×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Esaïe 51     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Esaïe 51
Nouvelle Bible Segond


Promesses de délivrance

1 Écoutez–moi, vous qui poursuivez la justice, qui cherchez le SEIGNEUR ! Portez les regards sur le rocher d’où vous avez été taillés, sur le creux de la tranchée d’où vous avez été tirés.
2 Portez les regards sur Abraham, votre père, et sur Sara qui vous a mis au monde ; car quand il était seul je l’ai appelé, puis je l’ai béni et multiplié.
3 Ainsi le SEIGNEUR console Sion, il console toutes ses ruines ; il rendra son désert semblable à l’Eden et sa plaine aride au jardin du SEIGNEUR . On trouvera en elle la gaieté et la joie, la louange et le chant des psaumes.
4 Prête attention à moi, mon peuple ! prête l’oreille, ma nation ! Car de moi sortira la loi ; je ferai jaillir mon jugement pour qu’il soit la lumière des peuples.
5 Ma justice est proche, mon salut va paraître et mes bras jugeront les peuples ; les îles mettent leur espérance en moi, elles attendent mon bras.
6 Levez les yeux vers le ciel, puis regardez sur la terre, en bas. Car le ciel se dissipera comme une fumée, la terre tombera en lambeaux comme un vêtement, et ses habitants mourront comme des mouches ; mais mon salut durera toujours, et ma justice ne sera pas brisée.
7 Écoutez–moi, vous qui connaissez la justice, peuple qui as ma loi dans ton cœur ! Ne craignez pas les outrages des hommes et ne soyez pas terrifiés par leurs injures.
8 Car les mites les dévoreront comme un vêtement, la teigne les dévorera comme de la laine ; mais ma justice durera toujours, et mon salut, de génération en génération.
9 Eveille–toi, éveille–toi ! Revêts–toi de force, bras du SEIGNEUR ! Eveille–toi, comme aux jours de jadis, au temps des générations d’autrefois ! N’est–ce pas toi qui abattis Rahav, qui transperças le dragon ?
10 N’est–ce pas toi qui mis la mer à sec, les eaux du grand abîme, qui frayas dans les profondeurs de la mer un chemin pour le passage des gens rédimés ?
11 Ainsi ceux que le SEIGNEUR a libérés reviendront, ils arriveront à Sion avec des cris de joie, une joie perpétuelle couronnera leur tête ; la gaieté et la joie viendront à leur rencontre, le chagrin et les gémissements s’enfuiront.
12 C’est moi, moi seul, qui vous console. Qui es–tu, pour avoir peur de l’homme mortel, de l’être humain, dont le sort est celui de l’herbe ?
13 Tu oublierais le SEIGNEUR, celui qui te fait, qui déploie le ciel et fonde la terre ! Tu serais dans une frayeur continuelle, constante, devant la fureur de l’oppresseur, comme lorsqu’il s’apprête à détruire ! Où donc est la fureur de l’oppresseur ?
14 Bientôt celui qui est courbé dans un cachot sera élargi ; il ne mourra pas dans la fosse, et il ne manquera pas de pain.
15 Je suis le SEIGNEUR, ton Dieu, qui agite la mer et fais gronder ses flots. — Son nom, c’est le SEIGNEUR (YHWH) des Armées.
16 J’ai mis mes paroles dans ta bouche et je t’ai couvert de l’ombre de ma main, en étendant un ciel et en fondant une terre, en disant à Sion : Tu es mon peuple !
17 Eveille–toi, éveille–toi ! Lève–toi, Jérusalem, toi qui as bu de la main du SEIGNEUR la coupe de sa fureur, toi qui as bu, qui as vidé jusqu’au fond la coupe d’étourdissement !
18 De tous les fils qu’elle a mis au monde, il n’y en a aucun pour la conduire ; de tous les fils qu’elle a élevés, il n’y en a aucun pour la prendre par la main.
19 Ces deux choses te sont arrivées : qui te plaindra ? Le ravage et le désastre, la famine et l’épée. Qui suis–je pour te consoler ?
20 Tes fils en défaillance gisaient à tous les coins de rues, comme une antilope dans un filet, chargés de la fureur du SEIGNEUR, rabroués par ton Dieu.
21 Écoute, je te prie, malheureuse, toi qui es ivre — mais ce n’est pas de vin !
22 Ainsi parle ton Seigneur, le SEIGNEUR (YHWH), ton Dieu, qui défend la cause de son peuple : Je prends de ta main la coupe d’étourdissement, le fond de la coupe de ma fureur ; tu ne le boiras plus !
23 Je la mettrai dans la main de ceux qui te causaient du chagrin, qui te disaient : Courbe–toi, que nous passions ! Tu leur offrais ton dos comme le sol, comme la rue est offerte aux passants.

Texte de la Nouvelle Bible Segond
Copyright © Éditions Biblio.