×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Shemouël 1 28.9     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Shemouël 1 28.9
André Chouraqui


Shaoul et la nécromancienne

1 Et c’est en ces jours, les Pelishtîm groupent leurs camps en milice pour guerroyer contre Israël. Akhish dit à David : « Tu le sais, tu le sais, oui, tu sortiras avec moi, au camp, toi et tes hommes. »
2 David dit à Akhish : « Toi-même tu sauras aussi ce que fera ton serviteur. » Akhish dit à David : « Aussi je te mettrai pour garde de ma tête, tous les jours. »
3 Et Shemouél meurt. Tout Israël se lamente. Ils l’ensevelissent à Rama, dans sa ville. Shaoul avait écarté les nécromants et les devins de la terre.
4 Les Pelishtîm se groupent, viennent et campent à Shouném. Shaoul groupe tout Israël. Ils campent au Guilboa. ›
5 Shaoul voit le camp des Pelishtîm. Il frémit et son cœur tressaille fort.
6 Shaoul questionne IHVH-Adonaï. IHVH-Adonaï ne lui répond ni par des rêves, ni par les Ourîm, ni par les inspirés.
7 Shaoul dit à ses serviteurs : « Cherchez pour moi une femme, une nécromancienne. J’irai à elle, je la consulterai. » Ses serviteurs lui disent : « Voici : une femme, une nécromancienne, est à ’Éïn-Dor. »
8 Shaoul se déguise et revêt d’autres habits. Il va, lui et deux hommes avec lui, et ils viennent vers la femme, de nuit. Il dit : « Évoque donc pour moi un fantôme ; fais monter pour moi qui je te dirai. »
9 La femme lui dit : « Voici, tu sais, toi, ce qu’a fait Shaoul, qui a tranché de la terre les nécromants et les devins. Pourquoi pièges-tu mon être pour me mettre à mort ?
10 Shaoul jure par IHVH-Adonaï, pour dire : « Vive IHVH-Adonaï. Il ne t’adviendra pas de tort en ce propos ! »
11 La femme dit : « Qui ferai-je monter ? Il dit :  »Shemouél, fais-le monter pour moi. »
12 La femme voit Shemouél et clame à grande voix. La femme dit à Shaoul, pour dire : « Pourquoi m’as-tu dupée ? Tu es Shaoul ! »
13 Le roi lui dit : « Ne frémis pas. Oui, qu’as-tu vu ? La femme dit à Shaoul :  »Elohîms, je l’ai vu monter de la terre » !
14 Il lui dit : « Quelle est sa tournure ? Elle dit « Un homme, un ancien, monte. Il est drapé d’un manteau. » Shaoul le sait, oui, c’est Shemouél ! Il s’incline narines à terre et se prosterne.
15 Shemouél dit à Shaoul : « Pourquoi m’as-tu troublé à me faire monter ? Shaoul dit :  »Je suis dans la détresse, fort ! Les Pelishtîm guerroient contre moi. Elohîms s’est écarté de moi. Il ne m’a plus répondu, même par la main des inspirés, ni par des rêves. Je crie vers toi pour que tu me fasses connaître ce que je dois faire. »
16 Shemouél dit : « Pourquoi me questionnes-tu ? IHVH-Adonaï s’est écarté de toi ; il est ton antagoniste.
17 IHVH-Adonaï fait ce dont il a parlé par ma main : IHVH-Adonaï déchire la royauté de ta main et la donne à ton compagnon, à David.
18 Comme tu n’as pas entendu la voix de IHVH-Adonaï, et que tu n’as pas fait cette parole de sa narine contre ’Amaléq, IHVH-Adonaï te fait ainsi ce propos, aujourd’hui.
19 IHVH-Adonaï donne Israël, avec toi aussi, en main des Pelishtîm. Demain, toi et tes fils vous serez avec moi. Le camp d’Israël, IHVH-Adonaï le donnera aussi en main des Pelishtîm. »
20 Shaoul, aussitôt, tombe de sa pleine taille à terre. Il frémit fort des paroles de Shemouél. Il n’était même plus de force en lui, non, il n’avait pas mangé de pain de tout le jour ni de toute la nuit.
21 La femme vient vers Shaoul et voit qu’il est fort affolé. Elle lui dit : « Voici, ta domestique a entendu ta voix. Je mets mon être dans ma paume, j’entends les paroles dont tu m’as parlé.
22 Maintenant, entends donc toi aussi la voix de ta domestique. Je mets en face de toi une miche de pain. Mange ! Ce sera pour toi une force, oui, tu vas sur la route. »
23 Il refuse et dit : « Je ne mangerai pas. » Ses serviteurs le pressent et la femme aussi. Il entend leur voix, se lève de terre et s’assoit sur le lit.
24 La femme a un veau à l’engrais dans la maison. Elle se hâte, l’égorge, prend de la farine, la pétrit et la panifie en azymes.
25 Elle avance le tout en face de Shaoul et en face de ses serviteurs. Ils mangent. Ils se lèvent et s’en vont, dans cette nuit même.

Texte de la Version André Chouraqui
Copyright © Édition du Cerf