×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Habakuk 1.5     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Habakuk 1.5
Bible de Jérusalem


Interrogations d’Habakuk

1 L’oracle que reçut en vision Habaquq le prophète.
2 Jusques à quand, Yahvé, appellerai-je au secours sans que tu écoutes, crierai-je vers toi : "À la violence !" sans que tu sauves ?
3 Pourquoi me fais-tu voir l’iniquité et regardes-tu l’oppression ? Je ne vois que rapine et violence, c’est la dispute, et la discorde sévit !
4 Aussi la loi se meurt, plus jamais le droit ne paraît ! Oui, l’impie traque le juste, aussi ne paraît plus qu’un droit fléchi !

Réponse de Dieu : le jugement de Juda

5 Regardez parmi les peuples, voyez, soyez stupides et stupéfaits ! Car j’accomplis de vos jours une œuvre que vous ne croiriez pas si on la racontait.
6 Oui ! voici que je suscite les Chaldéens, ce peuple farouche et fougueux, celui qui parcourt de vastes étendues de pays pour s’emparer des demeures d’autrui.
7 Il est terrible et redoutable, sa force fait son droit, sa grandeur !
8 Ses chevaux sont plus rapides que panthères, plus mordants que loups du soir ; ses cavaliers bondissent, ses cavaliers arrivent de loin, ils volent comme l’aigle qui fond pour dévorer.
9 Tous arrivent pour le pillage, la face ardente comme un vent d’est ; ils ramassent les captifs comme du sable !
10 Ce peuple se moque des rois, il tourne les princes en dérision. Il se rit de toutes forteresses : il entasse de la terre et les prend !
11 Puis le vent a tourné et s’en est allé... Criminel qui fait de sa force son Dieu !

Réponse d’Habakuk

12 Dès les temps lointains n’es-tu pas Yahvé, mon Dieu, mon Saint, qui ne meurs pas ? Tu l’avais établi, Yahvé, pour exercer le droit, tel un rocher, pour châtier, tu l’avais affermi !
13 Tes yeux sont trop purs pour voir le mal, tu ne peux regarder l’oppression. Pourquoi regardes-tu les gens perfides, gardes-tu le silence quand l’impie engloutit un plus juste que lui ?
14 Tu traites les humains comme les poissons de la mer, comme la gent qui frétille, sans maître !
15 Il les prend tous à l’hameçon, les tire avec son filet, il les ramasse avec son épervier, et le voilà dans la joie, dans l’allégresse !
16 Aussi sacrifie-t-il à son filet, fait-il fumer des offrandes devant son épervier, car ils lui procurent de grasses portions et des mets plantureux.
17 Videra-t-il donc sans trêve son filet, massacrant les peuples sans pitié ?

Texte de la Bible de Jérusalem
Copyright © 1973 éditions du cerf. Tous droits réservés.