×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Esaïe 38.19     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Esaïe 38.19
Traduction œcuménique de la Bible


Maladie et guérison d’Ezéchias

1 En ces jours-là, Ezékias fut atteint d’une maladie mortelle. Le prophète Ésaïe, fils d’Amoç, vint le trouver et lui dit : « Ainsi parle le Seigneur : Donne des ordres à ta maison, car tu vas mourir, tu ne survivras pas. »
2 Ezékias tourna son visage contre le mur et pria le Seigneur.
3 Il dit : « Ah ! Seigneur daigne te souvenir que j’ai marché en ta présence avec loyauté et d’un cœur intègre et que j’ai fait ce qui est bien à tes yeux. » Ezékias versa d’abondantes larmes.
4 La parole du Seigneur fut adressée à Ésaïe :
5 « Va et dis à Ezékias : Ainsi parle le Seigneur, le Dieu de David ton père : J’ai entendu ta prière et j’ai vu tes larmes. Je vais ajouter quinze années au nombre de tes jours.
6 Je te délivrerai, ainsi que cette ville, des mains du roi d’Assyrie. Je protégerai cette ville.
7 Et voici pour toi, de la part du Seigneur, le signe que le Seigneur fera ce qu’il a dit :
8 Voici que, sur les degrés d’Akhaz, je vais faire reculer l’ombre qui est déjà descendue : elle reculera de dix degrés. » Et le soleil remonta sur les degrés dix degrés qu’il avait déjà descendus.
9 Poème d’Ezékias, roi de Juda, lorsqu’il fut malade et survécut à sa maladie.
10 Moi, j’ai dit : au meilleur temps de ma vie,
je dois m’en aller.
Je suis assigné aux portes du séjour des morts,
pour le reste de mes années.
11 J’ai dit : je ne verrai plus le Seigneur sur la terre des vivants.
Je ne pourrai plus voir un visage d’homme
parmi les habitants du pays où tout s’arrête.
12 Ma vie est arrachée et emportée loin de moi
comme une tente de berger.
Comme un tisserand,
j’arrive au bout du rouleau de ma vie,
et les fils de chaîne sont coupés.
Du jour à la nuit,
tu en auras fini avec moi.
13 Avant le matin, je serai réduit à rien.
Comme le lion, il a broyé tous mes os.
Du jour à la nuit,
tu en auras fini avec moi.
14 Comme l’hirondelle ou le passereau,
je pépie,
je roucoule comme la colombe.
Mes yeux levés vers toi n’en peuvent plus :
Seigneur, je suis écrasé,
interviens pour moi !
15 Que dirai-je pour qu’il me réponde,
car c’est lui qui agit ?
Je dois traîner toutes mes années
avec l’amertume qui est la mienne.
16 « Le Seigneur est auprès des siens : ils vivront
et son esprit animera tout ce qui est en eux »,
aussi tu me rétabliras et me feras revivre.
17 Mon amertume s’est changée en salut.
Tu t’es attaché à ma vie pour que j’évite la =fosse
et tu as jeté derrière toi tous mes péchés.
18 Car le séjour des morts ne peut pas te louer
ni la Mort te célébrer.
Ceux qui sont descendus dans la tombe
n’espèrent plus en ta fidélité.
19 Le vivant, lui seul, te loue,
comme moi aujourd’hui.
Le père fera connaître à ses fils ta fidélité.

20 Seigneur puisque tu m’as sauvé,
faisons retentir nos instruments
tous les jours de notre vie,
devant la Maison du Seigneur.
21 Ésaïe dit : « Qu’on apporte un gâteau de figues et qu’on l’applique sur les tumeurs. » Et le roi guérit.
22 Et Ezékias dit : « Quel sera le signe que je pourrai monter à la Maison du Seigneur ? »

Texte de la Traduction Œcuménique de la Bible 1988