×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Iesha‘yahou 58.10     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Iesha‘yahou 58.10
André Chouraqui


Le vrai jeûne

1 Crie à pleine gorge, n’épargne rien. Élève ta voix comme un shophar ; rapporte à mon peuple leurs carences, à la maison de Ia’acob leurs fautes.
2 Moi, jour après jour, ils me consultent, ils désirent pénétrer mes routes, comme une nation qui fait justification, qui n’abandonne pas le jugement de son Elohîms. Ils me demandent des jugements de justice ; ils désirent la proximité d’Elohîms.
3 « Pourquoi ? Nous avons jeûné et tu ne l’as pas vu ; nous avons violenté nos êtres, et tu ne le sais pas. » Voici, au jour de votre jeûne vous trouvez une affaire et vous tyrannisez tous vos peineux.
4 Voici, vous jeûnez pour la dispute et la querelle, pour frapper avec le poing du crime. Vous ne jeûnez pas comme ce jour, pour faire entendre en haut votre voix.
5 Est-il ainsi le jeûne que je choisis : le jour où l’humain violente son être, courber comme un scirpe sa tête, étaler le sac et la cendre ? Est-ce cela que tu appelles un jeûne, un jour au gré de IHVH-Adonaï ?
6 N’est-ce pas cela le jeûne que je choisis : ouvrir les nœuds du crime, délier les faisceaux de l’entrave, renvoyer libres les opprimés ; et chaque entrave, que vous la désagrégiez ?
7 N’est-ce pas partager ton pain pour l’affamé, faire venir chez toi les humiliés, les trimardeurs ? Et quand tu vois un nu, le couvrir, sans te dérober devant ta chair ?
8 Alors ta lumière jaillira comme l’aube, ta cicatrice germera vite, ta justice ira en face de toi, la gloire de IHVH-Adonaï te rassemblera.
9 Alors tu crieras, IHVH-Adonaï répondra ; tu appelleras, il dira : « Me voici ! » Si tu écartes de ton sein l’entrave, ne lance pas le doigt dressé, la parole de fraude,
10 si tu prélèves de ton être pour l’affamé, pour rassasier l’être violenté, ta lumière brillera dans la ténèbre, ton obscurité, comme le plein midi.
11 IHVH-Adonaï te mènera sans cesse, il rassasiera ton être dans les aridités, il renflouera tes os. Tu seras comme un jardin saturé, comme une sortie d’eaux dont les eaux ne trompent jamais.
12 Elles seront rebâties par toi, les ruines de pérennité ; les fondements d’âge en âge, tu les élèveras. Il te sera crié : « Clôtureur de brèche, restaurateur de chemins, pour les habiter. »
13 Si tu retournes ton pied pour le shabat, sans faire ton affaire, le jour de ma sacralité, si tu cries au shabat : « Délices », au sacré de IHVH-Adonaï : « Glorifié », en le glorifiant sans faire tes routes, sans trouver ton affaire ni dire de parole,
14 alors tu te délecteras de IHVH-Adonaï ; je te ferai chevaucher les tertres de la terre, je te nourrirai de la possession de Ia’acob, ton père. Oui, la bouche de IHVH-Adonaï a parlé.

Cette Bible est dans le domaine public.