×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


Asphalte
Dictionnaire Biblique Bost Westphal

ou bitume, hébreu Hhémar.

Cette matière résineuse, semblable à de la poix fondue, sort de terre, soit comme une source, soit en filtrant à travers les crevasses dont le sol est parsemé. L’asphalte se trouve tantôt dans les montagnes, tantôt nageant à la surface des sources et des lacs de plusieurs contrées de l’Orient ; il flotte surtout en abondance sur les eaux de la mer Morte, dont les rives et le fond le vomissent en masses considérables, grasses et foncées. La mer Morte, comme on sait, occupe maintenant la place où existait autrefois la vallée de Siddim (Genèse 14.10), qui était remplie de puits de bitume, et le voyageur Mariti a trouvé sur la côte occidentale de ce lac de petits cratères pleins de cette substance continuellement en fusion ; elle se solidifie dans les eaux lourdes et salées du lac auquel elle donne son nom, le lac Asphaltite, voir mer Morte.

Lors de la construction de la tour de Babel (Genèse 11.3), on se servit de bitume au lieu de mortier, et de tout temps les habitants de la Babylonie l’ont employé pour le même objet. Le voyageur Balbi rapporte que dans le désert de Bagdad, il y avait un lac tellement plein de bitume, que si les habitants des contrées environnantes n’avaient pas été le recueillir pour fabriquer des tuiles, ou construire des maisons, il y aurait eu bientôt tout autour du lac des montagnes de bitume devenu solide. Dans l’île de Zante, on trouve également de ces puits d’asphalte, et l’on a remarqué que ce bitume, employé comme ciment, devient si tenace et si durable, lorsqu’il a été séché au soleil, qu’il est plus facile de briser que de séparer les pierres qu’il sert à lier. Pline le naturaliste, raconte que les Égyptiens se servaient d’asphalte pour enduire leurs petites barques de papyrus, et pour empêcher les eaux du Nil d’y pénétrer. Cette coutume parait être fort ancienne, car déjà nous lisons dans la Bible que le petit vaisseau ou coffret de jonc (papyrus), dans lequel l’enfant Moïse fut exposé sur le Nil, était enduit de poix et d’asphalte ; et, longtemps auparavant, l’arche de Noé avait été garantie des eaux du déluge par une précaution semblable (Genèse 6.14 ; Exode 2.3).