×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Esaïe 40     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Esaïe 40
Segond « Colombe »


La consolation d’Israël

Venue prochaine du Seigneur

1 Consolez, consolez mon peuple,
Dit votre Dieu.
2 Parlez au cœur de Jérusalem et criez-lui
Que son combat est terminé,
Qu’elle est graciée de sa faute,
Qu’elle a reçu de la main de l’Éternel
Au double de tous ses péchés.
3 Une voix crie dans le désert :
Ouvrez le chemin de l’Éternel,
Nivelez dans la steppe
Une route pour notre Dieu.
4 Que toute vallée soit élevée,
Que toute montagne et toute colline soient abaissées !
Que les reliefs se changent en terrain plat
Et les escarpements en vallon !
5 Alors la gloire de l’Éternel sera révélée,
Et toute chair à la fois (la) verra ;
Car la bouche de l’Éternel a parlé.
6 Une voix dit : Crie !
Et l’on répond : Que crierai-je ?
— Toute chair est de l’herbe,
Et tout son éclat comme la fleur des champs.
7 L’herbe sèche, la fleur se fane,
Quand le vent de l’Éternel souffle dessus.
Certes le peuple est de l’herbe :
8 L’herbe sèche, la fleur se fane ;
Mais la parole de notre Dieu
Subsistera éternellement.
9 Monte sur une haute montagne,
Sion, messagère de bonheur ;
Élève avec force ta voix,
Jérusalem, messagère de bonheur ;
Élève (ta voix), sois sans crainte,
Dis aux villes de Juda :
Voici votre Dieu !
10 Voici mon Seigneur, l’Éternel,
Il vient avec puissance,
Et son bras lui assure la domination ;
Voici qu’il a son salaire
Et que ses rétributions le précèdent.
11 Comme un berger, il fera paître son troupeau,
De son bras il rassemblera des agneaux
Et les portera dans son sein ;
Il conduira les brebis qui allaitent.
12 Qui a mesuré les eaux dans le creux de sa main,
Fixé les dimensions des cieux avec la paume,
Celle de toute la poussière de la terre dans un tiers de mesure ?
Qui a pesé les montagnes au crochet
Et les collines à la balance ?
13 Qui a fixé une mesure à l’Esprit de l’Éternel,
Et qui lui a fait connaître son avis ?
14 Avec qui a-t-il délibéré,
Pour en recevoir de l’instruction ?
Qui lui a appris le sentier du droit ?
Qui lui a enseigné la sagesse
Et fait connaître le chemin de l’intelligence ?
15 Voici les nations,
Elles sont comme une goutte qui tombe d’un seau,
Elles ont la valeur de la poussière sur une balance ;
Voici les îles,
Elles sont comme une fine poussière qui s’envole,
16 Le Liban ne suffit pas au bûcher,
Et ses animaux ne suffisent pas à l’holocauste.
17 Toutes les nations sont devant lui comme rien,
Elles ont moins de valeur pour lui que néant et vide.
18 À qui voulez-vous comparer Dieu ?
Et quelle représentation dresserez-vous de lui ?
19 C’est un artisan qui fond la statue,
Et c’est un orfèvre qui la couvre d’or
Et y soude des chaînettes d’argent.
20 Celui qui est trop pauvre pour cette offrande
Choisit un bois qui résiste à la vermoulure ;
Il se procure un artisan capable,
Pour dresser une statue qui ne branle pas.
21 Ne le reconnaissez-vous pas ?
Ne l’entendez-vous pas ?
Ne vous l’a-t-on pas annoncé dès le commencement ?
N’avez-vous pas compris (ce que sont)
Les fondements de la terre ?
22 C’est lui qui habite au-dessus du cercle de la terre,
Dont les habitants sont comme des sauterelles ;
Il étend les cieux comme une étoffe légère,
Il les déploie comme sa tente,
Pour en faire sa demeure.
23 C’est lui qui réduit les princes à rien
Et qui ramène au néant les juges de la terre ;
24 Ils ne sont pas même plantés,
Pas même semés,
Leur tronc n’a pas même de racine en terre ;
Qu’il souffle sur eux,
Et ils se dessèchent,
Un tourbillon les emporte comme le chaume.
25 À qui me comparerez-vous,
Pour que je lui ressemble ?
Dit le Saint.
26 Levez les yeux en haut et regardez !
Qui a créé ces choses ?
C’est celui qui fait sortir leur armée au complet.
Il les appelle toutes par leur nom,
Par son grand pouvoir et par sa force puissante :
Pas une qui fasse défaut.
27 Pourquoi dis-tu, Jacob,
Pourquoi répètes-tu, Israël :
Ma destinée est cachée à l’Éternel,
Mon droit passe inaperçu de mon Dieu ?
28 Ne l’as-tu pas reconnu ?
Ne l’as-tu pas entendu ?
C’est le Dieu d’éternité, l’Éternel,
Qui a créé les extrémités de la terre ;
Il ne se fatigue ni ne se lasse ;
Son intelligence est insondable.
29 Il donne de la force à celui qui est fatigué
Et il augmente la vigueur de celui qui est à bout de ressources.
30 Les adolescents se fatiguent et se lassent,
Et les jeunes hommes trébuchent bel et bien ;
31 Mais ceux qui espèrent en l’Éternel renouvellent (leur) force.
Ils prennent leur vol comme les aigles ;
Ils courent et ne se lassent pas.
Ils marchent et ne se fatiguent pas.

Texte de la Segond Colombe
Copyright © Éditions Biblio.