×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


Ish-Bosheth, ou Eshbaal
Dictionnaire Biblique Bost

Fils cadet de Saül et d’Ahinoham (1 Chroniques 8.33 ; 9.39 ; 2 Samuel 2.8), etc. Son vrai nom était Eshbaal ou Ishbaal, mais les Hébreux, à cause de l’horreur que leur inspiraient les dieux étrangers, et pour éviter de prononcer le nom de Baal, le surnommèrent lsh-Bosheth, homme de honte ou de confusion. Son père et ses frères ayant succombé dans la bataille de Guilboa, il se trouva, avec son neveu Méphiboseth, seul héritier du nom de Saül et de sa couronne, mais l’un et l’autre successeur étaient incapables par eux-mêmes de rien oser pour reconquérir un trône qui leur avait échappé. Abner osa seul ; mais pour couvrir d’un voile de légitimisme ses desseins ambitieux, il ne voulut régner que sous un nom reconnu, et Ish-Bosheth, âgé de quarante ans, fut la poupée qui porta la couronne. Reconnu roi des dix tribus, il régna sept ans à Mahanaïm, luttant avec désavantage contre les troupes de David, et s’affaiblissant de jour en jour. La conduite d’Abner à l’égard d’une des femmes de Saül donna de l’ombrage à Ish-Bosheth, soit qu’il y vît une injure à la mémoire de son père, soit qu’il crût y trouver l’indice de vues ambitieuses, soit enfin que, las d’avoir un maître, il s’estimât heureux de trouver un prétexte pour montrer à son tour qu’il avait de la volonté et du caractère. Blessé des reproches d’Ish-Bosheth, Abner l’abandonna, et résolut d’appuyer la nouvelle dynastie. En même temps, David fit demander à Ish-Bosheth Mical son épouse, et comme Ish-Bosheth voyait ses affaires s’embrouiller toujours davantage, il ne voulut pas les compliquer encore par un nouveau refus, et accorda à David ce qu’il désirait. Il ignorait les négociations du perfide Abner, et lorsque ce traître eut été mis à mort par Joab, ses mains devinrent lâches ; Ish-Bosheth crut avoir perdu le meilleur de ses capitaines, et dans son bonheur il se désespéra. Ce fut sa dernière faiblesse ; bientôt deux de ses officiers, Récab et Bahama, l’assassinèrent dans son palais pendant qu’il dormait ; sa tête sanglante fut portée en hommage à David qui n’apprécia jamais la lâcheté, et récompensa les meurtriers par le dernier supplice.