2.29. Chez les Grecs aussi, l'autel servait d'asile.

Verset 15

Il n'est pas dit ici : de sorte qu'il en meure, comme verset 12. Le simple acte de frapper, quelle qu'en soit la conséquence, est digne de mort, quand il a pour objet les parents. On doit remarquer la position élevée que la législation hébraïque donne à la mère : d'après la loi romaine, n'était puni que celui qui frappait son père.

Verset 16

Il s'agit du rapt d'un Israélite ; Deutéronome 24.7 le dit expressément.

Verset 17

Ce verset paraîtrait mieux placé avant le précédent. L'ordre des articles peut avoir été interverti. Une simple injure adressée aux parents est mise sur la même ligne que le rapt pratiqué envers la personne du prochain. A Athènes, ce crime n'était puni que par la prison.

Verset 18

18 et 19

Quelle équité dans toutes ces mesures ! En cas de mort. s'applique la règle du verset 12.

Verset 20

Du bâton : Ce mot prouve qu'il ne s'agit point ici d'une querelle, mais d'un châtiment proprement dit infligé par le maître, comme tel. Ce n'est que dans l'exercice de son droit de punir qu'il est au bénéfice du verset 21.

Son serviteur... Les Juifs rapportent ceci (comme aussi les versets 26 et 32) aux serviteurs non israélites ; il est plus probable, en effet, que là où la loi ne spécifie pas, elle veut parler des esclaves étrangers.

Il doit être vengé. Comment ? La loi ne le dit pas. Les interprètes juifs disent que la peine ne peut être que la mort. Mais la plupart des interprètes chrétiens pensent que par la substitution du terme vague de venger à l'expression de mettre à mort (versets 12,15,16,17), le législateur a voulu laisser ici la fixation de la peine à l'appréciation des juges.

Un jour ou deux jours : vingt-quatre heures et quelque chose de plus. Ce temps écoulé, sans que la mort fût survenue, le maître était hors de cause. Si l'esclave frappé survit de plus de vingt-quatre heures au châtiment infligé par son maître, cela prouve que le maître n'avait point l'intention de le tuer, et que cet acte rentre dans la catégorie des châtiments : la mort de son esclave est pour lui une punition suffisante.

Sa propriété, littéralement : son argent.

Verset 22

Lorsque des hommes se battent, c'est-à-dire dans une rixe entre eux, par conséquent sans dessein de faire du mal à la femme dont il s'agit.

Heurtent une femme enceinte, qui veut intervenir en prenant fait et cause pour son mari (Deutéronome 25.11).

Sans qu'il y ait du mal : sans que la mort de la mère ou de l'enfant ou une atteinte grave à la santé de l'un ou de l'autre en résulte. Le chiffre de l'amende est déterminé par le demandeur ; mais les derniers mots : après décision d'arbitres (littéralement : avec arbitres), fournissent le moyen de modérer des prétentions exorbitantes. Cette restriction est omise avec intention au verset 30.

Verset 23

S'il y a du mal : pour la femme ou pour l'enfant (verset 22).

Tu donneras. Ceci s'adresse au peuple qui doit exécuter cet ordre par l'intermédiaire du juge : Tu feras qu'on donne.
Le législateur veut qu'on applique aussi dans ce cas particulier le principe général formulé Lévitique 24.19 et Deutéronome 19.21, où est instituée d'une manière générale la peine du talion.

Vie pour vie. Le législateur a voulu faire connaître le droit strict ; mais comme il s'agit moins d'une expiation offerte à la justice divine que d'une compensation accordée à la partie lésée (comparez le tu donneras), il faut croire qu'il y avait des accommodements possibles, comme dans l'autre cas mentionné versets 29 et 30. Comment la partie lésée n'eût-elle pas, sauf dans des cas exceptionnels, préféré des dommages et intérêts à un genre de réparation qui ne lui aurait servi à rien ?

Verset 26

A son serviteur : évidemment non israélite ; voir verset 20, note ; car s'il était israélite, la liberté, c'est-à-dire la dispense de quelques années de service ne serait pas un dédommagement suffisant.

Le droit du talion n'existe pas pour l'esclave. La liberté est pour lui une compensation suffisante.

Verset 28

21.28 à 22.17 Troisième groupe

Les articles de ce groupe se rapportent aux dommages causés à la propriété d'autrui, soit involontairement, soit volontairement.

Le bœuf devra être lapidé : non seulement par mesure de sûreté, mais aussi, comme le prouve la défense d'en manger la chair, en hommage à l'inviolabilité de la vie humaine et conformément à la parole Genèse 9.5 : Je demanderai compte de votre sang à tout animal.
Dracon, chez les Grecs, avait ordonné que les choses inanimées elles-mêmes par lesquelles quelqu'un aurait été tué, fussent jetées hors du pays. C'était dépasser la mesure.

Verset 29

Sera mis à mort. La loi pose le principe, comme au verset 23 ; mais, l'homicide ayant eu lieu par imprudence, et la responsabilité du sang reposant proprement sur l'animal, il est permis au meurtrier, moyennant l'assentiment de la partie lésée, de se racheter en payant des dommages-intérêts, tels que les exigera la partie plaignante. Aussi n'est-il pas dit, comme aux versets 12,15,16,17, qu'il doit être mis à mort, mais seulement qu'il sera mis à mort, c'est-à-dire si les parents le réclament et qu'il n'y ait pas eu d'arrangement conclu.

Verset 30

Tout ce qu'on lui réclamera. Selon les interprètes juifs, cette rançon devait être fixée par les juges, mais, selon l'esprit de la loi, elle doit l'être par le plaignant.

Verset 31

Un fils ou une fille. La loi ne fait pas de distinction entre majeurs et mineurs, mais seulement entre personnes libres et esclaves (verset 32).

Verset 32

Serviteur ou servante : non israélite.

Trente sicles : environ un demi-kilogramme d'argent. C'était donc là le prix moyen d'un esclave étranger. (Chez les Grecs, il était de cent cinquante drachmes, soit une fois et demi plus élevé). Pour le rachat d'un homme israélite (à l'occasion d'un vœu, par exemple), le prix était de cinquante sicles (Lévitique 27.3).

Verset 33

Ouvrira une citerne : en levant la pierre qui en ferme l'ouverture (Genèse 29.2).

Verset 34

Lui appartiendra : au maître de la citerne, qui a payé le prix de la bête ; comparez verset 36.

Verset 35

Dans le premier cas, il y a accident, et le dommage est supporté par moitié par chacun des propriétaires.

Verset 36

Dans le second cas, il y a eu imprudence de l'une des parties, et le dommage est tout entier à la charge de celle-ci.

Haut de page