×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Marcos 10.50     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Marcos 10.50
André Chouraqui


Mariage

1 Il se relève et va de là à la frontière de Iehouda et au-delà du Iardèn. Des foules, de nouveau, vont avec lui ; et de nouveau, selon son habitude, il les enseigne.
2 Des Peroushîm s’approchent et l’interrogent : « Est-il permis à un homme de répudier une femme ? Ils veulent l’éprouver.
3 Il répond et leur dit : « Que vous a prescrit Moshè ?
4 Ils disent : « Moshè a permis d’écrire un acte de rupture et de répudier. »
5 Iéshoua’ leur dit : « C’est à cause de la sclérose de votre cœur qu’il vous a écrit cette misva.
6 Mais entête, à la création : Mâle et femelle, il les a créés.
7 Sur quoi l’homme abandonne son père et sa mère ;
8 et ils sont, les deux, une seule chair. Ainsi ils ne sont plus deux, mais une seule chair.
9 Donc, ce qu’Elohîms a uni, qu’un homme ne le sépare pas. »
10 À la maison, de nouveau, ses adeptes l’interrogent sur cela.
11 Il leur dit : « Qui répudie sa femme et en épouse une autre, il adultère avec celle-ci. »
12 Et si elle renvoie son mari et en épouse un autre, elle-même adultère. »

Petits enfants

13 Ils lui présentent des petits enfants pour qu’il les touche. Les adeptes les rabrouent.
14 Mais Iéshoua’ le voit, s’irrite et leur dit : « Laissez les petits enfants venir à moi. Ne les empêchez pas : oui, il est pour leurs pareils, le royaume d’Elohîms.
15 Amén, je vous dis : qui n’accueille pas le royaume d’Elohîms comme un petit enfant n’y entre pas. »
16 Il les prend dans ses bras, les bénit en mettant les mains sur eux.

Le riche

17 Il part sur la route. Voici, un homme accourt, tombe à genoux devant lui et l’interroge : « Bon rabbi, que ferai-je pour que j’hérite la vie en pérennité ?
18 Iéshoua’ lui dit : « Pourquoi me dis-tu bon ? Nul n’est bon sauf un : Elohîms.
19 Tu sais les misvot : Ne tue pas, n’adultère pas, ne vole pas, ne réponds pas en témoin de mensonge, ne fraude pas, glorifie ton père et ta mère. »
20 Il lui dit : « Rabbi, tout cela je l’observe depuis ma jeunesse. »
21 Iéshoua’ le fixe, l’aime et lui dit : « Tu es en retard seulement de ceci : va, vends ce que tu as, donne-le aux pauvres, tu auras un trésor au ciel. Puis viens et suis-moi. »
22 Mais, à cette parole, il est assombri. Il s’en va, attristé : oui, il a de nombreuses possessions.
23 Iéshoua’ regarde à la ronde et dit à ses adeptes : « Comme il est difficile à qui a des richesses d’entrer au royaume d’Elohîms ! »
24 Ses adeptes sont effrayés de ses paroles. Iéshoua’ leur répond de nouveau et dit : « Enfants, comme il est difficile d’entrer au royaume d’Elohîms !
25 Il est plus facile à un chameau de passer par le chas d’une aiguille qu’à un riche d’entrer au royaume d’Elohîms. »
26 Mais ils sont extrêmement frappés et se disent entre eux : « Et qui peut être sauvé ?
27 Iéshoua’ les fixe et dit : « À des hommes, impossible, mais non à Elohîms : oui, tout est possible à Elohîms. »
28 Petros commence à lui dire : « Voici, nous avons nous-mêmes tout laissé et nous te suivons. »
29 Iéshoua’ dit : « Amén, je vous dis : personne ne laisse maison, ou frères, ou sœurs, ou mère, ou père, ou enfants, ou champs, à cause de moi et à cause de l’annonce,
30 sans recevoir au centuple maintenant, en ce temps : maisons, et frères, et sœurs, et mères, et enfants, et champs, - avec des persécutions -, et dans l’ère qui vient, la vie en pérennité.
31 Beaucoup de premiers seront derniers, et les derniers, premiers. »

Mort annoncée (3)

32 Maintenant, ils sont sur la route ; ils montent à Ieroushalaîm. Iéshoua’ va devant eux. Ils sont effrayés, et ceux qui le suivent frémissent. Il prend à nouveau les Douze avec lui. Il commence à leur dire ce qui va lui arriver :
33 « Voici, nous montons à Ieroushalaîm. Le fils de l’homme sera livré aux chefs des desservants et aux Sopherîm : ils le condamneront à mort, ils le livreront aux goîm.
34 Ils le bafoueront, cracheront sur lui, le fouetteront et le tueront. Puis, après trois jours, il se relèvera.

Boire la coupe

35 Ia’acob et Iohanân, les deux Bèn Zabdi, se rapprochent de lui et lui disent : « Rabbi, nous voulons que, quoi que nous te demandions, tu le fasses pour nous. »
36 Il leur dit : « Que voulez-vous que je fasse pour vous ?
37 Ils lui disent : « Donne-nous de siéger, l’un à ta droite, l’autre à ta gauche, dans ta gloire. »
38 Iéshoua’ leur dit : « Vous ne savez pas ce que vous demandez. Pouvez-vous boire la coupe que, moi, je bois, ou être immergés de l’immersion où, moi, je vais être immergé ?
39 Ils lui disent : « Nous pouvons. » Iéshoua’ leur dit : « La coupe que moi je bois, vous la boirez ; dans l’immersion où moi je vais être immergé, vous serez immergés.
40 Quant à siéger à ma droite ou à gauche, ce n’est pas à moi de le donner, mais… pour qui c’est préparé. »
41 Les dix entendent et commencent à s’irriter contre Ia’acob et Iohanân.
42 Iéshoua’ les appelle et leur dit : « Vous le savez : oui, les soi-disant gouverneurs des goîm les dominent, et leurs grands exercent de haut l’autorité sur eux.
43 Il n’en est pas ainsi de vous. Oui, quiconque veut devenir grand parmi vous doit être votre serviteur.
44 Quiconque parmi vous veut être premier doit être le serviteur de tous.
45 Oui, même le fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir, et donner son être en rançon pour beaucoup. »

Bar-Timaï

46 Ils viennent à Ieriho. Quand il sort de Ieriho avec ses adeptes et une assez grande foule, voici, le fils de Timaï, Bar-Timaï, un aveugle, est assis près de la route et il mendie.
47 Il entend que c’est Iéshoua’ le Nazaréen. Il se met à crier et à dire : « Bèn David, Iéshoua’, matricie-moi ! »
48 Beaucoup le rabrouent pour qu’il se taise. Mais il crie de plus belle : « Bèn David, matricie-moi ! »
49 Iéshoua’ s’arrête et dit : « Appelez-le. »
50 Ils appellent l’aveugle et lui disent : « Courage ! Réveille-toi ! Il t’appelle. » Il rejette son vêtement et, d’un bond, vient vers Iéshoua. ›
51 Iéshoua’ lui répond et dit : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? L’aveugle lui dit :  »Rabbouni ! que je voie » !
52 Iéshoua’ lui dit : « Va ! Ton adhérence t’a sauvé ! » Vite, il voit et le suit sur la route.

Texte de la Version André Chouraqui
Copyright © Édition du Cerf