×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Job 4.7     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Job 4.7
Segond « Colombe »


Intervention n° 1 d’Éliphaz

1 Éliphaz de Témân prit la parole et dit
2 Si l’on tente de prononcer une parole, en seras-tu lassé ?
Mais qui pourrait retenir ses propos ?
3 Voici que tu as donné des leçons à beaucoup,
Tu as fortifié les mains languissantes,
4 Tes propos ont relevé celui qui trébuchait,
Tu as affermi les genoux qui pliaient.
5 Et maintenant qu’il s’agit de toi, tu te lasses !
Maintenant que cela te touche, tu te troubles !
6 Ta crainte de Dieu n’est-elle pas ton soutien ?
Ton espérance, n’est-ce pas l’intégrité de tes voies ?
7 Souviens-toi donc : quel est l’innocent qui a péri ?
Et où les hommes droits ont-ils disparu ?

8 Comme je l’ai vu, ceux qui labourent l’injustice
Et qui sèment ce qui est pénible en moissonnent (les fruits) ;
9 Ils périssent par le souffle de Dieu,
Ils sont consumés par le vent de sa colère.
10 Le rugissement du lion, le cri du jeune fauve,
Et les dents des lionceaux se brisent ;
11 Le lion périt faute de proie,
Et les petits de la lionne se dispersent.
12 Une parole est arrivée furtivement jusqu’à moi,
Et mon oreille en a perçu les sons légers.
13 Au moment où des pensées inquiètes (proviennent) des visions de la nuit,
Quand un profond sommeil tombe sur les hommes,
14 La peur et le frémissement m’ont atteint
Et tous mes os ont tremblé
15 Un souffle passait sur ma face…
Les poils de mon corps se hérissèrent…
16 Quelqu’un se tenait là ; je ne reconnaissais pas son aspect ;
Une silhouette était devant mes yeux.
Et j’entendis une voix qui murmurait doucement :
17 Un mortel serait-il juste devant Dieu ?
Un homme serait-il pur devant celui qui l’a fait ?
18 Si Dieu n’a pas confiance en ses serviteurs,
S’il découvre des erreurs chez ses anges,
19 Combien plus chez ceux qui demeurent dans des maisons d’argile,
Eux dont les fondements sont dans la poussière,
Et qu’on écrase comme une teigne !
20 Du matin au soir ils sont frappés,
Ils périssent pour toujours, et nul n’y prend garde ;
21 Le fil (de leur vie) est coupé,
Ils meurent, mais non avec sagesse.

Texte de la Segond Colombe
Copyright © Éditions Biblio.