×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Job 17     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Job 17
Bible du Semeur


Les propos des amis de Job ne sont pas justes

1 Ah ! Mon souffle s’épuise,
mes jours s’éteignent :
le sépulcre m’attend.
2 Je suis entouré de moqueurs.
Par leurs tracasseries, ils tiennent mes yeux en éveil.

3 Porte-toi donc toi-même garant auprès de toi
car, en dehors de toi, qui me cautionnerait ?

4 Car tu as fermé leur esprit à la raison ;
c’est pourquoi tu ne peux les laisser l’emporter.

5 « Celui qui livre ses amis pour qu’on les pille,
condamne ses enfants à la misère. »

6 Oui, Dieu a fait de moi celui dont tous se moquent ;
on me crache au visage.

7 À force de chagrin, mes yeux se sont ternis,
mon corps n’est plus qu’une ombre.

8 Les hommes droits sont indignés par la façon dont on me traite,
et l’innocent s’élève contre ce que fait le méchant.

9 Le juste, malgré tout, persiste dans sa voie ;
l’homme aux mains pures redouble d’énergie.

10 Quant à vous, retournez et rentrez tous chez vous :
je ne trouverai pas de sage parmi vous !

11 Mes jours sont écoulés, mes projets sont anéantis,
les désirs de mon cœur ont avorté.

12 Ils disent que la nuit va faire place au jour,
que la lumière est proche, alors que les ténèbres règnent.

13 Mais que puis-je espérer ? C’est le séjour des morts que j’attends pour demeure,
dans la région des ombres, je dresserai ma couche.

14 J’ai crié au sépulcre : « C’est toi qui es mon père ! »
J’ai dit à la vermine : « Vous, ma mère et mes sœurs ! »

15 Où donc est mon espoir ?
Mon espérance, qui l’aperçoit ?

16 Elle va descendre derrière les barreaux dans le séjour des morts
quand nous irons ensemble dormir dans la poussière.


Texte de la Version Semeur 1992
Copyright © Société Biblique Internationale. Tous droits réservés.