Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Luc 16
Bible Annotée Bible annotée interlinéaire Bible annotée double colonne

Pour afficher les notes cliquez sur les versets en noir et gras.

1 Or il disait aussi à ses disciples : Il y avait un homme riche, qui avait un économe, et celui-ci lui fut dénoncé comme dissipant ses biens. 2 Et l’ayant appelé, il lui dit : Qu’est-ce que j’entends dire de toi ? Rends compte de ton administration ; car tu ne peux plus administrer. 3 Mais l’économe dit en lui-même : Que ferai-je, puisque mon maître m’ôte l’administration ? Labourer, je ne le puis. Mendier, j’en ai honte. 4 Je sais ce que je ferai, afin que, quand je serai destitué de l’administration, ils me reçoivent dans leurs maisons. 5 Et ayant appelé à lui chacun des débiteurs de son maître, il dit au premier : Combien dois-tu à mon maître ? 6 Et il dit : Cent mesures d’huile. Mais il lui dit : Reprends ton billet, assieds-toi, et écris promptement cinquante. 7 Ensuite il dit à un autre : Et toi, combien dois-tu ? Celui-ci répondit : Cent mesures de blé. Il lui dit : Reprends ton billet, et écris quatre-vingts. 8 Et le maître loua l’économe injuste de ce qu’il avait prudemment agi ; car les fils de ce siècle sont plus prudents que les fils de la lumière dans leur manière d’agir envers leur propre génération. 9 Et moi aussi je vous dis : Faites-vous des amis avec les richesses injustes, afin que lorsqu’elles vous manqueront, ils vous reçoivent dans les tabernacles éternels. 10 Celui qui est fidèle dans les plus petites choses, est aussi fidèle dans les grandes ; et celui qui est injuste dans les plus petites choses, est aussi injuste dans les grandes. 11 Si donc vous n’avez pas été fidèles dans les richesses injustes, qui vous confiera les véritables ? 12 Et si vous n’avez pas été fidèles dans ce qui est à autrui, qui vous donnera ce qui est à vous ? 13 Nul domestique ne peut servir deux maîtres, car ou il haïra l’un et aimera l’autre, ou il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez servir Dieu et Mammon. 14 Or les pharisiens, qui aimaient l’argent, écoutaient toutes ces choses, et ils se moquaient de lui. 15 Et il leur dit : Vous, vous êtes ceux qui se justifient eux-mêmes devant les hommes, mais Dieu connaît vos cœurs ; car ce qui est élevé devant les hommes est une abomination devant Dieu. 16 La loi et les prophètes ont été jusqu’à Jean ; dès lors, le royaume de Dieu est annoncé, et chacun use de violence pour y entrer. 17 Mais il est plus aisé que le ciel et la terre passent, qu’il ne l’est qu’un seul trait de lettre de la loi tombe. 18 Quiconque répudie sa femme et en épouse une autre commet adultère ; et celui qui épouse une femme qui a été répudiée par son mari, commet adultère. 19 Or il y avait un homme riche qui se vêtait de pourpre et de fin lin, se traitant chaque jour magnifiquement. 20 Et un pauvre, nommé Lazare, avait été jeté à sa porte, couvert d’ulcères, 21 et désireux de se rassasier des miettes qui tombaient de la table du riche ; mais encore les chiens venaient lécher ses ulcères. 22 Or il arriva que le pauvre mourut et qu’il fut porté par les anges dans le sein d’Abraham. Et le riche mourut aussi et fut enterré. 23 Et dans le séjour des morts, levant les yeux, tandis qu’il est dans les tourments, il voit de loin Abraham, et Lazare dans son sein. 24 Et s’écriant, il dit : Père Abraham, aie pitié de moi et envoie Lazare, afin qu’il trempe dans l’eau le bout de son doigt, et qu’il rafraîchisse ma langue ; parce que je suis tourmenté dans cette flamme. 25 Mais Abraham dit : Mon enfant, souviens-toi que tu as reçu tes biens pendant ta vie, et de même Lazare les maux ; or maintenant, ici, il est consolé, et toi, tu es tourmenté. 26 Et outre tout cela, un grand abîme est établi entre nous et vous ; afin que ceux qui veulent passer d’ici vers vous ne le puissent, et que ceux qui sont de là, ne traversent non plus vers nous. 27 Mais il dit : Je te prie donc, père, de l’envoyer dans la maison de mon père, 28 car j’ai cinq frères, afin qu’il leur rende témoignage, pour qu’ils ne viennent pas, eux aussi, dans ce lieu de tourments. 29 Mais Abraham lui dit : Ils ont Moïse et les prophètes ; qu’ils les écoutent ! 30 Mais il dit : Non, père Abraham ; mais si quelqu’un des morts va vers eux, ils se repentiront. 31 Mais il lui dit : S’ils n’écoutent pas Moïse et les prophètes, ils ne seront pas non plus persuadés, si quelqu’un ressuscite d’entre les morts.

Note

note précédente (verset 20)

Commentaire biblique du verset 21

À l’indigence se joignaient, chez ce malheureux, la maladie, la souffrance.

La porte du riche désigne, selon le terme original, la porte d’entrée, le portail, qui, dans les grandes maisons, conduisait à la cour intérieure. On y avait jeté le pauvre ; cette expression trahit l’insouciance des gens qui, après l’avoir déposé là, l’abandonnaient ainsi dans sa misère.

L’ambition du pauvre était bien modeste ; elle se bornait aux miettes qui tombaient de la table somptueuse du riche. Les lui donnait-on ? C’est ce que le texte ne dit pas, mais la phrase qui suit fait supposer le contraire ; non seulement on ne les lui donnait pas, mais même les chiens, etc.

Ce dernier trait achève de peindre la misérable situation de cet homme. Il indique que ses plaies n’étaient pas même bandées, et que ces animaux immondes (dans les idées de l’Orient), en venant les lécher, ajoutaient à ses douleurs.

Tel est bien le sens du contexte, et c’est par pure imagination qu’on a voulu attribuer à ces chiens plus d’humanité que n’en montraient les hommes.

Une variante de Codex Sinaiticus et B, admise par Tischendorf et d’autres critiques, supprime les miettes ; on suppose que ces mots ont été empruntés à Matthieu 15.27, et que le texte original portait : désirant de se rassasier de ce qui tombait de la table du riche ; mais les témoignages en faveur de leur authenticité sont nombreux et importants.

note suivante (verset 22)

Commentaire biblique de Luc 16.21