×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Cantiques 8     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Cantiques 8
Bible du Semeur


1 « Ah, que n’es-tu mon frère
allaité par ma mère !
Te rencontrant dehors, je pourrais t’embrasser
sans que l’on me méprise, 2 je pourrais t’emmener, je te ferais entrer au foyer de ma mère,
là, tu m’enseignerais
et je te ferais boire du bon vin parfumé
de mon jus de grenades.
3 Son bras gauche soutient ma tête
et son bras droit m’enlace.
4 Ô filles de Jérusalem, oh, je vous en conjure,
n’éveillez pas, non, ne réveillez pas l’amour
avant qu’il ne le veuille. »
5 « Qui donc est celle-ci qui monte du désert
s’appuyant sur son bien-aimé ? »
« C’est dessous le pommier que je t’ai réveillé,
à l’endroit où ta mère t’avait conçu,
oui, au lieu même où te conçut celle qui devait t’enfanter.
6 Mets-moi comme un sceau sur ton cœur,
comme un sceau sur ton bras.
L’amour est fort comme la mort,
et la passion est indomptable comme le séjour des défunts.
Les flammes de l’amour sont des flammes ardentes,
les flammes de la foudre venant de l’Éternel.
7 Même de grosses eaux ne peuvent éteindre l’amour,
et des fleuves puissants ne l’emporteront pas.
L’homme qui offrirait tous les biens qu’il possède pour acheter l’amour n’obtiendrait que mépris. »
8 « Nous avons une sœur,
elle est petite encore, sa poitrine n’est pas formée,
que ferons-nous pour elle
lorsqu’il sera question de la marier ? »
9 « Si elle est un rempart,
nous bâtirons sur elle des créneaux en argent.
Si elle est une porte,
nous, nous la bloquerons d’un madrier de cèdre.
10 Moi, je suis un rempart,
mes seins en sont les tours.
Aussi ai-je trouvé la paix, auprès de lui. »
11 « Salomon avait une vigne à Baal-Hamôn,
il la remit à des gardiens.
Pour en payer le fruit, chacun d’eux lui donnait un millier de pièces d’argent.
12 Ma vigne est à moi, je la garde.
Toi, Salomon, tu peux avoir ton millier de pièces d’argent,
puis, deux cents pièces seront données à ceux qui ont gardé ses fruits. »
13 « Toi qui habites les jardins,
des compagnons, prêtent l’oreille,
oh ! fais-moi entendre ta voix ! »
14 « Enfuis-toi vite, toi mon bien-aimé,
et sois pareil à la gazelle ou à un jeune faon,
sur les monts embaumés. »

Texte de la Version Semeur 1992
Copyright © Société Biblique Internationale. Tous droits réservés.