×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Job 2.10     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Job 2.10
Traduction œcuménique de la Bible


Deuxième épreuve

1 Le jour advint où les Fils de Dieu se rendaient à l’audience du Seigneur. L’Adversaire vint aussi parmi eux à l’audience du Seigneur.
2 Le Seigneur dit à l’Adversaire : « D’où est-ce que tu viens ? » — « De parcourir la terre, répondit-il, et d’y rôder. »
3 Et le Seigneur lui demanda : « As-tu remarqué mon serviteur Job ? Il n’a pas son pareil sur terre. C’est un homme intègre et droit qui craint Dieu et se garde du mal. Il persiste dans son intégrité, et c’est bien en vain que tu m’as incité à l’engloutir. »
4 Mais l’Adversaire répliqua au Seigneur : « Peau pour peau ! Tout ce qu’un homme possède, il le donne pour sa vie.
5 Mais veuille étendre ta main, touche à ses os et à sa chair. Je parie qu’il te maudira en face ! »
6 Alors le Seigneur dit à l’Adversaire : « Soit ! Il est en ton pouvoir ; respecte seulement sa vie. »
7 Et l’Adversaire, quittant la présence du Seigneur, frappa Job d’une lèpre maligne depuis la plante des pieds jusqu’au sommet de la tête.
8 Alors Job prit un tesson pour se gratter et il s’installa parmi les cendres.
9 Sa femme lui dit : « Vas-tu persister dans ton intégrité ? Maudis Dieu, et meurs ! »
10 Il lui dit : « Tu parles comme une folle. Nous acceptons le bonheur comme un don de Dieu. Et le malheur, pourquoi ne l’accepterions-nous pas aussi ? » En tout cela, Job ne pécha point par ses lèvres.

Arrivée des amis de Job

11 Les trois amis de Job apprirent tout ce malheur qui lui était advenu et ils arrivèrent chacun de son pays, Elifaz de Témân, Bildad de Shouah et Çofar de Naama. Ils convinrent d’aller le plaindre et le consoler.
12 Levant leurs yeux de loin, ils ne le reconnurent pas. Ils pleurèrent alors à grands cris. Chacun déchira son manteau, et ils jetèrent en l’air de la poussière qui retomba sur leur tête.
13 Ils restèrent assis à terre avec lui pendant sept jours et sept nuits. Aucun ne lui disait mot, car ils avaient vu combien grande était sa douleur.

Texte de la Traduction Œcuménique de la Bible 1988