×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Suffètes 19.14     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Suffètes 19.14
André Chouraqui


La concubine du Lévi

1 Et c’est en ces jours, pas de roi en Israël ! Et c’est un homme, un Lévi. Il réside aux confins du mont Èphraîm. Il prend pour lui une femme, une concubine, de Béit Lèhèm en Iehouda.
2 Sa concubine putasse contre lui. Elle s’en va de chez lui à la maison de son père, à Béit Lèhèm en Iehouda. Elle est là des jours, quatre lunaisons.
3 Son homme se lève, il va derrière elle, pour parler à son cœur, pour la faire retourner. Son adolescent est avec lui, et une paire d’ânes. Elle le fait venir dans la maison de son père. Le père de la jeune fille le voit et se réjouit à sa rencontre.
4 Son beau-père, le père de l’adolescente, le retient. Il habite avec lui trois jours. Ils mangent, boivent et nuitent là.
5 Et c’est le quatrième jour. Ils se réveillent de grand matin. Il se lève pour partir. Le père de l’adolescente dit à son gendre : « Restaure ton cœur avec une miche de pain. Après, vous irez ! »
6 Ils restent, mangent, les deux ensemble, et boivent. Le père de l’adolescente dit à l’homme : « Résous-toi donc à nuiter. Ton cœur sera bien. »
7 L’homme se lève pour aller. Son beau-père insiste auprès de lui. Il retourne et nuite là.
8 Il se lève de grand matin, le cinquième jour, pour aller. Le père de l’adolescente dit : « Restaure donc ton cœur ! Attardez-vous jusqu’à l’inclinaison du jour ! » Ils mangent, les deux.

Sur la route de Guib’a

9 L’homme se lève pour aller, lui, sa concubine et son adolescent. Son beau-père, le père de l’adolescente, lui dit : « Voici donc, le jour s’est relâché pour soirer. Nuitez donc ! Voici, le jour décampe. Nuite ici, ton cœur sera bien. Demain, levez-vous de grand matin pour votre route, et va vers ta tente. »
10 L’homme ne consent pas à nuiter. Il se lève et va. Il vient jusque devant Iebous, qui est Ieroushalaîm, avec une paire d’ânes attelés et sa concubine.
11 Eux avec Iebous, le jour est fort descendu. L’adolescent dit à son Adôn : « Allons donc ! Écartons-nous vers cette ville du Ieboussi ; nuitons-y ! »
12 Son Adôn lui dit : « Nous ne nous écarterons pas vers une ville d’étrangers, qui ne sont pas des Benéi Israël. Passons jusqu’à Guib’a. »
13 Il dit à son adolescent : « Va, approchons d’un de ces lieux ; nuitons à Guib’a ou à Rama. »
14 Ils passent et vont. Le soleil décline pour eux près de Guib’a en Biniamîn.
15 Ils s’écartent là pour venir nuiter à Guib’a. Il vient et s’assoit sur la place de la ville. Mais personne ne les héberge dans une maison, pour nuiter.

Dans les murs de Guib’a

16 Et voici, un homme, un ancien, vient de son ouvrage du champ, le soir. L’homme est du mont Èphraîm. Il réside à Guib’a. Les gens du lieu sont des Benéi Iemini.
17 Il porte ses yeux et voit l’homme, l’hôte, sur la place de la ville. L’homme, l’ancien, dit : « Où vas-tu et d’où viens-tu ? »
18 Il lui dit : « Nous passons de Béit Lèhèm en Iehouda jusqu’aux confins du mont Èphraîm. Je suis moi-même de là et je vais à Béit Lèhèm en Iehouda. À la maison de IHVH-Adonaï je vais ; et nul ne m’a hébergé dans une maison.
19 J’ai même de la paille, même du foin pour nos ânes, et même du pain et du vin pour moi, pour ta servante, et pour l’adolescent qui est avec tes serviteurs. Il n’est pénurie de rien. »
20 L’homme, l’ancien, dit : « Paix à toi ! À moi seul toute ta pénurie ! Seulement ne nuite pas sur la place. »
21 Il le fait venir dans sa maison et donne du fourrage aux ânes. Ils se lavent les pieds, mangent et boivent.
22 Comme ils font du bien à leur cœur, voici, les hommes de la ville, des hommes, des Benéi Belia’al, cernent la maison, tapent contre la porte, et disent au maître de la maison, l’ancien, pour dire : « Fais sortir l’homme qui est venu dans ta maison. Nous le pénétrerons ! »

Le crime de Guib’a

23 L’homme, le maître de la maison, sort vers eux. Il leur dit : « Non ! Mes frères, ne faites donc pas le mal ! Après que cet homme est venu vers ma maison, vous ne ferez pas cette vilenie !
24 Voici ma fille, la vierge, et sa concubine. Je les ferai donc sortir. Violentez-les, faites-leur comme bien à vos yeux. Mais à cet homme ne faites rien de cette vilenie. »
25 Les hommes ne consentent pas à l’entendre. L’homme saisit sa concubine et sort vers eux, dehors. Ils la pénètrent, la taraudent toute la nuit, jusqu’au matin, et la renvoient à la montée de l’aube.
26 La femme vient au tournant du matin. Elle s’évanouit à l’ouverture de la maison de l’homme, là où était son maître, jusqu’à la lumière.
27 Son maître se lève le matin. Il ouvre les portails de la maison. Il sort pour aller sur sa route. Et voici, la femme, sa concubine, était affalée à l’ouverture de la maison, ses mains sur le seuil.
28 Il lui dit : « Lève-toi ! Allons ! » Pas de réponse. Il la prend sur l’âne. L’homme se lève et va vers son lieu.
29 Il vient à sa maison, prend un coutelas, saisit sa concubine et la morcelle, suivant ses os, en douze morceaux. Il l’envoie à toute frontière d’Israël.
30 Et c’est à tout voyant de dire : « Cela n’était pas et ne s’était pas vu depuis le jour où les Benéi Israël étaient montés de la terre de Misraîm jusqu’à ce jour. Faites bien attention. Prenez conseil et parlez. »

Texte de la Version André Chouraqui
Copyright © Édition du Cerf