×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Psaume 78.41     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Psaumes 78.41
Traduction œcuménique de la Bible


Fidélité de Dieu au cours de l’histoire d’Israël

1 Instruction. D’Asaf.
O mon peuple, écoute ma loi,
tends l’oreille aux paroles de ma bouche.
2 Je vais ouvrir la bouche pour une parabole
et dégager les leçons du passé.
3 Ce que nous avons entendu et connu,
ce que nos pères nous ont transmis,
4 nous ne le tairons pas à leurs descendants,
mais nous transmettrons à la génération suivante
les titres de gloire du Seigneur,
sa puissance et les merveilles qu’il a faites.
5 Il a fixé une règle en Jacob,
établi une loi en Israël.
Elle ordonnait à nos pères
d’enseigner ces choses à leurs fils,
6 afin que la génération suivante les apprenne,
ces fils qui allaient naître :
Qu’ils se lèvent et les transmettent à leurs fils ;
7 qu’ils mettent leur confiance en Dieu,
qu’ils n’oublient pas les exploits de Dieu,
qu’ils observent ses commandements,
8 pour ne pas être comme leurs pères,
la génération indocile et rebelle,
la génération au cœur inconstant,
dont l’esprit ne se fiait pas à Dieu.
9 Si les fils d’Ephraïm, les archers les mieux équipés,
ont détalé le jour du combat,
10 c’est qu’ils n’avaient pas gardé l’alliance de Dieu,
refusant de suivre sa loi.
11 Ils avaient oublié ses exploits
et les merveilles qu’il leur avait montrées :
12 Devant leurs pères, il avait fait le miracle,
en terre d’Égypte, au pays de Tanis.
13 Il fendit la mer pour les faire passer,
dressant les eaux comme une digue.
14 Le jour, il les guidait par la nuée,
et chaque nuit, par la lumière d’un feu.
15 Il fendait des rochers au désert,
pour les faire boire comme la source du grand Abîme.
16 Du roc il fit jaillir des ruisseaux
et couler l’eau comme des fleuves.
17 Or ils continuèrent à pécher contre lui,
se rebellant dans la steppe contre le Très-Haut.
18 Sciemment, ils mirent Dieu à l’épreuve
et demandèrent de manger selon leur appétit.
19 Ils s’en prirent à Dieu
en disant : « Dieu est-il capable
de dresser la table dans le désert ?
20 Oui, il a frappé le rocher,
l’eau a coulé en torrents abondants,
mais peut-il aussi fournir le pain
et préparer la viande pour son peuple ? »
21 Alors, entendant cela, le Seigneur s’emporta :
un feu s’alluma contre Jacob,
la colère monta contre Israël,
22 car ils ne s’étaient pas fiés à Dieu,
ils ne croyaient pas qu’il les sauverait.
23 Il commanda aux nuées d’en haut,
il ouvrit les portes des cieux.
24 Pour les nourrir, il fit pleuvoir la manne,
il leur donna le blé des cieux :
25 chacun mangea le pain des Forts ;
il leur envoya des vivres à satiété.
26 Dans le ciel, il éloigna le vent d’est ;
par sa puissance, il amena le vent du sud.
27 Il fit pleuvoir sur eux de la viande, abondante comme la poussière,
des oiseaux nombreux comme le sable de la mer.
28 Il les jetait au milieu de leur camp,
tout autour de leurs demeures.
29 Ils mangèrent et se gavèrent :
il avait accédé à leur désir.
30 Leur désir n’était pas assouvi,
ils avaient encore la bouche pleine,
31 que la colère de Dieu les assaillit,
et qu’il tua parmi eux les plus importants,
terrassant la jeunesse d’Israël.
32 Malgré cela, ils péchaient toujours,
ils ne se fiaient pas à ses merveilles.
33 Il réduisit leurs jours à du vent
et leurs années à l’épouvante.
34 Quand Dieu les tuait, eux le cherchaient ;
ils se reprenaient, ils se tournaient vers lui,
35 se souvenant que Dieu était leur rocher,
que le Dieu Très-Haut était leur défenseur.
36 Mais leur bouche le trompait,
leur langue lui mentait ;
37 leur cœur n’était pas fermement avec lui,
et ils ne se fiaient pas à son alliance.
38 Et lui, le miséricordieux,
au lieu de détruire, il effaçait la faute.
Souvent il retint sa colère,
il ne réveilla pas toute sa fureur,
39 se souvenant qu’ils n’étaient que chair,
un souffle qui s’en va sans retour.
40 Que de fois ils lui furent rebelles dans le désert,
ils l’offensèrent dans les solitudes !
41 De nouveau ils mirent Dieu à l’épreuve,
attristant le Saint d’Israël.

42 Ils ne se rappelaient plus ce que sa main avait fait,
le jour où il les avait rachetés à l’adversaire :
43 Il impose ses signes à l’Égypte,
ses prodiges au pays de Tanis.
44 Il change en sang leurs canaux
et leurs ruisseaux, pour les empêcher de boire.
45 Il leur envoie une vermine qui les dévore,
des grenouilles qui les infestent.
46 Il livre leurs récoltes aux sauterelles,
le fruit de leur travail aux criquets.
47 Il ravage leurs vignes par la grêle,
leurs sycomores par le gel.
48 Il abandonne leur bétail aux grêlons,
leurs troupeaux à la foudre.
49 Il lâche sur eux son ardente colère :
fureur, rage, suffocation, anges de malheur en mission.
50 Livrant passage à sa colère,
il ne les préserve plus de la mort,
il abandonne leur vie à la peste.
51 Il frappe tous les fils aînés de l’Égypte,
les prémices de la maturité sous les tentes de Cham.
52 Il fait partir son peuple comme un troupeau,
il les mène au désert comme des brebis ;
53 il les guide avec sûreté, ils n’ont pas à trembler
quand la mer recouvre leurs ennemis.
54 Il les amène à son domaine sacré,
à cette montagne acquise par sa droite.
55 Il chasse devant eux des nations,
il leur distribue par lots un patrimoine,
il installe sous leurs tentes
les tribus d’Israël.
56 Rebelles, ils mirent à l’épreuve le Dieu Très-Haut,
ne respectant pas ses exigences.
57 Ils désertèrent, ils trahirent comme leurs pères,
ils se retournèrent comme un arc vicieux.
58 Ils l’indignaient avec leurs hauts lieux ;
leurs idoles excitaient sa jalousie.
59 Dieu entendit et s’emporta,
il rejeta complètement Israël ;
60 il quitta la demeure de Silo,
la tente qu’il avait dressée parmi les hommes.
61 Il livra sa force à la captivité,
sa majesté à des mains ennemies.
62 Il abandonna son peuple à l’épée,
il s’emporta contre son patrimoine.
63 Un feu dévora les jeunes gens,
pour les jeunes filles, on ne chanta plus l’éloge.
64 Les prêtres tombèrent sous l’épée,
et les veuves ne firent pas les lamentations.
65 Tel un dormeur, le Seigneur s’éveilla,
tel un brave que le vin ragaillardit.
66 Il frappa ses ennemis par derrière,
leur infligeant un outrage éternel.
67 Il écarta la famille de Joseph,
il refusa de choisir la tribu d’Ephraïm.
68 Il choisit la tribu de Juda,
la montagne de Sion qu’il aime.
69 Il bâtit son sanctuaire pareil aux cimes,
et comme la terre, il l’a fondé pour toujours.
70 Il choisit David son serviteur,
le prenant dans une bergerie :
71 de derrière ses brebis, il le fit venir ;
il en fit le berger de Jacob son peuple,
d’Israël son patrimoine.
72 Berger au cœur irréprochable,
il les guida d’une main avisée.

Texte de la Traduction Œcuménique de la Bible 1988