×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Iesha‘yahou 14.8     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Iesha‘yahou 14.8
André Chouraqui


La chute de Babèl

1 Oui, IHVH-Adonaï matriciera Ia’acob, il choisira encore Israël. Il les fera reposer sur leur glèbe ; le métèque s’adjoindra à eux, ils s’incorporeront à la maison de Ia’acob.
2 Les peuples les prendront et les feront venir en leur lieu ; la maison d’Israël les aura en possession sur la glèbe de IHVH-Adonaï, pour serfs et pour domestiques. Ils seront les geôliers de leurs geôliers, ils assujettiront leurs tyrans.
3 Et c’est au jour où IHVH-Adonaï te reposera de ta peine, de ton agitation, du dur servage auquel il t’avait asservi,
4 élève cet exemple contre le roi de Babèl et dis : Quoi ! il chôme, le tyran ; elle chôme, l’orpailleuse !
5 IHVH-Adonaï a brisé la branche des criminels, le rameau des gouverneurs.
6 Le frappeur des peuples dans l’emportement des coups sans arrêt, l’assujettisseur des nations avec fureur, est poursuivi sans cesse.
7 Elle se repose, elle se calme, toute la terre ; ils éclatent en jubilation.
8 Même les cyprès se réjouissent de toi, les cèdres du Lebanôn : « Dès lors que tu t’es couché, le bûcheron ne montera plus contre nous. »
9 Le Shéol, en bas, s’agite pour toi à l’abord de ta venue. Il éveille pour toi les fantômes, tous les menons de la terre ; il fait lever de leurs trônes tous les rois des nations.
10 Tous répondent et te disent : « Toi aussi tu es terrassé comme nous ; tu es identique à nous. »
11 Il fait descendre ton génie au Shéol, le lyrisme de tes harpes. Sous toi, il étale la putréfaction ; tes couvertures : des lombrics.
12 Quoi, tu tombes des ciels, astre, fils de l’aube ! Tu es broyé à terre, dompteur des nations !
13 Et toi, tu disais en ton cœur : « Je monterai aux ciels ; plus haut que les étoiles d’Él, j’élèverai mon trône ; je siégerai au mont du Rendez-vous, aux confins du Septentrion.
14 Je monterai sur les tertres de la nébulosité ; je serai semblable au Suprême. »
15 Mais il t’a fait descendre au Shéol, au fond de la fosse.
16 Tes voyeurs t’aperçoivent, ils te discernent : « Est-ce là l’homme, l’agitateur de la terre, le chambardeur des royaumes ?
17 Il a réduit le monde en désert, cassé ses villes ; ses prisonniers, il ne leur ouvrait pas la maison.
18 Tous les rois des nations, tous, sont couchés dans la gloire, chaque homme dans sa maison.
19 Mais toi, tu es jeté hors de ton sépulcre, comme un drageon abominable, vêtu de tués lacérés par les épées, gisant aux pierres de la fosse comme un cadavre écrasé.
20 Tu ne t’uniras pas à eux dans la sépulture : oui, tu as détruit la terre, tué ton peuple. La semence des malfaiteurs ne sera pas criée dans la pérennité.
21 Préparez pour ses fils le carnage au tort de leurs pères, qu’ils ne se lèvent, n’héritent de la terre, et n’emplissent d’oppresseurs les faces du monde.
22 Je me lève contre eux, harangue de IHVH-Adonaï Sebaot. Je tranche de Babèl le nom et le vestige, le petit-fils et la progéniture, harangue de IHVH-Adonaï.
23 Je la mets pour héritage du hérisson et des étangs d’eaux ; je la balaye au balai de l’extermination, harangue de IHVH-Adonaï Sebaot. Briser Ashour

Briser Ashour

24 IHVH-Adonaï Sebaot a juré pour dire : « C’est ainsi que je l’imaginais ; et comme je le conseillais, cela se réalise :
25 briser Ashour en ma terre ; sur mes montagnes je l’écrase. Son joug s’écarte d’eux, son fardeau s’écarte de son épaule.
26 Voilà le conseil conseillé à toute la terre, voilà la main brandie contre toutes les nations. »
27 Oui, IHVH-Adonaï Sebaot le conseille ; qui l’annulera ? Sa main est brandie ; qui la fera retourner ? Hurle, ville !

Hurle, ville !

28 Dans l’année de la mort du roi Ahaz, c’est cette charge :
29 Ne te réjouis pas, Pelèshèt, toi, toute, de ce que le rameau de ton frappeur est brisé. Oui, de la racine du serpent sort la vipère ; son fruit ? Un saraph volant.
30 Les aînés des chétifs pâtureront, les pauvres s’allongeront en sécurité. Je mettrai à mort ta racine par la famine ; il tuera ton reste.
31 Geins, porte ! Hurle, ville ! Fonds tout entière, Pelèshèt ! Oui, du Septentrion vient la fumée ; nul n’est seul à ses rendez-vous.
32 Que répondra-t-il aux messagers de la nation ? Que IHVH-Adonaï a fondé Siôn : en elle se réfugieront les humiliés de son peuple.

Texte de la Version André Chouraqui
Copyright © Édition du Cerf