×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Iohanân 1 3.9     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Iohanân 1 3.9
André Chouraqui


Enfants d’Elohîms

1 Voyez de quel amour le père nous fait don, pour que nous soyons appelés enfants d’Elohîms ; et nous le sommes ! Pour cela l’univers ne nous a pas pénétrés, parce qu’il ne l’a pas pénétré.
2 Aimés, maintenant nous sommes enfants d’Elohîms, mais ce que nous serons n’est pas encore apparu. Nous le savons : lorsqu’il apparaîtra, nous serons semblables à lui, parce que nous le verrons tel qu’il est.
3 Et quiconque a cet espoir en lui se purifie, comme est pur celui-là.
4 Quiconque fait une faute agit aussi sans la tora, et la faute est sans la tora.
5 Vous le savez : celui-là s’est manifesté pour enlever les fautes, et la faute en lui n’est pas.
6 Quiconque demeure en lui ne faute pas. Quiconque faute ne l’a pas vu, ni pénétré.
7 Petits enfants, que nul ne vous égare : celui qui pratique la justice est juste, comme est juste celui-là.
8 Qui fait la faute est du diable, parce que le diable faute dès l’entête. Pour cela Bèn Elohîms s’est manifesté, pour que soient détruites les œuvres du diable.
9 Quiconque naît d’Elohîms ne fait pas de faute, parce que sa semence demeure en lui. Il ne peut fauter, parce qu’il est né d’Elohîms.
10 Les enfants d’Elohîms et les enfants du diable se manifestent en ceci : qui ne pratique pas la justice n’est pas d’Elohîms, ni qui n’aime pas son frère.

Aimons-nous

11 Tel est le message que vous avez entendu dès l’entête : que nous nous aimions les uns les autres.
12 Non comme Caïn ; il était du criminel et il égorgea son frère. Pourquoi l’a-t-il égorgé ? Parce que ses œuvres étaient criminelles, et celles de son frère justes.
13 Ne vous étonnez pas, frères, si l’univers vous hait.
14 Nous savons que nous sommes passés de la mort à la vie parce que nous aimons les frères. Celui qui n’aime pas demeure dans la mort.
15 Qui hait son frère est un tueur d’homme, et, vous le savez, aucun tueur d’homme n’a la vie de la pérennité qui demeure en lui.
16 En ceci nous avons pénétré l’amour, parce que celui-là a donné son être pour nous aussi, et nous aussi, nous devons donner nos êtres pour les frères.
17 Qui a la vie de l’univers voit son frère dans le besoin et lui ferme ses entrailles, comment l’amour d’Elohîms demeurerait-il en lui ?
18 Petits enfants, n’aimons ni en paroles ni par la langue, mais en œuvre et vérité.
19 Par cela nous pénétrerons que nous sommes de la vérité et, devant lui, nous apaiserons notre cœur.
20 Si notre cœur nous condamne, Elohîms est plus grand que notre cœur ; il pénètre tout.
21 Aimés, si notre cœur ne nous condamne pas, ayons confiance en Elohîms.
22 Quoi que nous lui demandions, nous le recevrons de lui, parce que nous gardons ses misvot et faisons ce qui lui est agréable.
23 Et voici son commandement : adhérer au nom de son fils Iéshoua , le messie, et nous aimer les uns les autres comme il nous en a donné la misva.
24 Celui qui garde ses commandements demeure en lui, et celui-ci en lui-même. Par là nous pénétrons qu’il demeure en nous : par le souffle qu’il nous a donné.

Texte de la Version André Chouraqui
Copyright © Édition du Cerf