×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Comparateur biblique
Juges 17.2

Juges 17.2 comparé dans 17 versions de la Bible différentes.

Les « Louis Segond »

Louis Segond 1910

Juges 17.2  Il dit à sa mère : Les mille et cent sicles d’argent qu’on t’a pris, et pour lesquels tu as fait des imprécations même à mes oreilles, voici, cet argent est entre mes mains, c’est moi qui l’avais pris. Et sa mère dit : Béni soit mon fils par l’Éternel !

Segond dite « à la Colombe »

Juges 17.2  Il dit à sa mère : Les mille cent (sicles d’) argent qu’on t’a pris, et pour lesquels tu as fait des imprécations même à mes oreilles, voici que cet argent est chez moi, c’est moi qui l’avais pris. Et sa mère dit : Béni soit mon fils par l’Éternel

Nouvelle Bible Segond

Juges 17.2  qui dit à sa mère : Les mille cent sicles d’argent qu’on t’a pris et pour lesquels tu as fait une adjuration, aussi en ma présence, c’est moi qui les ai ; c’est moi qui ai pris cet argent. Sa mère dit alors : Que mon fils soit béni du SEIGNEUR !

Segond Nouvelle Édition de Genève

Juges 17.2  Il dit à sa mère : Les mille cent sicles d’argent qu’on t’a pris, et pour lesquels tu as fait des imprécations même à mes oreilles, voici, cet argent est entre mes mains, c’est moi qui l’avais pris. Et sa mère dit : Béni soit mon fils par l’Éternel !

Segond 21

Juges 17.2  qui dit à sa mère : « Les 1 100 pièces d’argent qu’on t’a prises et pour lesquelles tu as proféré des malédictions même à mes oreilles, eh bien, cet argent est entre mes mains, c’est moi qui l’avais pris. » Sa mère dit : « Que mon fils soit béni de l’Éternel ! »

Les autres versions

Bible du Semeur

Juges 17.2  Il déclara à sa mère : - Tu te souviens qu’on t’a volé onze cents pièces d’argent et que tu as maudit le voleur en ma présence. Eh bien, c’est moi qui ai pris cet argent, il est chez moi. - Que mon fils soit béni de l’Éternel ! lui dit sa mère.

Traduction œcuménique de la Bible

Juges 17.2  Il dit à sa mère : « Les onze cents sicles d’argent qu’on t’a pris et à propos desquels tuas proféré une malédiction que tu m’as même répétée, eh bien, cet argent, je l’ai ; c’est moi qui l’avais pris ! » Sa mère dit : « Sois béni du Seigneur, mon fils ! »

Bible de Jérusalem

Juges 17.2  Il dit à sa mère : "Les 1.100 sicles d’argent qu’on t’avait pris, et au sujet desquels tu avais prononcé une malédiction — et même tu m’avais dit... eh bien, cet argent, le voici, c’est moi qui l’avais pris." Sa mère dit : "Que mon fils soit béni de Yahvé !"

Bible Annotée

Juges 17.2  Et il dit à sa mère : Les mille et cent sicles d’argent qu’on t’a pris et au sujet desquels tu as prononcé une malédiction, et tu l’as même prononcée à mes oreilles, voici cet argent est chez moi : c’est moi qui l’ai pris. Et sa mère dit : Que mon fils soit béni de l’Éternel !

John Nelson Darby

Juges 17.2  et il dit à sa mère : Les onze cents pièces d’argent qui t’ont été prises, et au sujet desquelles tu as fait des imprécations et as aussi parlé à mes oreilles..., voici, l’argent est par devers moi ; c’est moi qui l’avais pris. Et sa mère dit : Béni soit mon fils de par l’Éternel !

David Martin

Juges 17.2  Qui dit à sa mère : Les onze cents [pièces] d’argent qui te furent prises, pour lesquelles tu fis des imprécations, en ma présence, voici, j’ai cet argent-là par-devers moi ; je l’avais pris. Alors sa mère dit : Béni soit mon fils par l’Éternel.

Osterwald

Juges 17.2  Il dit à sa mère : Les onze cents pièces d’argent qui te furent prises, et pour lesquelles tu fis des imprécations, même à mes oreilles, voici, cet argent est entre mes mains ; c’est moi qui l’avais pris. Alors sa mère dit : Que mon fils soit béni par l’Éternel !

Auguste Crampon

Juges 17.2  Il dit à sa mère : « Les mille et cent sicles d’argent qu’on t’a pris, et au sujet desquels tu as prononcé une malédiction, — et tu l’as même prononcée à mes oreilles, — voici, cet argent est entre mes mains, c’est moi qui l’ai pris. » Et sa mère dit : « Que mon fils soit béni de Yahweh ! »

Lemaistre de Sacy

Juges 17.2  qui dit à sa mère : Les onze cents pièces d’argent que vous aviez mises à part pour vous, et sur le sujet desquelles vous aviez fait devant moi des imprécations, afin qu’on vous les rendît , sont entre mes mains, et je les ai présentement. Sa mère lui répondit : Que le Seigneur comble mon fils de ses bénédictions !

André Chouraqui

Juges 17.2  Il dit à sa mère : « Mille cent sicles d’argent t’ont été pris, et toi, tu as fait une imprécation, tu l’as même dite à mes oreilles. Eh bien ! cet argent, le voici : c’est moi qui l’ai pris ! » Sa mère lui dit : « Mon fils est béni par IHVH-Adonaï ! »

Les versions grecques et hébraïques

SBL Greek New Testament

Juges 17.2  Ce verset n’existe pas dans cette traducton !

Biblia Hebraica Stuttgartensia

Juges 17.2  וַיֹּ֣אמֶר לְאִמֹּ֡ו אֶלֶף֩ וּמֵאָ֨ה הַכֶּ֜סֶף אֲשֶׁ֣ר לֻֽקַּֽח־לָ֗ךְ וְאַ֤תְּ אָלִית֙ וְגַם֙ אָמַ֣רְתְּ בְּאָזְנַ֔י הִנֵּֽה־הַכֶּ֥סֶף אִתִּ֖י אֲנִ֣י לְקַחְתִּ֑יו וַתֹּ֣אמֶר אִמֹּ֔ו בָּר֥וּךְ בְּנִ֖י לַיהוָֽה׃

Versions étrangères

New Living Translation

Juges 17.2  One day he said to his mother, "I heard you curse the thief who stole eleven hundred pieces of silver from you. Well, here they are. I was the one who took them." "The LORD bless you for admitting it," his mother replied.